Le Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS a effectué la présentation de ses équipes Moto2 et Moto3 sur le circuit mythique du Jarama, dans le Nord de Madrid, en Espagne. Tour d’horizon des attentes pour ces deux catégories.

L’équipe se bat pour le titre en Moto2 et en Moto3 depuis de nombreuses années. Elle l’a remporté l’an dernier dans la catégorie intermédiaire avec Franco Morbidelli, et espère bien réitérer l’exploit en 2018 avec, pourquoi pas, un doublé avec le Moto3.

C’est en tout cas ce qu’espère le Team Estrella Galicia 0,0 Marc VDS qui compte pour cela dans ses rangs deux champions du monde en Moto2, Álex Márquez et Joan Mir, et deux talents bruts issus du CEV en Moto3, Arón Canet et Alonso López.

Ian Wheeler, le directeur de la communication, a expliqué qu’en Moto2, « l’équipe est habituée à avoir de la concurrence dans le box, puisqu’elle a commencé en 2014 avec Esteve Rabat et Mika Kallio, a enchaîné avec Franco Morbidelli et Álex Márquez l’an dernier et continue cette année avec ce dernier et Joan Mir, champion du monde Moto3 en titre. Cette concurrence est bénéfique pour les pilotes car elle est saine et cela les oblige à devoir se surpasser pour battre l’autre. C’est au final quelque chose de positif pour eux et pour le team. » Wheeler a cependant lancé un message très clair à ses pilotes : « Il y a une règle d’or : interdiction de se bousculer en piste ! »

On se souvient en effet de certains combats musclés des coéquipiers de l’an dernier. Mais Álex Márquez semble avoir appris de ses erreurs de 2017 et se dit prêt à affronter plus sereinement 2018 : « L’année dernière j’ai peut-être fait l’erreur de vouloir me précipiter en pensant trop au titre, ce qui a provoqué des erreurs, des chutes et des blessures donc cette fois il faudra être réaliste pour gérer la pression. »

Le numéro 73 a conscience d’être le grand favori pour cette année, mais essaye de ne pas trop penser aux pronostics qui se font sur lui : « Les gens me désignent comme le favori, ce qui est bien, mais il faudra surtout le prouver en piste. Beaucoup de pilotes pourront gagner au Qatar, alors il faudra travailler dur pour toujours être devant. Après trois ou quatre courses nous verrons où chacun se situe et donc qui sera en mesure de se battre pour le titre. Cette année mon objectif est de toujours viser la victoire. Nos tests de pré-saison ont été très bons, et au-delà des résultats j’ai eu d’excellentes sensations. L’important sera de marquer de gros points à chaque course, ensuite nous verrons. »

Álex Márquez aura pour coéquipier le rookie Joan Mir, champion du monde Moto3 en titre tout juste arrivé dans la catégorie. Mais ne vous fiez pas à son statut de débutant, le Majorquin n’a pas choisi ce team pour se retrouver en fond de grille : « Si on souhaite gagner et se battre devant il faut choisir une équipe au top et celle-ci est l’une des meilleures du plateau avec deux titres mondiaux. Elle a de plus un très beau projet avec sa présence dans toutes les catégories du CEV au MotoGP, donc tous les atouts pour que je la choisisse. »

Mir semble très confiant pour 2018. Il sait qu’en tant que nouvel arrivant il va avoir le temps de découvrir la catégorie, et cette liberté va lui permettre d’aller chercher des résultats avec très peu de pression : « A la fin de l’année je serai content si je vois une nette amélioration entre la première et la dernière course. Le plus important sera de toujours progresser sans jamais faire un pas en arrière. Et bien évidemment, mon but est de me battre devant le plus vite possible. »

En Moto3, les enjeux sont plus ou moins les mêmes avec Arón Canet qui fait partie des favoris pour le titre cette année, et Alonso López, jeune arrivant du CEV.

Entré dans la catégorie en 2016, il n’a fallu qu’un an à Arón Canet pour s’imposer parmi les meilleurs et terminer troisième du championnat en 2017 ! Il prend donc plutôt bien son statut de prétendant au titre : « Être considéré comme un favori pour le titre est quelque chose de positif. C’est une réalité qui signifie que l’on a bien travaillé ces dernières années. » Néanmoins, il n’affiche pas ouvertement son objectif de coiffer la couronne mondiale : « Je crois que le mieux pour cette année est d’affronter chaque course en donnant le meilleur, en essayant d’être toujours régulier à chaque séance et surtout en me maintenant dans les premières places en course. Il faudra marquer des points petit à petit et nous verrons bien si à la fin de la saison nous pouvons jouer le titre. »

Concernant ses adversaires, son avis est clair : « Je pense que mes principaux adversaires seront Jorge Martín et Enea Bastianini, deux pilotes que je connais très bien. Enea a été mon coéquipier l’an dernier, et je connais Jorge depuis l’âge de sept ans. Nous connaissons donc nos qualités et nos défauts en piste, ce qui va rendre les courses très divertissantes. »

Son coéquipier, Alonso López, découvre quant à lui la catégorie, et note déjà des chamboulements dans sa vie : « Beaucoup de choses ont changé pour moi depuis l’année dernière. Déjà, je ne peux plus autant aller au lycée qu’avant, je dois dédier tout mon temps à la moto, mais je vais quand même continuer à étudier ! »

Devant s’habituer au rythme du Mondial, il peut compter sur des personnes qu’il connaît bien : « Je crois que mon avantage par rapport aux autres arrivants est que je connais déjà mon équipe avec laquelle je travaillais en CEV. La seule personne que je ne connaissais pas trop est mon chef mécanicien mais nous nous entendons très bien. Mon objectif est d’apprendre et de toujours me donner à cent pour cent. »

© Photos d’Estrella Galicia 0,0.


Tous les articles sur les Pilotes : Alex Marquez, Alonso Lopez, Aron Canet, Joan Mir

Tous les articles sur les Teams : Estrella Galicia 0,0