Il reste quatre Grands Prix à disputer et 100 points à distribuer avant qu’en Moto2 le rideau soit tombé. Une dernière ligne droite que Johann Zarco et Alex Rins abordent coude à coude. Les deux hommes ne sont séparés que par un point. Mais ce duo en duel aurait tort d’oublier un troisième larron appelé Sam Lowes. Rejeté à 40 longueurs, le Britannique clame à qui veut l’entendre qu’il est toujours en lice pour le titre mondial dans la catégorie.

On l’avait presque oublié ce Sam Lowes qui a déjà assuré son avenir en MotoGP avec un cuir officiel Aprilia qu’il partagera l’an prochain avec Aleix Espargaró. Mais en Aragon, il s’est rappelé au souvenir de tous en s’offrant un parcours sans faute : pole-position et domination en course. De quoi oublier ses dernières prestations sans point dont un abandon à Silverstone suite à un incident de course avec Johann Zarco qui lui reste toujours en travers de la gorge.

C’est maintenant la campagne outre-mer qui se profile à l’horizon et alors que la pression est sur les épaules du pilote Ajo et sur celles du pensionnaire de Sito Pons. Celui qui évolue chez Gresini a l’énergie de ceux qui n’ont rien à perdre et tout à gagner : « cela va être difficile psychologiquement pour Zarco et Rins qui se tiennent en un point. Je suis dans un bon moment. J’aime le Japon, et Phillip Island est ma piste favorite. J’y ai fini second l’an passé et cinquième lors de ma première saison en Moto2. S’ils ont des problèmes au Japon et que j’y obtiens un bon résultat avant d’aller en Australie, tout peut arriver. Je me sens en pleine forme et je vais tout donner. Je vais en MotoGP l’an prochain, je n’ai rien à perdre ».

Le message est clair. Dans une bataille à trois entre les prétendants à la couronne, c’est le Britannique qui sera le moins timide et qui n’aura pas peur de tomber.
Il insiste sur crash.net : « c’est loin d’être terminé, on va continuer à attaquer ».
Qui plus est, cette forme retrouvée est aussi due à une trouvaille technique qui a libéré le pilote de 26 ans : « lors d’un test à Valence, j’ai essayé de nouvelles pièces Öhlins qui ont marqué le début de cette bonne série. La nouvelle fourche me donne de meilleures sensations. J’aime faire glisser la moto au freinage et lorsqu’elle revient en ligne, elle me donnait d’étranges retours en pneus durs. Avec la nouvelle fourche, ça va bien mieux. J’ai gagné en confiance. Même si ça bouge plus, je comprends mieux la moto ».

Une évolution qui a fait naître le Lowes conquérant d’Aragon  et des essais qui ont suivi : « c’était ce qu’il nous fallait au bon moment pour nous donner l’élan nécessaire pour les dernières courses. Tout reste ouvert. L’équipe travaille bien, et ce serait bien de la remercier comme il faut après de mauvaises courses ».

Sam Lowes a déjà remporté deux victoires cette année.

Tous les articles sur : Sam Lowes