Ils sont rouges tous les deux et roulent très vite. Ils étaient faits pour s’entendre. C’est ainsi que Ducati et Frecciarossa, sorte de TGV de la compagnie nationale Trenitalia, ont uni leurs destins promotionnels.

C’est surtout pour les courses du Mugello et de Misano que Trenitalia va devenir le transporteur officiel de Ducati et du Ducati Team en MotoGP. A cette occasion, la compagnie nationale effectuera des opérations de promotion avec les pilotes et leurs motos, et proposera des billets à prix réduits aux spectateurs qui se rendront sur les deux Grands Prix. Ces promos seront disponibles pour la gamme Frecciarossa, mais aussi pour les InterCity.

« L’accord avec Ducati, qui a choisi Frecciarossa comme le train officiel de l’équipe Ducati en MotoGP, nous remplit de fierté et confirme notre engagement dans le monde du sport, de la compétition et des meilleures énergies du Made in Italy », a déclaré Gianpiero Strisciuglio, Directeur de la division des passagers longue distance de Trenitalia. « La Frecciarossa de Trenitalia, leader de la fiabilité et de la qualité sur ses 1000 kilomètres de réseau à grande vitesse, a raccourci les distances, en changeant avec succès le style de vie et les habitudes touristiques des citoyens. »

Qui roule le plus vite ?

Selon l’entreprise ferroviaire, « Le Frecciarossa 1000 est le train le plus moderne de la flotte Trenitalia. Confortable, sûr et écologique, il peut atteindre la vitesse maximale de 400 km/h grâce aux 16 moteurs puissants répartis sur les boggies qui font de la Frecciarossa 1000 un train pour tirer le meilleur parti de l’adhérence sur les rails ».

On est encore loin du record de 574,8 km/h établi le 3 avril 2007 par le TGV français, mais c’est un peu plus vite que l’autre flèche rouge, la Desmosedici qui a atteint 354,9 km/h avec Andrea Iannone lors du GP d’Italie 2016 au Mugello.

Michele Pirro a été le plus rapide cette année au Mugello à 354,7 devant les 5 autres Ducati de Jorge Lorenzo, Danilo Petrucci, Alvaro Bautista, Andrea Dovizioso et Hector Barbera. Le premier « non-Ducatiste » était Andrea Iannone (ironie du sort) sur Suzuki avec la septième vitesse de pointe à 351,1.

Et la SNCF ?

L’entreprise française a eu des liens étroits avec la course moto quand l’entreprise nationale a sponsoré le Championnat de France Superbike (ex-Championnat de France Open de Vitesse) à partir de 1987. Ainsi cette épreuve s’appelait en 1988 « Championnat de France Open-SNCF de Vitesse ».

La SNCF s’intéresse toujours à sa manière au FSBK en 2018, et il en est question sur son site d’actualités (même si la photo pourrait être plus adaptée). L’effort est apprécié.