Champion du Monde 500 cm3 en 1987, Wayne Gardner a remporté 18 Grands Prix et est monté 52 fois sur le podium. De quoi faire rêver son fils Remy, né en 1998, quand il découvrit tout jeune qu’il était le fils d’une idole sportive. Il ne lui restait plus, comme l’expliquait Sigmund Freud, qu’à dépasser son père.

Il s’y mit avec intensité, d’abord en effectuant de nombreuses saisons en tout-terrain, puis en représentant l’Australie à l’invitation de Honda au NS100F International Trophy en octobre 2010. Il quitta l’année suivante son île natale pour venir vivre en Espagne et disputer le Trophée méditerranéen, avant de se lancer dans le CEV avec l’équipe Calvo/LaGlisse. En 2015, il effectua sa seule saison de Grand Prix complète au sein du CIP avec comme coéquipier Tatsuki Suzuki, mais ne put marquer avec sa Mahindra que 6 points en 18 courses.

Avec son 1,74 m, il était un peu grand pour la Moto3 et signa pour 2016 en Moto2  avec l’équipe AGP… qui ne put prendre part à la saison, et il se retrouva faute de mieux en CEV, où il remporta la course de Barcelone sur une Kalex « Race Experience ». Puis au GP de Catalogne, il fut convié à remplacer définitivement Alessandro Tonucci au sein de la « Tasca Racing Scuderia Moto2 », avec qui il termina 12e en Allemagne. Son père Wayne le présentait à de nombreux team managers, comme il le fit auparavant – quand il était pilote d’usine Toyota en Championnat du Japon All Japan Grand Touring Car Championship de 1996 à 2002 – pour de nombreux jeunes pilotes australiens. C’est lui qui introduisit par exemple Broc Parkes chez NCR Ducati pour le faire débuter en Championnat du Monde Superbike en 2001.

Remy Gardner se réjouit d’avoir signé avec Tech 3 pour 2017 : « Je suis très excité d’officialiser mon arrivée chez Tech3 Racing en 2017. La Mistral 610 est assez différente du reste du plateau mais chacun cherche à disposer d’un avantage en plus dans cette catégorie. Et quand je regarde cette moto en piste, je vois un énorme potentiel. Je suis donc ravi d’avoir signé. J’ai hâte d’être à l’année prochaine pour débuter le développement. »

Hervé Poncharal est tout autant satisfait de l’arrivée de Gardner que de conserver Xavi Vierge : « Je suis extrêmement ravi de vous dévoiler notre équipage pour 2017. Tout d’abord, je suis très content d’avoir pu prolonger le contrat de Xavi Vierge d’une année supplémentaire. Ensemble nous avions terminé deuxième du FIM CEV Repsol Moto2 en 2015 et sa première saison en Championnat du Monde fut tout à fait honorable, mais je crois que le meilleur est à venir. Nous avons également très impressionné lorsqu’il a signé le quatrième tour le plus rapide à Brno et très content d’apprendre qu’il voulait rester. Nous sommes également contents de notre second pilote pour 2017. Wayne Gardner et moi, nous nous connaissons depuis longtemps, c’est un ami de longue date et c’est un plaisir d’accueillir son fils au sein de notre structure. Je pense que c’est un des talents les plus prometteurs et nous l’aiderons à grandir. Je suis certain qu’ensemble nous pouvons réaliser d’excellentes choses. Je voudrais remercier ces deux pilotes de nous avoir accordé leur confiance. J’espère que nous pourrons voir les premiers résultats lors des tests de Valence. J’aimerais également remercier tout le team Moto2 pour leur travail. »

Tous les articles sur : Remy Gardner