En arrivant du MotoGP, Loris espérait figurer parmi les premiers en Superbike. Mais les deux Kawasaki étaient déjà prises, tout comme les deux Ducati, ainsi que les deux Yamaha. Il fallut donc se satisfaire de la BMW Althea, moto non-officielle bien que soutenue par BMW Motorrad Motorsport. En raison de sa blessure subie vendredi, il a fait ce qu’il a pu. Et rien n’est perdu : il ne s’agissait que de la première manche du Championnat, et Baz n’est-il pas maintenant qu’à 4 points au classement provisoire du Championnat du Monde de Chaz Davies (Ducati usine) et de Michael van der Mark (Yamaha officielle) ?

Cette première manche australienne commençait très mal. Lors de la deuxième séance sur le sec, Loris a malheureusement chuté dans le virage 4. Touché à l’épaule, il était transporté au centre médical où les médecins lui diagnostiquaient plusieurs contusions. Il ne restait plus qu’à serrer les dents pendant toute la suite du week-end, et si possible finir les deux courses pour l’équipe et les mécaniciens, même si un renoncement après quelques tours aurait été compris.

Voici comment Loris Baz a vécu cette première journée néfaste : « La première séance sur le mouillé s’est plutôt bien déroulée. J’ai longtemps figuré parmi les dix premiers tout en reprenant mes marques sur les Pirelli face à ces conditions. J’ai tenté de chausser un pneu mixte en fin de séance, mais celle-ci fut interrompue sur drapeau rouge. Je reste malgré tout convaincu que c’était le bon choix.

« Sur le sec, je n’ai pas tardé à me mettre dans le rythme. J’améliorais mon chrono des essais de lundi et mardi lorsque Alex Lowes est parti à la faute juste devant moi. Je suis tout de même parvenu à inscrire un temps en 1’32.3, bien que gêné par le trafic. Le tour suivant, j’étais bien lancé, mais j’ai perdu un demi-guidon à hauteur du virage 4. Je suis tombé en passant par-dessus la moto.

« C’est vraiment dommage, car c’est une chute stupide, simple conséquence d’une pièce défectueuse. J’ai tenté de rouler l’après-midi, mais je souffrais beaucoup trop. J’ai préféré m’arrêter afin de me reposer en attendant demain. J’ai mal sur les courbes à droite ainsi que sur les gros freinages. Doubler lors de la première course sera donc délicat, mais je ferai de mon mieux.

« Ce n’est évidemment pas comme ça que j’espérais commencer la saison. Nous avions fait tout ce qu’il fallait durant l’hiver… et je pars du mauvais pied. Mon rythme étant rapide, nous essaierons malgré tout de marquer un maximum de points. Les prévisions annoncent de la pluie, cela m’aiderait à ressentir moins de douleurs sur la moto et à remonter plus facilement au classement. »

Genesio Bevilacqua, le patron du team Althea Gulf BMW, était lui aussi déçu : « Un vendredi très malheureux. La session humide ne s’est pas trop mal passée mais malheureusement un crash inattendu lors de la deuxième séance nous a compliqué la tâche. Au début, ça ne semblait pas trop mauvais, mais Loris s’est blessé à l’épaule, endommageant les tendons je pense. Il n’a rien de cassé, mais il a eu du mal à rouler lors de la dernière séance. Je suis vraiment désolé, c’est dommage car nous étions prêts à concourir à un niveau supérieur. Nous verrons si nous sommes capables de marquer quelques points demain, mais cela dépendra comment se sent Loris bien sûr. »

Première manche dans la douleur

Loris Baz s’élançait de la cinquième ligne, mais était déjà neuvième au premier tour. Puis de vives douleurs à l’épaule, exacerbées par les freinages appuyés et les épingles à droite du tracé australien, l’ont contraint à conclure l’épreuve avec les cinq points de la 11e place sous le drapeau à damier.

Pour Loris : « Je n’ai bouclé que deux tours ce matin afin de me préserver pour la suite de la journée. En Superpole, j’ai réussi à enregistrer un bon chrono. Je sais qu’il était possible de faire mieux, mais je souffrais beaucoup dans les virages à droite. J’ai réalisé un excellent départ qui m’a permis de me placer rapidement en huitième position.

« Après quoi, j’ai mené une belle passe d’armes face à Leon Camier avec de nombreux dépassements. Mais ma blessure à l’épaule m’obligeait à freiner plus tôt et à laisser quelques portes ouvertes. Je parvenais néanmoins à rattraper mon retard par ailleurs, mais, au fur et à mesure de la course, je manquais de force et j’ai perdu du terrain.

« Malgré la situation, j’ai réussi à marquer quelques points au classement. C’est dommage, car je sais que j’avais les moyens de les suivre. J’ai bien serré les dents et j’espère aller mieux dimanche pour figurer parmi les dix premiers avec un rythme plus rapide. »

Selon Genesio Bevilacqua, propriétaire de l’équipe Althea BMW Racing Team, « Ça a été une course très difficile en raison de la condition physique de Loris. Nous craignions qu’il ne puisse pas la terminer, mais il a été en mesure de le faire.

« Son rythme était plus lent que celui du groupe de tête bien sûr, mais suffisant pour être capable de contenir de nombreux coureurs. Un vrai test de caractère et je suis très content de sa façon de faire.

« J’aimerais le féliciter pour le courage et la fierté sportive dont il a fait preuve aujourd’hui. Demain je pense que nous verrons plus ou moins une répétition de la performance d’aujourd’hui. Si nous pouvons marquer quelques points, nous nous dirigerons vers la Thaïlande avec un pilote beaucoup plus compétitif. L’équipe a bien travaillé et je suis content. »

Un dimanche très courageux

Loris s’élançait de la 13e place sur la grille, puis livrait à une lutte acharnée face à Jordi Torres (qui pilotait sa BMW Althea l’année dernière). Le changement de pneumatiques obligatoires se passait bien et Baz marquait les points de la neuvième position.

« J’ai souffert sur la première partie de la course, expliquait Loris, mais beaucoup moins après le passage au box. C’était amusant de pouvoir rivaliser face aux autres durant les cinq premiers tours. Jordi Torres et moi nous sommes bien battus. Je l’ai doublé trois ou quatre fois dans la boucle finale, mais j’ai manqué de force dans l’épaule pour prendre l’ascendant et réussir à rester devant. Après ma chute, je ne pensais pas être en mesure de terminer une course.

« Au bout du compte, je suis parvenu à finir les deux. Le changement de roue s’est très bien passé et l’équipe a accompli de l’excellent travail. C’est toujours positif d’inscrire quelques points, même si ce n’est certainement pas le week-end que nous espérions. Nous avons malgré tout rassemblé pas mal d’informations et réussi à améliorer quelques éléments sur la moto. C’est de bon augure pour progresser davantage en Thaïlande. D’ici là, l’objectif sera de soigner mon épaule en suivant plusieurs séances de kiné afin d’être dans les meilleures dispositions à Buriram. »

Genesio Bevilacqua était satisfait de son pilote français : « Cette première manche en Australie était conditionnée par la condition physique de notre pilote, mais nous avons bien réagi et nous avons travaillé pour marquer des points. Nous avons également pu vérifier notre travail dans le drapeau-à-drapeau, qui s’est bien passé. Nous ne savons pas encore très bien où nous nous positionnerons dans les courses à venir, mais les signes sont positifs. L’équipe a fait du bon travail, car après l’accident de Loris, nous pensions qu’il ne serait même pas capable de courir. Mais notre pilote, le professionnel qu’il est, a serré les dents et nous avons bien fait. Je suis satisfait du travail du pilote et de l’équipe. »

 

Photos © Althea Gulf BMW Racing, PSP/ Lukasz Swiderek, Dorna TV

Tous les articles sur les Pilotes : Loris Baz

Tous les articles sur les Teams :