Par Lidia Vega Garrote / Motosan

Le pilote du team Aspar est revenu sur les changements dus à ce moment particulier et sur la façon dont s’est déroulé son passage du Moto3 au Moto2.

Arón Canet a participé au podcast espagnol du MotoGP “Cambia el mapa” afin de parler de cette période de confinement et de son passé. L’Espagnol effectue cette année ses débuts en Moto2, et même s’il n’y a pour le moment eu qu’une seule course disputée, il l’a terminée en huitième position, en plus d’avoir mené les FP2. Depuis 2010, aucun rookie n’avait été aussi rapide.

Il a donc raconté à Izaskun Ruiz et Ernest Riveras les différences qu’il rencontre entre sa moto actuelle et son ancienne de la petite catégorie : « En Moto3, pour dépasser le niveau de la moto il faut passer les 60%. Beaucoup y parviennent mais de 60 à 100 ça ne se voit pas. En Moto2 ce niveau se voit beaucoup plus car c’est une catégorie où il faut faire ses armes en tant que pilote. »

Pour le pilote valencien, ce bon résultat est lié au fait qu’il soit arrivé « décidé dans la catégorie. » Il reconnaît toutefois qu’après cette pause forcée, la seule chose qui le préoccupait était que la première course ne se déroule pas au Red Bull Ring. « En étant le plus optimiste possible, il fallait que la première course ait lieu à Jerez et non en Autriche », a-t-il expliqué, estimant que le circuit autrichien ne lui réussit pas.

Pour le reste, il espère bien terminer la saison en tant que rookie de l’année. Si cela reste son objectif principal, il sait que cela dépendra aussi de ce que feront ses rivaux. Malgré la longue pause, il espère qu’aucun nouveau pilote ne se mêlera à la lutte pour le podium. Le numéro 44 pense pouvoir arriver dans de bonnes conditions à la première course étant donné qu’il n’a pas pour habitude de s’entraîner à moto durant la saison.

Enfin, Canet n’a pas manqué de revenir sur le moment où Aspar lui a donné la possibilité de choisir la moto qu’il voulait. « Aspar m’a dit que je choisissais la moto et les personnes. Quand j’ai choisi la Speed Up ça a beaucoup surpris mais cette moto est toujours en avance », a-t-il déclaré. De plus, il n’a pas manqué de signaler que cela permettait d’apporter du changement tout en pouvant se faire remarquer, car si elle reste moins fiable que la Kalex, la Speed Up est peu représentée et de bons résultats à son guidon apportent de bonnes choses.

Lire l’article original sur Motosan.es



Tous les articles sur les Pilotes : Aron Canet

Tous les articles sur les Teams : Angel Nieto Team