De Ana Puerto / Motosan.es

Xavi Vierge (Barcelone, 30 avril 1997) est arrivé en Championnat du Monde directement depuis le Championnat d’Europe FIM CEV Repsol Moto2 en 2015.

La saison prochaine, il courra avec la quatrième équipe différente après être passé chez Tech 3, Dynavolt et Estrella Galicia. Dans ce dernier team, il n’a pas pu montrer grand chose, car la malchance l’a frappé, et il a changé d’air pour faire partie de SRT Petronas en tant que coéquipier de Jake Dixon. Il y a deux ans, il avait déjà réussi à monter sur le podium pour la première fois, et en 2020, il entend faire de son mieux pour aller le plus loin possible et, pourquoi pas, se battre pour le titre de la catégorie intermédiaire.

Vous êtes l’un des pilotes qui n’a jamais participé au Championnat du Monde Moto3 avant celui de Moto2. Est-ce quelque chose qui vous a été rappelé à plusieurs reprises au cours de votre carrière sportive ?

« Oui, on me demande souvent pourquoi. Ce n’est pas normal, mais à cause de ma taille et du manque de budget, j’ai dû passer en Moto2 en CEV. »

Passer du CEV FIM Repsol au Championnat du Monde est un grand pas: comment l’avez-vous vécu dans les premiers moments où vous étiez dans le paddock MotoGP ?

” C’est un grand saut, car il y a 5 ou 6 pilotes rapides dans le CEV, mais quand on arrive en championnat du monde, les 32 pilotes sont très rapides. »

En 2017, vous avez obtenu votre premier podium dans le Championnat du Monde au Grand Prix du Japon, juste au moment où vous commenciez à entrer dans le top 10 plus souvent. Qu’avez-vous ressenti à ce moment ?

« C’était incroyable, un moment que je n’oublierai jamais, surtout que j’avais eu une très grave blessure quelques mois plus tôt qui m’a presque mis hors course. »

La saison dernière, vous avez subi de nombreuses chutes qui vous ont empêché de montrer votre véritable potentiel en matière de résultats. A part cela, que pensez-vous avoir manqué pour être régulièrement aux premières loges ?

« Oui, la saison dernière a été très difficile. Nous avions la vitesse, mais les choses ne se sont pas du tout mises en place; quand je ne tombais pas, j’étais percuté, la moto se cassait, le pneu se détériorait… Tout. Une année à oublier. »

 Comment s’est déroulé l’arrivée du moteur Triumph avec le passage du châssis Tech 3 au châssis Kalex ? Quelles ont été tes premières sensations et celles qui ont suivi quand vous vous êtes adapté ?

« Je l’ai beaucoup aimé, c’est un moteur “plus racing”. Surtout, le châssis Kalex s’adapte très bien à la majorité des circuits, alors qu’avec Tech 3 nous étions très bien sur certains circuits mais nous avons beaucoup souffert sur d’autres. »

Lorsqu’un pilote change souvent d’équipe, il peut perdre une certaine stabilité. Maintenant que vous serez avec Petronas après être passé par Tech 3, Dynavolt et Marc VDS, comment s’est passé le premier contact lors du test de Jerez, et qu’attendez-vous de cette équipe pour la saison prochaine ?

« Comme vous le dites, j’espère qu’ils me procureront la confiance et la stabilité dont j’ai besoin pour atteindre notre objectif. Le premier contact a été vraiment bon, chaque membre de l’équipe est vraiment impatient et c’est essentiel dans cette catégorie où les petits détails font la différence “.

Qu’attendez-vous du prochain test en février à Jerez ?

« De vraiment commencer à travailler dans des conditions normales et apprendre à mieux se connaître, car les essais de novembre se sont déroulés sous la pluie. »

Au début de la pré-saison, vous avez subi une intervention chirurgicale pour enlever certaines plaques de votre main: comment allez-vous et comment gérerez-vous les tests de pré-saison ?

« Oui, il faut profiter de la pré-saison au cas où il faudrait faire quelque chose, car c’est impossible en cours de saison. Je suis déjà à 100%, je m’entraîne plus que jamais ! »

Quel objectif vous fixez-vous pour 2020 ? Pensez-vous que ce sera l’année de la lutte pour le titre ?

« Oui, comme vous le dites, notre objectif est d’essayer de nous battre pour le titre, mais nous devons commencer par la solvabilité et ne pas faire d’erreurs, essayer de nous battre dans le top cinq les premières courses de l’année et, à partir de Jerez, commencera le vrai Championnat du Monde. »

 

 

Lire l’article original sur Motosan.es

Ana Puerto

Crédit photos: Petronas SRT

 



Tous les articles sur les Pilotes : Xavier Siméon

Tous les articles sur les Teams : Petronas Raceline Malaysia