Ce n’était bien sûr pas en douzième place au classement provisoire du Championnat du Monde que Maverick rêvait d’arriver à Jerez pour son Grand Prix national, mais une septième place initiale au Qatar fut suivie d’une chute en Argentine dans le dernier tour à la suite d’une collision avec Franco Morbidelli. Il se blessait le genou gauche et ne pouvait terminer qu’en onzième position lors du Grand Prix suivant aux États-Unis.

Maverick arrivait donc modestement à Jerez en douzième position avec 14 points, contre 54 pour le leader Andrea Dovizioso et 51 pour son coéquipier Valentino Rossi qui occupait la deuxième place.

Les essais libres étaient difficiles, ce qu’expliquait Viñales ainsi « Vous ne pouvez pas résoudre les problèmes de Yamaha en un seul week-end. La stabilité manquait, nous avons essayé d’apporter quelques changements, mais la situation était la même. Nous souffrons beaucoup à cause de l’électronique, perdant presque une seconde par rapport aux autres pilotes. Il est difficile de trouver un compromis avec la moto, car je ne peux même pas l’arrêter ». Il se classait quinzième des essais libres à 0.7 du leader Danilo Petrucci.

Ce qui commençait mal continuait mieux : Maverick s’extrayait du fond de grille en étant le pilote le plus rapide de la Q1, ce qui n’était pas le cas de son coéquipier Valentino Rossi, troisième. Viñales se qualifiait donc pour la Q2, qu’il terminait brillamment, compte tenu des circonstances, en cinquième position à 0.2 de la pole. Mais sa performance avec sa Yamaha officielle passait totalement inaperçue, les deux meilleurs temps étant réalisés par les M1 satellites de Fabio Quartararo et Franco Morbidelli. Toutefois Maverick déclarait « Je suis satisfait car la FP3 a été très difficile pour moi. Je ne trouvais pas de bonnes sensations et je ne pilotais pas bien. Nous avons donc changé beaucoup de choses en FP4, suite à quoi je me suis senti vraiment bien et j’avais un bon rythme pour la course, ce qui est le plus important. Je suis un peu déçu de mes qualifications, car j’ai choisi une mauvaise stratégie. J’ai essayé de suivre Jorge mais j’ai oublié que Morbidelli et Quartararo étaient juste derrière moi ». Il préparait dès samedi sa stratégie dominicale : « Demain nous partirons de la deuxième ligne. Ce sera très important de prendre un bon départ, car nous avons le rythme et je freine très tard, alors je pense que pour moi, le dépassement ici sera plus facile que sur les autres pistes ». Le warmup venait conforter cette confiance retrouvée car Viñales réalisait la deuxième performance à 0.3 de Marc Márquez, ce qui était positif.

Dans le top 4 dès le premier tour

Vidéo : A bord de la moto de Viñales lors du départ

A l’extinction des feux, Maverick s’extrayait de la grille de départ pour occuper dès le début du premier tour la quatrième position, précédé par Marc Márquez, Franco Morbidelli et Fabio Quartararo.

Alors que Márquez se détachait en tête, Viñales occupait la quatrième place juste derrière les deux autres Yamaha de Quartararo et Morbidelli. Álex Rins le doublait à 14 tours de la fin.

A la mi-course, Viñales pointait en quatrième position derrière Márquez, Rins et Morbidelli. Il subissait alors la pression des deux Ducati officielles de Dovizioso et Petrucci. Finalement Maverick parvenait à terminer à la troisième place pour la première fois de sa carrière en MotoGP à Jerez et il montait sur le podium en compagnie de ses deux compatriotes Marc Márquez et Álex Rins.

Pour Maverick, « Être sur le podium ici à Jerez est très agréable. Il était important de rester devant les Ducati, je voulais les garder derrière moi. Nous avons beaucoup travaillé pour être plus constants au début. À Austin, j’ai malheureusement anticipé le départ, c’était dommage, nous aurions été bien placés. Heureusement, nous avons bien choisi les pneus ici et les avons épargnés en début de course ».

« J’ai pu gagner quelques places au départ. Ce dont j’ai besoin c’est de confiance. À Jerez, j’ai toujours eu des difficultés et je n’avais jamais pu y obtenir aucun résultat remarquable. Pour moi, ce podium est comme une victoire. L’équipe a fait un excellent travail car j’étais seizième en FP3. C’est difficile, mais nous travaillons fort ».

« Nous allons maintenant effectuer les essais de lundi. Nous voulons améliorer nos points faibles. Mais il sera difficile de faire une simulation de course parce que nous aurons une bonne adhérence car Il y a beaucoup de gomme sur la piste. Le Mans, j’adore, la moto semble très bien fonctionner au Mans ».

« Les Yamaha Petronas sont très similaires. J’ai d’abord essayé d’accélérer doucement. Alors que les pneus s’usaient, j’ai pu vaincre la Yamaha Petronas. Quartararo a montré qu’il pouvait être très rapide. C’est bon d’avoir un tel pilote dans les rangs. Lors des deux premières courses, c’était toujours très difficile pour nous. Notre potentiel est certainement plus élevé. Mais à Jerez, nous ne nous attendions certainement pas à un tel résultat. Yamaha fait un bon travail. Mais je dois aussi comprendre la moto et éventuellement m’améliorer ».

Classement du Grand Prix :

Classement provisoire du Championnat du Monde :

Photos © Yamaha, motogp.com / Dorna



Tous les articles sur les Pilotes : Maverick Vinales

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP