Cet événement destiné à la communauté motarde de Nantes, organisé en partenariat avec la marque de casques Shark, a fait honneur au palmarès du pilote espagnol.

Une scène aux couleurs de l’équipementier avait ainsi été spécialement mise en place à l’extérieur et, dès son arrivée, Jorge Lorenzo a inauguré la place qui porte désormais son nom. Il s’agit d’une première pour le Village Motos qui en appelle d’autres, comme nous l’a confirmé son président Bertrand Macé : “A chaque fois qu’on aura un pilote de renom, pourquoi pas commencer à nommer les rues car on est dans un village.”

Jorge Lorenzo,  souriant et détendu, donc loin de l’image qu’on peut observer pendant les Grands prix, a entre autres répondu à une interview dont nous vous partageons ici les passages les plus intéressants.


Vous vous entraînez très dur. Par besoin ou par plaisir ?

“Eh bien, je m’occupe toujours de ma condition physique, de la préparation car il est très important de ne pas se tenir fatigué lorsque vous êtes sur la moto. Mais particulièrement cette année, la Ducati est une moto très physique et j’ai besoin de gagner plus de masse musculaire. Je m’entraîne très fort, environ 5 ou 6 heures par jour, parce que je veux gagner avec Ducati.”

Après votre passage de Yamaha à Ducati, votre entraînement a changé en fonction de la moto ?

“Oui, malheureusement, je m’entraîne très fort, plus dur que l’année dernière, plus dur qu’avant parce que j’ai le feu en moi. Je veux gagner. Je découvre cette motivation et la motivation est vraiment très élevée. J’en suis heureux. M’entraîner très dur, cela me rend heureux.”

La Ducati est-elle plus dure que toutes les autres motos ?

“Je ne sais pas parce que j’ai juste piloté la Yamaha et la Ducati. Je peux juste comparer ces 2 motos. Si vous me demandez ce qu’il en est de la Ducati ? Ducati a un moteur très puissant. Quand on ouvre l’accélérateur, elle est très nerveuse. J’ai donc besoin de plus de muscles, de plus de conditions physiques pour supporter ce puissant moteur. Et aussi quand vous freinez, vous avez une sorte d’inertie et vous devez tendre fortement vos bras. J’ai donc gagné peut-être 2 kg de muscle et je m’entraîne pour en gagner encore 2 kg. Je fais beaucoup de poids, beaucoup de répétitions. Mon entraîneur est ici. Même dans une journée d’événement, nous nous entraînons le matin, donc je suis vraiment motivé.”

Nous parlons de la vitesse et de la dureté des Ducati. Est-il difficile de rouler tout le week-end à plus de 300 km/h et d’être cool sur la route après ?

“Pour moi, c’est comme marcher ou manger, comme une chose normale, parce que je fais ça depuis mes 3 ans. Ça fait donc 27 ans que je pilote des motos. Une MotoGP est très exigeant physiquement parce qu’elle développe presque 300 chevaux. Vous allez à 350 km/h. Vous devez supporter beaucoup de stress. Donc, vous devez être très en forme, mais évidemment, si vous faites cela, c’est comme si c’était naturel.”

La première fois que vous êtes devenu Champion du Monde, quel était le sentiment dans votre tête et dans votre cœur. Vous pouvez nous expliquer cela ?

“J’ai pu dormir, j’ai pu me détendre parce que j’avais réalisé mon rêve. Donc je ne pouvais pas faire quelque chose de plus gros. Je pouvais le répéter, gagner à nouveau le Championnat du Monde mais je ne pouvais pas faire quelque chose de plus grand. C’est pourquoi ce soir-là, quand je suis devenu Champion du Monde pour la première fois en MotoGP, j’ai appelé ma mère au téléphone, et j’ai dit “Maman, je l’ai fait, maintenant je peux mourir tranquille”. Je ne voulais pas mourir, mais j’avais réalisé mon rêve et je pouvais alors me détendre.”

Ensuite, avez-vous immédiatement pensé au prochain titre ou vous êtes-vous accordé un peu de repos ?

“Quand vous êtes Champion du Monde, surtout en Espagne où le MotoGP est si populaire, vous devez faire un mois et demi d’événementiel tous les jours, comme aller à certaines émissions de télévision, aller à des événements pour votre marque de casque, par exemple comme ici, ou pour votre marque de cuir, et cela a un prix. Vous êtes donc pendant un mois et demi à faire des émissions de télévision et des médias, et, quand c’est fini, vous avez peut-être gagné quelques kilos, parce que vous n’arrêtez pas de manger ! Et quand vous avez terminé tout cela, vous prenez peut-être une ou deux semaines de vacances et ensuite vous recommencez à vous entraîner très fort.”

Vous ne vous êtes jamais ennuyé en gagnant un titre ? Aucun de vos cinq titres ?

“C’est naturel d’entrer dans une sorte de routine, c’est naturel, c’est humain. Cela arrive à tout le monde avec tout ce que vous avez. Nous achetons une nouvelle voiture et les 2 premiers jours ou les premières semaines, nous sommes vraiment heureux et très attentifs à cette nouvelle voiture. Mais quand le temps passe, on trouve que c’est normal. Je l’avais un peu pour moi quand j’étais de plus en plus facile en compétition avec Yamaha. 8 ou 9 ans avec la même équipe, avec la même moto, travaillant avec les mêmes personnes. Alors ça c’est un peu transformé en routine et c’était difficile de trouver une motivation. C’est pourquoi j’ai décidé de me lancer dans un défi très difficile, comme celui-ci avec Ducati, et maintenant j’ai beaucoup de motivation pour me démontrer à moi-même que je peux gagner avec une moto spéciale comme la Ducati. Et ensuite pour démontrer aussi à tous mes fans comme je peux le faire, contre tous les critiques et tout le monde. C’est une totale motivation pour moi.”

Vous en aviez besoin ?

“J’en avais besoin parce que j’avais 29 ans. J’ai commencé à 15 ans, donc j’ai passé la moitié de ma vie, je pense, en compétition. Et j’allais faire ma neuvième année avec Yamaha, je le répète, avec les mêmes personnes, la même moto, la même équipe. J’avais besoin d’un nouveau truc.”

Parfois, vous sentez-vous seul durant un week-end de course, ou autre ?

“Je ne suis jamais seul ! Seulement quand je vais aux toilettes (rires) et quand je m’endors, parfois. Mais je ne suis jamais seul parce que je pense que c’est plus amusant de vivre la vie avec ses amis et avec quelqu’un à qui l’on tient fortement. Je ne sais pas si c’est mauvais, mais je ne suis jamais seul.”

Vous vivez entre Andorre et la Suisse. Plus en Suisse ? Pouvez-vous sortir, faire du shopping ou est-ce impossible ?

“Quand je vis en Andorre, c’est tout à fait impossible parce qu’en Espagne, c’est un peu difficile. Parce que le MotoGP tel que vous le connaissez en Espagne et en Andorre est très populaire. En Suisse et à Lugano, c’est un endroit qui parle italien. Il y a donc beaucoup d’Italiens. Ils savent donc qui je suis, mais ils sont plus respectueux que les Italiens par exemple. Normalement, ils me laissent tranquille. C’est un endroit très tranquille et nous avons un lac magnifique. C’est un bon endroit pour avoir une discipline, juste pour s’entraîner et aller au lit très tôt. Ce qui ne serait pas le cas à Milan, par exemple, où il y a beaucoup de distractions.”

Vous aimez dormir et vous avez besoin de beaucoup de sommeil ?

“Je dors beaucoup, oui.” (Jorge Lorenzo se couche à 22 heures, comme beaucoup de pilotes)

Vous ne regardez pas la télé le soir, sauf pour le foot. Vous êtes un vrai fan de football ?

“Oui, j’aime le football, mais quand je suis à l’hôtel ou à la maison, je regarde normalement des vidéos de motivation, de sportifs, ou je regarde une série sur Netflix. Mais normalement, je ne regarde pas la télé.”

Parlons de vos casques. Depuis deux ou trois ans, ils ont beaucoup changé. Vous pouvez nous expliquer pourquoi et en quoi ?

“Je pense que tous les détails sont importants et l’aérodynamique est très importante en Road Racing. Donc quand je suis venu chez Shark, leurs casques n’avaient pas ce spoiler, alors j’ai dit aux techniciens que nous avions besoin d’améliorer l’aérodynamique, donc ils ont fait ce nouveau spoiler et nous avons gagné de la vitesse sur les lignes droites. Donc maintenant, non seulement moi, mais aussi le reste des pilotes Shark, nous utilisons ce spoiler. Je suis donc fier d’avoir fait faire un pas en avant dans ce domaine.”


Le quintuple champion du monde a ensuite effectué une traditionnelle et longue séance de dédicaces pour les fans. “Traditionnelle” car le Village Motos multiplie l’accueil de pilotes MotoGP depuis sa création en 2001 : Loris Baz, Yonny Hernandez, Fabio Quartararo, Scott Redding, Randy De Puniet, Marc Marquez, Johann Zarco, Bradley Smith et Giacomo Agostini. Une démarche volontaire que le boss des lieux explique par de nombreux contacts avec les marques.

Une belle initiative qu’on ne peut qu’applaudir et qui n’est sans doute pas prête de s’arrêter au Village Motos. “On met la pression” indique-t-il au sujet de la venue d’un prochain pilote “J’aime bien quand on reçoit des pilotes plus anciens car l’analyse est toujours super intéressante sur le MotoGP à l’heure actuelle. Après tout dépend des marques. Et c’est tout l’enjeu.”