Ainsi, Ducati a pris sa décision. Une décision qui va à l’encontre du résultat du sondage que nous avions lancé, à l’issue duquel vous avez été une majorité à souhaiter voir Andrea Iannone comme coéquipier de Jorge Lorenzo.

Pour nous, et vous, permettre de mieux comprendre le choix de Ducati, nous avons donc fait appel dans un premier temps à un œil aussi extérieur qu’avisé : celui d’Hervé Poncharal.

Hervé, avec votre expérience, pouvez-nous nous expliquer le choix de Ducati?

Hervé Poncharal: “Je ne dis pas que Dovi n’est pas ambitieux, mais Iannone, aujourd’hui, il a les crocs, il a envie de bouffer la planète : il veut se battre avec Rossi, Lorenzo et Marquez.
Il est en pleine période ascendante. Donc faire cohabiter un garçon comme ça à côté de Lorenzo, ça n’aurait pas été très facile, car il n’acceptera jamais d’être le numéro 2, même si c’était écrit dans un contrat, alors que ce ne doit vraisemblablement pas être le cas.
Lorenzo sera de toute façon celui sur qui les espoirs de l’usine seront posés en priorité. Avoir à côté un Dovi qui a quand même de la bouteille, et qui connaît très bien la maison Ducati, parce qu’il  y était avant, qui est un bon soldat, qui comprendra à mon avis mieux que Iannone l’organisation et la hiérarchie, qui va faire des essais en donnant à chaque fois des commentaires pertinents, c’est loin d’être une mauvaise chose. Il y en a un qui est moins flamboyant mais plus bosseur. Donc selon moi, la complémentarité Lorenzo-Iannone était moins évidente que celle de Lorenzo-Dovizioso.”

Mais le public aurait visiblement préféré Iannone…

“Mais c’est évident que pour le public, celui qui s’appelle Jo le Maniac, qui pête parfois les plombs, qui est capable de faire des trucs de fou, en positif comme en négatif, aurait été mieux. Il déclenche plus la passion exacerbée qu’un Dovi.  Donc je comprends le public. Mais je vous parlais d’une réflexion que pouvait avoir une usine et un service course, avec tous les problèmes qu’ils ont  à gérer.  Ils ont quand même la méga-star avec Lorenzo, et ils ont intérêt à ce que cette équipe travaille de manière intéressante et constructive, et à ce titre là, il y a plus de complémentarité avec le duo Lorenz-Dovizioso.
Ceci dit, j’ai énormément de respect pour Iannone et c’est certainement un des plus proches à pouvoir se retrouver en bagarre avec les trois ou quatre Fantastics. Et pour lui, se retrouver éventuellement leader d’une usine, pourquoi pas Suzuki, ça a plus de sens que d’être le deuxième couteau chez Ducati car, de toute façon, Lorenzo aura un statut de prioritaire.”

A suivre…



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone