De Luigi Ciamburro/Corsedimoto.com, 

Mattia Pasini a complété sa deuxième saison en Moto2 avec Italtrans Racing d’une manière brillante, avec une victoire au Mugello, un podium à Silverstone, un autre à Aragon, et même un autre à Catalunya annulé en raison d’une pénalité peu claire.

Le pilote de Rimini a donné des émotions et un duel de haut niveau avec son ami de l’Academy Franco Morbidelli (avec qui il a remporté les 100 km du Ranch) et se prépare maintenant à poursuivre son parcours vers le titre mondial et ce rêve appelé MotoGP.

2017 a été une saison passionnante. Qu’est-ce qui a changé par rapport aux années précédentes ?

« Rien de particulier et tout. Nous avons poursuivi le travail avec le groupe construit en 2016, avec des détails que nous devions améliorer, ce qui était plus facile que de partir de zéro. C’était le plus grand avantage. Deux années avec la même moto et la même équipe, surtout en Moto2, qui est une catégorie où le résultat est construit avec l’équipe, était très important.

Après un tel championnat, quels sont les objectifs pour le prochain ?

« Le but est de se battre pour le titre. Je pense que nous avons montré que cela pouvait être à notre portée. Et essayer de faire moins d’erreurs que l’année dernière car elles ont définitivement compromis le championnat. Egalement continuer à travailler comme nous l’avons fait au cours des deux dernières années, c’est-à-dire en grandissant.

Vous avez gagné les 100 km du Ranch avec Morbidelli. Est-ce que la lutte avec Franco va vous manquer cette année ?

« Franco va certainement manquer en Moto2, mais il est vrai qu’il suit son chemin en MotoGP. Il a été Champion du Monde, donc la transition est méritée. Mais il y aura sûrement d’autres adversaires à combattre.

Morbidelli sera-t-il immédiatement compétitif dans la catégorie reine ?

« C’est une question difficile, c’est certainement un pilote très fort et intelligent et je pense que ce sera un pilote rapide.

Qu’est-ce qui vous manque pour faire un pas de plus ?

« Sûrement savoir comment être satisfait, et ensuite réduire les erreurs.

Y a-t-il un regret d’avoir vu le podium s’envoler en Catalogne ?

« Honnêtement, je suis monté sur le podium, je suis monté dessus, c’était une belle course et nous ne comprenons toujours pas les raisons de la disqualification, car elles sont encore un peu vagues. Le regret est là, mais ça n’aurait rien changé au Championnat, alors pensons à l’année prochaine.

Une prédiction pour 2018 en MotoGP et Moto2 ?

« Pour la Moto2, je ne le ferai pas, pour le MotoGP j’espère voir Valentino Rossi jouer le titre. »

L’article original de Corsedimoto.com

Photo : Mattia Pasini, Italtrans Racing Team, Shell Malaysia Grand Prix (© motogp.com / Dorna)

 



Tous les articles sur les Pilotes : Mattia Pasini

Tous les articles sur les Teams : Italtrans Racing Team