De Alessio Piana / Corsedimoto.com

À 39 ans, Broc Parkes annonce sa retraite : 23 saisons de course entre MotoGP, Superbike, Endurance et championnats nationaux.

Après 23 saisons dans ce sport, Broc Parkes raccroche son cuir. Vingt-trois, comme son numéro de course historique, mais ce n’est qu’une coïncidence. Quelques semaines après avoir annoncé son accord avec le Yamaha Racing Team Australia pour disputer la saison 2021 de l’ASBK, le pilote de 39 ans de Nouvelle-Galles du Sud a annoncé son intention d’arrêter de courir. Toutefois, il restera au YRT en tant que testeur et coach de pilotes.

23 SAISONS

Broc Parkes s’est imposé comme un pilote solide, fiable et professionnel qui peut courir partout. MotoGP, World Superbike, Endurance, BSB, All Japan, ARRC : rien ne manque au pilote australien. Après avoir remporté des succès dans son pays en 125cc et 250cc, en tant que protégé (très jeune) de Wayne Gardner, il a débarqué en Europe pour disputer le championnat du monde Superbike en 2001-2002 avec l’équipe NCR Ducati. Le début d’une carrière qui l’a vu défendre les couleurs des principales équipes de pointe en Supersport mondial (Ten Kate Honda, Yamaha Allemagne, Kawasaki Provec), en s’adjugeant à deux reprises le titre de vice-champion du monde. En 2014, il a disputé une saison complète de MotoGP avec l’ART CRT de Paul Bird Motorsport, avant de recevoir l’appel de Tech 3 Yamaha en 2017 lors de son Grand Prix à domicile à Phillip Island. Il a également défendu les couleurs du YART Yamaha pendant 7 ans en Endurance, se liant à la société Iwata également dans l’ARRC où, en 2019, il s’est approché du titre ASB1000.

LETTRE

« C’est avec un profond regret et les plus sincères excuses que je me retrouve à écrire cette lettre”, a fait savoir Broc Parkes. “Après mûre réflexion, j’ai décidé que je ne pouvais pas m’engager à participer à des courses cette année et que j’allais donc prendre du recul par rapport à mes engagements avec YRT. Je suis retourné en Australie pour passer plus de temps avec ma famille et pour commencer à vivre une vie “normale” avec mes enfants. Ils ont passé toute leur vie à me suivre dans le monde entier et à respecter mes engagements en matière de course, mais le moment est venu de faire de ma famille ma priorité. »

MOTIVATIONS

« Les tests récents ont confirmé que je ne peux plus m’occuper de mes enfants et de mes engagements de course en même temps au quotidien, en leur donnant le dévouement et l’engagement qu’ils méritent tous”, explique Parkes. “C’est pourquoi il est temps de mettre leurs désirs et leurs besoins au premier plan et d’honorer mon engagement en tant que père. En raison des nombreuses difficultés que tout le monde a connues pendant la période de pandémie, les sponsors personnels que j’espérais obtenir ne sont plus automatiques. En combinant cela avec mon désir de passer du temps avec ma famille à la maison, j’ai réalisé que le moment était venu de prendre du recul. Je suis très reconnaissant de la confiance que Yamaha m’a accordée au fil des ans, non seulement avec la YRT, mais aussi pour tous les championnats internationaux. Elle m’a toujours offert les meilleures opportunités de courir au plus haut niveau dans le monde entier. »

NOUVEAU RÔLE

« Même si cela puisse représenter une retraite, je ne quitte pas définitivement le sport que j’aime et qui m’a tant donné. Je continuerai à travailler avec Yamaha Australia, YRT et YRD, en tant que testeur et entraîneur tout au long de la saison 2021. Avec 23 ans d’expérience dans le domaine de la moto, je suis heureux de transmettre mon expérience à tous les pilotes. Je comprends que cette décision est proche du début de la saison de l’ASBK, mais je n’y ai réfléchi sérieusement que lors de ces derniers jours. Merci à tous ceux qui m’ont soutenu tout au long de ma carrière, maintenant j’ai hâte de commencer ce nouveau parcours professionnel. »

Les 12 heures d’Estoril 2020, qu’il a terminées à la 3e place sur la Yamaha R1 du Wojcik Racing Team, seront donc la dernière course de la carrière de Broc Parkes. A moins d’une remise en question ou d’une course flash dans un avenir proche…

Lire l’article original sur Corsedimoto.com

Alessio Piana