Avertissement :

Contrairement à l’immense majorité des articles de notre site, cette nouvelle rubrique ne reporte pas seulement des informations, elle laisse une certaine liberté, voire une liberté certaine, aux pensées de son auteur habitué du monde littéraire qui publiera sous le pseudo de Vernon Stoner.

Ici, on relate, bien sûr, mais on extrapole aussi, on suppute, on échafaude, bref, on discute et on échange !

Vous avez le droit de répondre en commentaire, de corriger, de clamer votre indignation, ou, au pire, si cela vous engendre vraiment des aigreurs d’estomac, de changer de rubrique…

Vous êtes toujours là ? Petits curieux, va… Allez, gaaazzzz !


Par Nicolas Pascual & Vernon Stoner

HRC, résurrection ou chemin de croix ?

Depuis 1995, Repsol Honda Team figure au panthéon des sports mécaniques. Mick Doohan, cinq fois champion d’affilé, Álex Crivillé, et bien d’autres, ont permis à Honda d’établir une domination implacable qui ne s’est que rarement interrompue. La pléthore de grands pilotes (Valentino Rossi, Nicky Hayden, Dani Pedrosa, Andrea Dovizioso, Casey Stoner, Marc Márquez, Jorge Lorenzo) a rapporté onze sacres au total. Pour diriger ces champions au caractère souvent bien trempé, une poigne de fer est nécessaire. La direction du team a été longtemps attribuée aux Japonais, avant de laisser place à Alberto Puig en 2018. Avant lui, Kazuhiko Yamano et Toshiyuki Yamaji et Livio Suppo ont occupé le prestigieux poste.

Difficile de retenir un moment en particulier quand l’histoire d’une équipe est si riche. On ne compte plus les podiums et victoires du HRC ! Mais, depuis 2013, c’est l’Espagnol de Cervera qui tient les rênes de l’histoire à travers une domination outrancière. Ces dernières années, Marquez n’a laissé que quelques miettes aux autres teams du plateau. Depuis son premier titre de champion du monde acquis au bout du suspens, le numéro 93 ne cesse de marquer les esprits. Le pilote Ibérique, pur produit de la filière Repsol, a déjà remporté la couronne dans les trois catégories et il faut avouer que sans lui, le spectacle est un cran en dessous. Son absence en 2020 a, comme tout le monde a pu le constater, changé la donne de façon drastique.

Crédit : Michelin Motorsport

Le problème, lorsque l’on mise tout sur le même cheval, c’est quand il se blesse… 2020 a vu la première saison catastrophique de la HRC. Car, si Repsol Honda Team est sans doute la plus grande équipe de l’histoire des Grands Prix motos, depuis l’accident de son prodige, l’armada orange est dans le creux de la vague. De là à supposer que l’équipe n’aborde pas 2021 de la manière la plus sereine, il n’y a pas loin…

                                 Crédit : Michelin Motorsport

Le cas Marc Márquez est extrêmement complexe. Reviendra t-il en forme, à la manière d’un Doohan post-accident en 1992 ? Sera t-il rapidement capable de retrouver son niveau d’antan pour asseoir à nouveau sa suprématie, ou sera t-il dans le doute, la peur d’une blessure, et peinera t-il à renouer avec le succès ? Les dernières nouvelles laissent à penser que l’Espagnol est sur la bonne voie puisqu’il figure sur la liste des inscrits pour le premier rendez-vous au Qatar, mais bien malin celui qui pourra prédire dans quelles conditions se passera son come back…

                                  Crédit : Michelin Motorsport

Quoi qu’il en soit, il est de bon aloi de supputer que le HRC se languit du retour de son champion. Et, au vu du bilan 2020, on comprend pourquoi… Álex Márquez a bien progressé dans les dernières courses, c’est vrai, et Bradl a fait de son mieux en tant que pilote test parachuté dans la meute sans véritable préparation, mais les résultats ont été plus qu’en dessous des espoirs de la firme nipone. Et ce n’est rien de le dire. L’équipe se positionne en neuvième place du championnat, son pire résultat depuis ses débuts…

                                    Crédit : Michelin Motorsport

Si le cadet des Márquez est parti chercher une ambiance plus smooth, sans la pression inhérente à un team factory, chez LCR, et qu’il est vain d’espérer que Bradl se mue en bête de course, la HRC peut cependant compter sur sa nouvelle recrue, le tonitruant Pol Espargaró ! D’après ses déclarations, l’Espagnol espère être vite dans le rythme et terminer l’année dans le top 4. Et si Pol Espargaró est beaucoup décrié pour son comportement parfois limite, il n’en est pas moins un pilote aguerri, fort d’une expérience KTM des plus enrichissante. Son pilotage agressif pourrait lui permettre de réussir là où Lorenzo avait échoué, dompter la RCV en peu de temps. Un pilote à surveiller…

Top ou flop pour Marc Márquez ? Podium ou gravier pour Pol Espargaró ? Laissez- nous vos pronostics sur la saison 2021 du HRC en commentaire. On en reparle dans quelques mois !

Nicolas & Vernon



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez, Pol Espargaro, Stefan Bradl

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team