Il est arrivé pour sa première année en MotoGP auréolé de son titre de Champion du Monde de Moto2. De fait, on lui donnait presque d’office le classement des débutants à la fin de cette saison. Mais ça, c’était avant que Fabio Quartararo ne se révèle et que les bonnes dispositions aperçues lors des tests d’intersaison ne disparaissent pour Bagnaia et sa Ducati. A Jerez, Pecco a montré qu’il relevait la tête. Hélas, il a manqué l’occasion de concrétiser un bon résultat alors que ses adversaires rookies se prenaient les pieds dans le tapis.

L’élève de la VR46 Académie avait connu un bon samedi. Un jour où il a bouté le maître Rossi hors de la Q2 qu’il a en revanche rejoint pour se qualifier à une honorable dixième place. Hélas, la course s’est mal passée. Son départ a été manqué puisque le premier virage a été passé à la seizième place. Le reste, c’est l’équipier de Miller, qui a chuté plus tard dans le Grand Prix, qui la raconte : « ce fut une course difficile pour moi au début. Je n’ai pas eu un bon départ. Ma vitesse était bonne, mais il était difficile de doubler certains pilotes ».

Au 7e tour, Pecco est tombé : « quand j’ai doublé Pol Espargaró, j’ai essayé de le pousser pour qu’il ne puisse pas contrer. Mais malheureusement je suis tombé. Je vais bien, parce que c’était juste une glissade à un rythme relativement lent. Ce fut une course positive, nous étions plus proches du sommet. C’est juste la course ».

La recrue en MotoGP a beaucoup de travail à faire ce lundi, jour de test à Jerez. « J’espère que nous trouverons quelque chose sur la moto. J’espère que ma Ducati sera un peu plus facile à piloter, elle est plutôt agressive en ce moment », note le pilote d’un team Pramac qui a donc fait chou blanc en Espagne. « Nous avons besoin de plus de traction dans les virages et la moto doit être un peu plus stable ».

Grand Prix d’Espagne Jerez MotoGP J3 : chronos

Tous les articles sur les Pilotes : Francesco Bagnaia

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac