Après l’officialisation de Scott Redding chez Aprilia, et avec un Karel Abraham en passe de renouveler au sein du team Aspar, le marché des transferts pour 2018 se concentre maintenant sur deux équipes MotoGP : Marc VDS et Avintia.

Si chez Marc VDS il ne reste qu’une place à pourvoir aux côtés de Franco Morbidelli, et Tom Lüthi ne semble pas le dernier sur la liste à avoir ses chances de s’en saisir (malgré les offres de services de Stefan Bradl, Hector Barbera et Sam Lowes), chez Avintia, ce sont les deux motos de Loris Baz et Hector Barbera qui semblent être mises aux enchères.

Le team manager, Raul Romero, ne s’en est d’ailleurs pas vraiment caché puisque, outre Loris Baz et Hector Barbera qui semblent toujours avoir une petite chance de conserver leur siège, il a reconnu être en discussion avec Tito Rabat, Xavier Simeon, Mika Kallio et Yonny Hernandez, tout en déclarant ne pas être pressé de prendre sa décision.

Peut-on interpréter cela comme une volonté de laisser les enchères monter ? L’avenir nous le dira, en particulier si, comme la rumeur le veut actuellement, les deux places seront attribuées à Tito Rabat et Xavier Siméon, deux pilotes supposés avoir la capacité d’apporter avec eux un budget estimé entre 700 000 € et plus de 1 000 000 €.

Ces chiffres peuvent paraître énormes, et ils le sont, mais ils sont à rapporter au budget demandé par certains teams Moto3 (350 000 €) et Moto2 (500 000 €).

Le site Speedweek informe que la cause de cette course à l’argent est due à la restriction du budget apporté par Avintia, qui serait passé de 3 millions d’euros en 2016 à 600 000 € cette année. Une perte de 2,4 millions d’euros seulement compensée en partie par l’arrivée de l’assureur Reale Seguros.

Le team espagnol se verrait donc contraint de demander à ses futurs pilotes de mettre la main à la poche, et pas de façon négligeable.

Doit-on s’en offusquer ? C’est à vous de voir, mais si cette politique semble contestable d’un point de vue sportif, elle ne peut évidemment être que motivée par une situation financière difficile qui pourrait mettre en péril l’existence même de l’équipe espagnole. Alors, entre deux pilotes fortement payants, et rien du tout, quelle serait vraiment la meilleure solution ?

Sources: MCN, Speedweek


Tous les articles sur les Pilotes : Esteve Rabat, Hector Barbera, Loris Baz, Mika Kallio, Stefan Bradl, Thomas Luthi, Xavier Siméon, Yonny Hernandez

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing