Avant de s’envoler pour le Texas, le quadruple vainqueur du Grand Prix d’Austin s’est entretenu avec Breiller Pirres de El Pais à l’occasion de son passage à São Paulo au Brésil. Il a expliqué sa situation actuelle et ses espoirs pour la suite de la saison, avec d’abord le Grand Prix of The Americas ce week-end.

Vous attendiez-vous à  autant de difficultés en début la saison?

« Nous savions que ce serait difficile au début, mais surtout en Argentine des choses inattendues se sont passées. Jamais je n’avais prévu une chute. Et nous sommes tombé alors que nous étions en première position. Pas cinquième ou sixième, mais nous nous battions pour la victoire.

Est-ce que vous avez besoin de vous adapter au nouveau moteur ?

« L’an dernier, ce moteur a été l’un de nos points faibles. Cette année encore, mais nous sommes plus près que jamais de régler le problème et de corriger ça.

Est-ce que le nouveau moteur a influencé votre chute en Argentine ?

« Tout est lié. Lorsque la moto accélère mal, vous devez récupérer au freinage ou en entrée de courbe. Cela nous oblige à choisir un pneu avant dur pour le freinage. Et le pneu dur prévient aussi moins les chutes. Pedrosa et moi avions choisi un pneu dur et nous sommes tombés.

Une solution en vue ?

« Honda est le premier intéressé à travailler là – dessus. Nous avons besoin de temps. Ce problème que nous avons, nous ne pouvons pas le résoudre d’un jour à l’autre. Nous avons besoin de quelques courses pour mieux le comprendre et voir si nous pouvons le résoudre.

18009976_658640841002371_280714470_n

Vous n’avez jamais perdu à Austin. Vous pensez que vous pouvez récupérer aux États-Unis?

« La chance peut changer de camp à Austin. J’espère que cette année ça se passera également de la même manière. Peut – être que le circuit est adapté à mon style de pilotage. Dès la première année que je suis allé là – bas, je m’y suis trouvé très confortable et y ait toujours roulé très vite. Nous espérons atteindre au moins le premier podium de la saison. Ce serait un bon résultat. Et voir si nous pouvons nous battre pour la victoire. C’est le parfait endroit pour changer cette dynamique et oublier la chute argentine.

Etes- vous surpris par les deux premières victoires de Maverick Viñales?

«  Maverick a commencé la saison à un très bon niveau. Nous nous attendions à un adversaire coriace. Mais les deux Yamaha m’ont surpris. Lui et Valentino vont très vite, ce qui est inquiétant.

Viñales est votre principal rival pour le championnat ?

«  Je suppose que nous aurons quatre ou cinq vainqueurs différents. Mais je pense que les deux pilotes Yamaha seront mes plus grands rivaux pour le titre. Pendant la pré – saison, Yamaha semblait avoir une équipe solide.

Lorenzo est-il loin de se battre pour le titre parce qu’il a changé d’équipe ?

«  Lorenzo a du mal, et je pense que c’est normal. Il avait passé de nombreuses années avec un style de pilotage. Et maintenant, avec le changement vers Ducati, il est difficile pour lui d’adapter son style. Quoi qu’il en soit, c’est un pilote capable de gagner et nous ne pouvons pas l’éliminer.

18009945_658640857669036_56494205_n

En 2015, Valentino Rossi vous a accusé de favoriser Lorenzo dans la lutte pour le titre. Aviez-vous vraiment cette intention ?

«  Je ne m’y attendais pas. C’était une chose qui m’a fait mal parce que, finalement, il n’y a pas d’amis en MotoGP. Nous voulons tous gagner. Peu importe si on est du même pays ou de la même équipe. Vous voulez toujours y arriver d’abord. Cela m’a dérangé et j’ai été surpris par l’accusation de Valentino. Nous avons tourné la page et maintenant notre relation est revenue à la normale.

Est-il impossible d’avoir des amis dans ce sport ?

« En Moto GP, il y a des amis, oui, mais ceux qui ne jouent pas le championnat. Avec ceux qui le jouent, vous ne serez jamais amis. Vous vous connaissez, vous parlez, vous avez une relation professionnelle, mais avoir des amis est très difficile. Vous n’allez pas voir un match de football ou sortez et buvez avec vos meilleurs rivaux.

L’interdiction des ailerons affecte-t-elle l’aérodynamique ?

« Elle l’affecte un peu. Les ailerons aident en sortie de virage et à l’accélération. Mais chaque fois qu’il y a un contact d’une moto avec une autre moto,  les ailerons touchent, ils peuvent se casser et blesser le pilote. C’est donc plus sûr sans eux.

Le mois dernier, John Surtees est mort, le seul champion du monde en MotoGP et Formule 1. Est-il possible que quelqu’un le refasse dans un proche avenir ?

«  La possibilité existe, mais je ne le ferai pas [rires]. Je pense qu’on le demande toujours parce que l’on voit que les pilotes de Moto GP peuvent aller vite. Mais c’est presque impossible. Tous les sports sont de plus en plus professionnels. Les pilotes de Formule 1 sont très spécialisés, car enfants ils ont été dans une voiture. Mon monde est la moto. Essayer un jour une voiture de Formule 1, pourquoi pas. J’aimerais, parce que c’est de l’adrénaline. Mais je ne suis pas prêt à conduire une voiture de façon professionnelle. »

18009713_658640824335706_1577541216_n

Photos © Repsol Media

Source : El Pais



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team