Ce printemps 2017 est la saison des contrastes, avec Maverick Vinales qui surfe au sommet de la vague, tandis que Jorge Lorenzo flotte dans les profondeurs et qu’Andrea Iannone reste rivé au fond. Avant-dernier du classement constructeurs derrière Aprilia, Suzuki ne doit sa modeste cinquième position devant KTM qu’aux 7 points qu’a marqués Alex Rins au Qatar, avant de se blesser à l’entraînement.

Andrea Iannone a échappé à une possible catastrophe en Argentine quand Jorge Lorenzo a percuté sa roue arrière dans le premier virage. Il n’est pas tombé, a bouclé le premier tour en seizième position, puis est remonté à la dixième place au cinquième tour. Il chutait malheureusement ensuite, repartant avant-dernier devant son coéquipier Alex Rins, qui était lui aussi tombé, puis reparti malgré sa cheville blessée. Rins abandonnait à son stand et Iannone terminait dernier, à 46 secondes du vainqueur Maverick Vinales et à 3 de Bradley Smith. Andrea réalisait le onzième temps en course lors de son dix-septième tour en 1’40.242, à une demi-seconde du meilleur tour de Vinales.

The Maniac avait déjà chuté lors du premier GP au Qatar, mais honorablement en troisième position, à la lutte pour la deuxième place entre Marc Marquez et Maverick Vinales. Il réalisait à cette occasion le huitième temps en 1’56.564, à une demi-seconde (0.574) de notre Johann Zarco.

mgp2andrea-iannoner1

Suzuki avait dans son contrat avec Vinales une clause qui prévoyait que l’Espagnol courrait pour le constructeur japonais en 2017 si celui-ci le désirait, ce que l’on appelle une option. Suzuki l’a souhaité, Vinales l’a refusé, ce qui a provoqué sa séparation avec son manager d’alors Aki Ajo. Ce qui apparait aujourd’hui comme une énorme erreur stratégique en n’appliquant pas cette option contractuelle est payée au prix fort par Suzuki. Le Grand Prix of the Americas sonnera-t-il l’heure du rachat ?

Iannone est en progression constante à Austin. De la dixième place en 2013 sur Ducati Pramac, il terminait septième en 2014 au sein de la même équipe. Cinquième en 2015 sur une Desmosedici officielle, il finissait troisième l’an dernier, à 10 secondes de Marquez, et 8 devant Vinales, alors pilote Suzuki.

mgp2andrea-iannoner12

Pour Andrea Iannone, « Le début de la saison n’a pas été très positif pour moi en termes de résultats, car je n’ai pas encore de point de championnat, mais nos performances se sont améliorées de façon constante au cours des derniers mois et je pense que nous faisons un travail optimal.

« Le circuit d’Austin peut ne pas être l’un des meilleurs pour les caractéristiques de notre moto, mais nous devons travailler dur pour pouvoir nous adapter à tout type de circuit. C’est un défi qui me revitalise et je ressens un bon soutien de l’équipe.

« J’aimerais vraiment avoir un week-end favorable à Austin. L’atmosphère avec les fans y est incroyable et je pense que nous méritons de meilleurs résultats que ceux que nous avons récoltés jusqu’ici parce que nous faisons un très bon travail. »

mgp2ambient20

Photos © Suzuki



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Team Suzuki Ecstar