Ce Grand Prix de Valence ne sera pas épargné par la météo. Ce final de la saison 2018 sera arrosé, mais pas dans le sens espéré. Les conditions de ce vendredi ont été dantesques, ce qui n’a pas échappé aux pilotes qui commencent à cogiter sur leur course de dimanche. Car demain, samedi, ne sera qu’une accalmie. Le lendemain, le déluge est promis. Pour être clair, c’est le spectre de Silverstone qui commence à planer sur le site de Ricardo Tormo. Soit l’annulation des courses…

Deux séances d’essais libres et autant de drapeaux rouges sortis. Cette première journée à Valence s’est tout de même bien passée, mais elle donne aussi matière à réflexion. Bradley Smith, qui fait sa dernière apparition dans la catégorie, donne la tendance parmi les pilotes : « l’état de la piste est limite dangereuse. Il y a tellement d’eau stagnante. Et ce, sans raison réelle, car il ne pleut pas tant que ça. Mais je pense que cette surface, dans certaines zones, ressemble à Silverstone. Honnêtement, ce n’est pas bien. Dans le virage 1, il n’y a pas de problème, mais dans le dernier virage, qui termine la ligne droite, c’est aussi mauvais que Silverstone en termes d’eau stagnante”.

Une référence qui fait évidemment froid dans le dos : « Silverstone a été inondé et c’était une grande rivière. Ce n’est pas le cas ici mais pour ce qui est de l’eau stagnante, c’est à peu près pareil. Cela m’inquiète un peu sur ce qui se passera le jour de la course. Parce que demain, samedi, pourrait être sec, nous n’aurons donc pas le problème, mais dimanche s’il pleut comme ça, nous devrons faire très attention ».

Marc Marquez, sur Autosport, complète : « nous devons faire attention à deux ou trois zones, car c’est là que l’eau traverse. La piste se draine très bien, mais il est évident qu’il y a quelques points de traversée de l’eau et qu’il faut faire attention. Je dirais qu’aujourd’hui, nous avons été sauvés parce que Valence est très drainant et possède une excellente adhérence. Sur de nombreux autres circuits, cela aurait été trop risqué de courir ».

Danilo Petrucci, soulève quant à lui un autre problème : « je suis resté un moment derrière Marc Marquez, et, dans la ligne droite principale avec toute cette eau, la visibilité est très très basse. Je ne sais pas si, avec beaucoup de pilotes en paquet en course, l’arrière du groupe verra quelque chose. Sur la ligne droite, il y a beaucoup d’eau stagnante et il est très difficile de voir. Les conditions sont très très limites.”

Smith a déclaré que lui et ses collègues exprimeraient leurs préoccupations devant la commission de la sécurité et insisteraient pour que la direction de la course aborde la journée de la course avec une attention particulière. « Je ne sais pas ce qui va se passer. En essais libres, ce n’est pas si grave, mais le jour de la course, je pense que nous allons parler aux gars de la commission de la sécurité et dire à la direction de la course de prendre ça en compte ».



Tous les articles sur les Pilotes : Bradley Smith, Danilo Petrucci, Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac, KTM MotoGP, Repsol Honda Team