Depuis longtemps sujet à des troubles, c’est lors du Grand Prix du Japon à Motegi que la gravité de la maladie du pilote allemand s’est manifestée avec insistance, alors qu’il devait déclarer forfait pour la course nippone, puis ensuite malheureusement pour les trois Grands Prix suivants en Australie, en Malaisie et à Valence. La situation ne s’est pas arrangée ensuite pour Jonas, victime d’une forme de syndrome de Gilbert, une maladie génétique, hélas chronique.

C’est donc avec le plus grand regret que le pilote Tech 3 est obligé d’interrompre sa brillante carrière, marquée l’an dernier par une extraordinaire bagarre pour la victoire au Grand Prix d’Allemagne face à Marc Marquez. Il a terminé en 2017 huit fois dans le top 10 à l’occasion des 13 Grands Prix auxquels il a participé. Il avait dû déclarer forfait une fois en cours de saison lors du British GP à la suite d’une chute consécutive à un problème de frein lors des essais.

Jonas a déclaré « Je suis très triste d’annoncer ça, mais je ne disputerai pas la saison 2018. Je n’ai pas été en mesure de récupérer comme je le souhaitais et à l’heure actuelle, je ne me sens pas de piloter une MotoGP. Je voudrais remercier tous ceux qui me soutiennent : Monster Yamaha Tech3, Yamaha Factory Japan, Monster Energy, HJC, IXON, Forma Boots et Rudy Project. J’espère être de retour un jour. »

La maladie

Le syndrome de Gilbert (appelé aussi maladie de Gilbert) est une anomalie génétique du métabolisme de la bilirubine entraînant une augmentation de son taux dans le sang (hyperbilirubinémie). Le seul symptôme est un ictère variable qui peut être favorisé par plusieurs conditions comme la fatigue, le stress, le jeûne ou une infection. La cause est une diminution d’origine génétique de 20 à 30 % de l’activité d’une enzyme hépatique, la bilirubine glucuronosyltransférase. Cette enzyme permet la transformation de la bilirubine non conjuguée en bilirubine conjuguée permettant son élimination. En cas de maladie de Gilbert, la destruction naturelle des hématies (hémolyse) entraîne la formation de bilirubine non conjuguée qui va s’accumuler, provoquer les symptômes de « jaunisse » (ictère). Cette maladie est chronique et il n’existe pas de traitement.

Un palmarès superbe

Né le 13 août 1993 à Mühldorf, Jonas Folger a débuté en Championnat du Monde 125 cm3 en 2008 et dès l’année suivante l’Allemand montait sur le podium au Mans. Sacré Rookie de l’année, le pilote germanique intégrait deux ans plus tard l’équipe d’Aki Ajo, pour laquelle il décrochait un succès en Angleterre. En 2012, Jonas Folger obtenait une autre première place, à Brno en Moto3.

En 2014, il passait en Moto2, où il évoluait durant deux saisons sur une Kalex de l’équipe AGR, avec deux victoires en 2015 à Losail et à Jerez, et une sixième place au classement final du Championnat du Monde. Folger passait ensuite chez Dynavolt Intact GP et remportait le Grand Prix de la République tchèque. En 2017, Jonas Folger intégrait l’équipe Monster Yamaha Tech3 et réalisait une belle saison, malheureusement écourtée par sa pénible maladie.

Qui pour le remplacer ?

Alors que tous les contrats sont signés depuis belle lurette pour 2018, il ne va pas être facile pour Tech 3 de trouver un remplaçant au pied levé à Folger. Il sera peut-être possible de faire monter en grade un pilote officiel Yamaha comme Katsuyuki Nakasuga, prévu pour le Championnat du Japon SBK, ou Michael van der Mark ou Alex Lowes, prévus en mondial Superbike. Ça va être d’autant plus difficile de trouver un coéquipier à Johann Zarco que les tests de Sepang commencent dans une dizaine de jours. On pourrait aussi penser à des pilotes qui viennent de quitter le MotoGP contraints et forcés, comme Loris Baz, Sam Lowes ou Hector Barbera. Mais leur équipe prévue pour 2018 ne verrait certainement pas favorablement une défection de dernière minute et ce n’est pas dans la mentalité du team Tech3 de déshabiller Paul pour habiller Jacques. Enfin la place de Folger séduirait probablement des pilotes qui n’ont pas de guidon permanent en MotoGP, mais qui ont prouvé en 2017 en tant qu’essayeurs et wild cards leurs capacités dans la catégorie, comme Michele Pirro, Sylvain Guintoli ou Mika Kallio.


Communiqué de presse Tech3 (traduction MotoGP.com)

Jonas Folger (Monster Yamaha Tech3), qui avait été contraint de manquer les quatre dernières épreuves du calendrier 2017 suite à des problèmes de santé, ne fera pas son retour en 2018 ; annonce faite à tout juste dix jours du premier Test Officiel de l’année qui se tiendra sur le tracé de Sepang.

La décision n’a pas été simple à prendre pour l’Allemand, auteur d’un podium devant son public alors qu’il s’agissait de sa première saison en MotoGP™. Mais ce dernier estime ne pas encore être à 100% de ses capacités physiques et mentales à l’heure actuelle ; le pilote germanique préférant récupérer pleinement et sans pression.

Hervé Poncharal :
« La nuit dernière j’ai reçu un coup de fil de Bob Moore, le manager personnel de Jonas Folger. Je n’arrivais pas à croire ce qu’il était en train de me dire : comme quoi Jonas avait décidé de ne pas courir en 2018, car il ne se sent pas encore à 100% physiquement et mentalement. C’est vraiment difficile pour moi d’imaginer qu’il ne disputera pas la saison. C’est un garçon en qui j’avais vraiment espoir. J’étais convaincu du fait qu’il allait se révéler cette année. Je respecte totalement sa décision, même si c’est difficile à encaisser. Nous allons essayer de trouver un remplaçant, ce qui ne s’annonce pas simple car la plupart des pilotes sont déjà sous contrat. Mais il va falloir trouver une solution et nous ferons au moins un heureux. Nous vous tiendrons informés de l’évolution de la situation. »

Jonas Folger :
« Je suis très triste d’annoncer ça, mais je ne disputerai pas la saison 2018. Je n’ai pas été en mesure de récupérer comme je le souhaitais et à l’heure actuelle, je ne me sens pas de piloter une MotoGP™. Je voudrais remercier tous ceux qui me soutiennent : Monster Yamaha Tech3, Yamaha Factory Japan, Monster Energy, HJC, IXON, Forma Boots et Rudy Project. J’espère être de retour un jour. »


Voir l’interview exclusive d’Hervé Poncharal à ce sujet

 

Photo © Tech 3


Tous les articles sur les Pilotes : Jonas Folger

Tous les articles sur les Teams : Monster Yamaha Tech3