Comme cela est déjà arrivé très souvent sur l’exigeant circuit australien, où le pneumatique arrière monte beaucoup en température côté gauche dans le dernier virage, il y a eu de nouveau des problèmes d’endurance des pneus arrière tant en Supersport qu’en Superbike. Le format des courses de dimanche est donc modifié.

Cette décision a été prise alors que de nombreux pilotes ont eu des problèmes lors de la course 1 en WSBK, dont le Champion du Monde en titre Johnny Rea, et Yonny Hernandez qui chutait quand le pneu arrière de sa Kawasaki Pedercini explosait. En Supersport, Kenan Sofuoglu connaissait la même mésaventure lors de la troisième séance d’essais libres dans le virage 3.

Les courses Supersport et Superbike deviennent « flag to flag », les Superbikes s’arrêtant obligatoirement aux stands après 12 tours et les Supersport après neuf tours. C’est la même procédure qu’on avait connu à Phillip Island avec Bridgestone en 2013 en MotoGP, avec Marc Marquez qui dépassait les 10 tours autorisés.

La course Supersport est réduite à 16 tours et celle des Superbikes à 22 avec un changement du pneu arrière entre les tours 7 et 9 en Supersport, et 10 et 12 en Superbike si le départ est donné sur le sec.

Si le départ est donné sur le mouillé et qu’un changement de pneu arrière pour piste sèche doit avoir lieu, les pilotes Supersport pourront rentrer aux stands après 9 tours, et 12 en Superbike. Le départ de la course WSBK sera donné avec la grille inversée, comme d’habitude.

Gregorio Lavilla, Directeur sportif du WorldSBK explique : « Malheureusement, nous avons eu quelques problèmes concernant la durée de vie des pneus. Après une réunion avec les équipes pour discuter des options possibles, nous avons décidé que le meilleur moyen était de faire une course flag to flag, ce qu’heureusement nos règles autorisent. Nous l’utilisons normalement pour des motifs climatiques, mais maintenant nous l’utilisons à d’autres fins, à moins qu’il ne pleuve ».

Pour le Champion du Monde en titre Lucas Mahias, « Je suis en colère et j’ai peur. Il n’est pas normal que de nombreux pilotes explosent leurs pneus. L’année dernière, on a connu exactement le même problème : ça fonctionne toujours comme ça à Phillip Island. J’ai essayé avant le week-end de persuader tout le monde de choisir l’option sécuritaire. Le pneu explose après huit tours, après neuf tours, ce n’est pas une bonne solution, il s’agit de la sécurité du pilote, la vie est plus importante qu’une course. » Avez-vous également eu des problèmes de pneus ? « Non, a souligné Mahias. « Mais j’ai toujours roulé seulement deux, trois ou cinq tours, mais mon coéquipier Caricasulo a aussi fait exploser le pneu. J’ai beaucoup parlé avec Pirelli hier, pour réduire la distance de course, mais ce n’est pas une solution, pas une bonne solution ».

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :