Avec plusieurs titres de Champion du Monde à son actif, dont ceux récents de Johann Zarco, Aki Ajo est une des grandes figures des catégories Moto2 et Moto3. C’est à lui que KTM confie le soin de défendre ses intérêts dans ces deux classes, avec succès puisque le team manager finlandais totalise 150 podiums, dont la plupart obtenus avec des motos autrichiennes.

Depuis son apparition en Grand Prix en 2001 avec Mika Kallio, Ajo Motorsport a remporté 65 courses et 6 titres de Champion du Monde, dont deux l’année dernière avec Brad Binder en Moto3 et Johann Zarco en Moto2. Le Finlandais s’est entretenu avec Neil Morrison de crash.net.

Ajo Motorsport a prolongé de deux ans sa collaboration avec KTM. « C’est vraiment important pour nous parce que la Moto2 est, disons, notre projet principal en ce moment. Nous avons commencé ensemble cette idée il y a plusieurs années lorsque M. Stefan Pierer, PDG de KTM, nous a dit « Pourquoi ne pas faire de la Moto2 ? » J’ai commencé avec Johann Zarco.

« Les deux prochaines années seront vraiment importantes. C’est pourquoi il était très bien de signer maintenant pour les deux prochaines années, car des saisons trépidantes s’annoncent. Triumph arrive dans la catégorie. Nous devons développer la moto pour l’année prochaine, mais dans le même temps, nous devons développer la moto avec le moteur Triumph. Il est donc très agréable que nous ayons les pilotes désignés pour l’année prochaine et que le contrat expire dans deux ans. Nous pouvons nous concentrer uniquement sur le travail, pas sur les négociations. Je suis donc vraiment content de cela et vraiment motivé bien sûr. »

Les débuts de KTM en Moto2 ont été impressionnants. « Le nouveau projet, je dois dire que personne ne l’attendait. Nous devons toujours garder les deux pieds sur le sol. Bien sûr, des temps difficiles viendront aussi, mais nous sommes vraiment heureux d’être ici et cela nous motive. C’est un beau projet. »

Johann Zarco a testé la nouvelle KTM Moto2 en Aragon le lendemain du Grand Prix l’an dernier. Quelle était l’importance d’avoir à disponibilité le Champion du Monde en titre ? « Johann était très flexible pour ces choses. Nous travaillions très étroitement ensemble. Il savait qu’il ne conduirait pas cette moto en course, mais je pense que nous nous respectons et nous nous soutenons tellement que si nous pouvons nous aider les uns les autres, nous le faisons. »

Le moteur Triumph arrive en 2019. « La moto sera totalement différente. Bien sûr, le moteur Triumph est plus gros car il a plus de 700 cm3. Je pense que physiquement, il est aussi plus petit. Il n’est pas aussi large que le quatre cylindres Honda. Donc, je pense que peut-être avec ce moteur, il sera possible de construire une moto plus petite. Mais tout commence essentiellement à partir de zéro lorsque vous avez un nouveau moteur, donc c’est un grand projet en tout cas. »

En Moto3, « ça a été beaucoup plus difficile que depuis de nombreuses années. Je cours depuis longtemps et cela arrive quelquefois. Vous ne pouvez pas gagner chaque année et, en ce moment, c’est une année difficile. En Moto3, nous avons plus de difficultés. Maintenant, il semble que tout soit un peu mieux, surtout avec Bo Bendsneyder. Malheureusement, Niccolo Antonelli a encore cette blessure avec son dos et il n’est pas dans le meilleur état. Bo, comme on le voit, s’améliore tout le temps. Comme je l’ai déjà dit au sujet de Brad Binder, parfois, nous avons besoin de temps difficiles pour être encore plus fort à l’avenir et apprendre quelque chose de plus. Si vous gagnez tout le temps, vous perdez également quelque chose. Les moments difficiles vous rendent plus forts. »

Vous appréciez de choisir des pilotes qui représentent un véritable défi. Même après une année compliquée pour votre équipe Moto3 comme celle-ci, continuerez-vous avec cette approche ? « Oui. Parfois, ça marche. Parfois, ce n’est pas le cas. Parfois, cela prend plus de temps. Je dois dire que lorsque nous avons pris Brad, il n’était pas un pilote tout à fait prêt. Il a eu des points forts mais aussi des hauts et des bas. La première année où Brad était chez nous, en 2015, c’était vraiment difficile. Jusqu’en août – plus de la moitié de la saison – c’était vraiment difficile. Puis il a eu un déclic. Il a obtenu trois podiums. Il s’est globalement renforcé au cours de l’hiver et a fait un début d’année 2016 incroyable. Comme je l’ai dit, n’abandonnez jamais. N’abandonnez jamais.

Et je suppose que c’était identique quand Johann Zarco est venu pour la première fois dans votre équipe. « Bien sûr. Quand il est venu chez moi en 125 cm3 en 2011, il n’avait rien fait avant. Pas d’un seul coup, mais pendant la saison, nous avons trouvé une très bonne vitesse avec lui aussi. Parfois, cela fonctionne, parfois pas. C’est la course. C’est ce qui rend tout aussi intéressant. »

Photos © Ajo Motorsport

Source : crash.net



Tous les articles sur les Pilotes : Bo Bendsneyder, Brad Binder, Miguel Oliveira, Niccolo Antonelli

Tous les articles sur les Teams : Ajo Motorsport, Red Bull KTM Ajo, Red Bull KTM Ajo Moto2