Cette année, il semble que le choix de pneus s’avère encore plus complexe que les années précédentes. Avec l’arrivée de Michelin comme fournisseur unique, le dilemme qui se répète à chaque épreuve ne concerne plus seulement l’avant, comme du temps de Bridgestone, mais également l’arrière.

Valentino Rossi a choisi, comme Marc Marquez, un pneu arrière Médium pour faire la course, soit le pneu le plus dur disponible à Losail.

A l’inverse, Jorge Lorenzo et les Ducati avaient opté pour le pneu arrière Tendre, censé être un peu plus performant mais donnait plus de mouvements à la moto et, surtout, dont personne ne connaissait vraiment la durée de vie dans les conditions précises de la course.

Le pari du Tendre s’est en fait révélé gagnant, puisque, bien que se détériorant en fin de Grand Prix, il a paradoxalement permis d’y réaliser les meilleurs tours en course. A cet égard, les déclarations de Lorenzo, Dovizioso et Marquez sont instructives et viennent confirmer celles de Michelin: “Le choix de Lorenzo fut payant puisqu’il a constamment amélioré le meilleur tour en course, avant de battre le record du circuit – qui était détenu par Casey Stoner depuis 2008 – une première fois au 16e tour, une seconde au 20e tour en 1’54.543, soit 0.226 secondes de moins que Stoner, prouvant ainsi la longévité et la constance des pneumatiques Michelin. Lorenzo s’est imposé après 42’28.542 de course, plus de 7 secondes plus vite que l’édition 2015.”

Marc Marquez et Valentino Rossi n’ont donc pas pu prendre le meilleur sur Dovizioso en fin d’épreuve et, si le pilote Honda explique qu’il n’avait en fait aucune autre alternative possible, le Docteur reste dans l’expectative sur le choix idéal pour cette course.

Valentino Rossi: “in fine, c’était une belle course, le rythme était très rapide du début à la fin, mais malheureusement je suis resté derrière et je n’avais pas assez de vitesse pour essayer d’attaquer. J’étais là mais je n’étais jamais dans la vraie bagarre, j’étais toujours un peu derrière. Nous avons besoin d’un rythme plus rapide et peut-être le choix de pneu peut faire une certaine différence, mais nous ne le savons pas. Peut-être qu’avec le pneu Tendre j’aurais pu aller plus vite ou j’aurais aussi pu aller plus lentement. Nous avons fini derrière et nous ne sommes malheureusement pas montés sur le podium, mais c’était de toute façon une bonne course, avec un bon départ. Nous sommes là, nous devons travailler, mais à coup sûr, nous sommes compétitifs. L’année dernière en Argentine, j’ai fait une grande course, une des meilleures, avec un bon rythme, et je suis remonté depuis l’arrière. Mais cette année, ce sera une autre histoire, en particulier à cause des pneus. Cette année, nous devons y comprendre notre potentiel.”

Tous les articles sur les Pilotes : Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP