Si Marc Márquez arrive au Texas avec la pression de devoir gagner à Austin pour ne pas perpétuer son plus mauvais début de saison en MotoGP, la situation est encore bien pire pour Jorge Lorenzo.

Avec les seuls cinq points de sa 11e place au Qatar, le pilote Ducati sait que sa chute lors du premier tour du Grand Prix d’Argentine demande à être effacée, tout comme son geste de frustration dont les images ont fait le tour du monde quand il a jeté sa GP17 à terre.

Pour autant, à l’aube de ce week-end très important, la situation n’est pas aussi noire qu’elle semble apparaître : d’une part, à l’exception de 2013, les Ducati sont toujours montées sur le podium au COTA, et d’autre part Jorge Lorenzo pense que les faits de course l’ont empêché de matérialiser les progrès faits quant à son adaptation à la moto de Borgo Panigale.

Pas de panique, donc, pour le numéro 99 qui apprécie chaque jour la politique de bienveillance adoptée par Ducati à son égard.

Jorge Lorenzo : « Enfin, nous arrivons à Austin. Ce n’est pas le temps des regrets, après ce qui est arrivé en Argentine. Bien que les résultats ne soient pas avec nous, je pense que nous avons trouvé un moyen de faire mieux. Quelle qu’en soit la raison, nous n’avons pas été en mesure de nous exprimer dans des conditions sèches. Dans l’équipe, nous sommes positifs, nous travaillons tous dur et je crois que nous allons bientôt terminer ce mauvais moment. Je travaille dur, j’ai analysé beaucoup de données, j’ai essayé beaucoup de choses, je suis en train de tout faire pour trouver et placer les pièces du puzzle pour aller plus vite. Assurément, je ne perds pas l’espoir de gagner une course cette année. Peut-être que nous serons prêts pour le début de la deuxième année, mais il y a encore beaucoup de courses cette saison. Je suis en train de m’adapter le plus rapidement possible à la moto, mais cela coûte plus que prévu. »

Interrogé sur son geste de frustration, le pilote majorquin tiens à remercier son employeur : « Je suis très reconnaissant car, à aucun moment, ils ne m’ont grondé , ni puni pour le mauvais geste que j’ai eu en Argentine. Ils ont compris que cela avait été un moment de frustration et il est évident que toutes les équipes n’auraient pas réagi ainsi. Je me sens très protégé et apprécié, et c’est dans les moments difficiles que l’on vous montre sa loyauté. »

Source: Tuttomotoriweb



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team