La première journée des tests de Jerez aura été la dernière de l’année avec Suzuki pour Iannone. L’Italien venu de Ducati a accompli le plan de travail qui lui était dévolu et qui n’était surtout pas la recherche de la performance. Risquer la chute n’était pas au programme. Jo le Maniac, au passage, économise un jour de tests sur les cinq qui lui sont dévolus comme membre du clan des Usines sans concessions.

Il lui en restera donc encore deux puisque Suzuki ne bénéficie plus, à cause de sa belle saison avec Viñales, des largesses du règlement concernant la mise au point. La firme d’Hamamatsu est un constructeur comme un autre. A l’instar de Honda dont le duo n’a consommé que deux jours, comme ses homologues de chez Ducati. Pendant ce temps, Yamaha utilise ses munitions à Sepang.

Une conjoncture décalée que souligne le patron des troupes sur le terrain Davide Brivio : « c’est une bonne chose d’avoir pu tout réaliser en un jour au regard du règlement. La performance était accessoire et l’objectif était de déterminer ses sensations avec le moteur ».

« Nous avons amené pour ça différentes spécifications. Cette année, nous aurons une évolution du moteur que nous avons. Nous n’aurons pas de nouveau moteur. Il a pu ainsi nous donner les directions à prendre pour cet hiver à la lumière de son expérience et de ses besoins. Il a fait de l’excellent travail ».

Andrea Iannone était accompagné du pilote test Suzuki Takuya Tsuda qui poursuivra son office demain. On rappellera que l’autre officiel Alex Rins se remet d’une violente chute subie lors des essais de Valencia. De laquelle il a été relevé avec deux vertèbres fracturées.

Tous les articles sur : Maverick Vinales