En Moto2 cette saison il y aura un nouveau blason. Celui d’un team VR46 qui monte donc en gamme. Poursuivant son entreprise en Moto3, la relève italienne portée à bout de bras par Valentino Rossi va découvrir le Moto2, dernière étape avec ce qui sera peut-être le MotoGP lorsque la retraite du patron aura sonné. Car Vale ne fait pas que donner son nom à cette aventure. Il s’implique vraiment dans son académie. Sur GPOne, celui qui pilotera sa Kalex, Bagnaia, explique ce qu’il lui doit et exprime sa reconnaissance.

Les couleurs du team VR46 seront donc arborées cette année en Moto2 sur deux Kalex. Une sera confiée à Stefano Manzi et l’autre à Francesco Bagnaia. C’est de ce dernier que l’on attendra le plus, bien que débutant et fraîchement débarqué d’un Moto3 quitté avec les honneurs. L’an dernier, avec la Mahindra, il a remporté deux succès, à Assen et à Sepang, une paire de victoires qui lui avait donné la possibilité de grimper sur la Ducati GP14.2 de son équipe d’alors, Aspar, pour des tours de roues à Valencia.

Bagnaia connaît les Grands Prix depuis 2013 et il a fini quatrième du dernier championnat de Moto3. Il est âgé de 20 ans.  Il est donc encore dans les temps pour faire une carrière jusqu’au sommet, selon les tablettes des teams managers. Il a été d’abord recruté par le team Italia FMI en vue de la saison 2013. Mais c’est bien depuis qu’il évolue sous la bannière VR46 qu’il s’est construit et révélé. L’académie Rossi, c’est de la grande école.

Il explique : « j’ai beaucoup travaillé sur mon attitude avant la course. Je ne veux pas faire de bêtises, je veux rester calme et concentré sur les choses que je dois faire pendant la course je veux faire les bonnes choses au bon moment. Ce sont des choses que Valentino m’a apprises. En 2015, il m’avait demandé de faire attention à ma façon d’aborder les courses. Je le remercie de ses conseils car depuis les résultats sont arrivés, même dans les moments difficiles ».

Maintenant, la rançon du succès est que ses compères de cette académie vont être ses rivaux directs sur la piste en 2017 : « je vais d’abord commencer par apprendre et j’ai la chance d’avoir deux des plus forts pilotes du VR46 que sont Morbidelli et Baldassari. J’ai commencé à les étudier. Il y aussi les autres comme Nakagami ou Lüthi. L’un coupe les virages, l’autre les enroule. Je vais essayer de faire la synthèse des deux. J’espère finir la saison comme meilleur débutant alors que Baldassari que j’apprécie visera le titre. Donc je pense qu’il n’y aura pas de problèmes entre nous ».

Bagnaia retrouve donc les murs du VR46 après une période Aspar : « cette équipe et des membres m’ont beaucoup manqué. Je les ai vus grandir de l’extérieur et nous sommes maintenant prêts pour faire ensemble une grande saison. Le QG de l’équipe n’est qu’à 10 kms d’où j’habite. Je suis revenu à la maison ».