Si la décision d’arrêter la compétition prise par Juanfran Guevara a surpris tout le monde, elle est loin d’être le fruit du hasard et, au contraire, elle est l’aboutissement d’une prise de conscience faisant preuve d’une grande maturité.

Comme souvent quand un homme s’exprime face à son destin, l’interview exclusive publiée par Motociclismo est lourde en émotions, voir, par certains côtés, poignante.

Juanfran Guevara : « quand vous lisez bien le communiqué, vous pouvez vous dire que ce n’est pas un acte innocent. Cela m’a beaucoup coûté. Beaucoup de larmes. Jusque-là, seule ma famille et mon environnement le plus proche, nous le savions. C’était comme mon secret. Tout le monde m’a posé des questions sur l’année prochaine … et moi, au fond, je savais que l’année prochaine, je ne serais pas là. Je suis plutôt content, c’est la décision que je voulais prendre il y a quelque temps. D’une part, je suis un peu triste de quitter ce monde que je continue à porter dans mon cœur. Mais, d’autre part, je vais concentrer davantage sur les autres choses qui me serviront plus à l’avenir.
Quelques petits événements comme la chute de Silverstone et d’autres événements qui se sont produits à la fin de l’année m’ont fait davantage apercevoir la réalité. En fin de compte, un pilote est uniquement pilote a une vie de rêve, mais un pilote, comme ce fut mon cas, quand il retourne chez lui, doit trouver des sponsors, continuer à étudier, compléter les projets qu’il a, s’entraîner … mille choses qui ne s’arrêtent pas. Il y avait des jours où il me manquait des heures, le niveau de stress a été énorme durant ces derniers mois.

Puis, il y a trois semaines, une nuit en rentrant de l’université, ma vision est restée trouble et j’ai dû m’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence. Le médecin m’a diagnostiqué un stress. A 22 ans, quand ils disent quelque chose comme ça… c’est à ce moment-là que j’ai commencé à penser sérieusement et que je me suis dit que je devais changer quelque chose.

Je suis honnête : le problème que nous avons, surtout en Moto3, est que parmi les 32 ou 33 pilotes qui sont dans la catégorie, probablement 29 pilotes ne savent pas faire autre chose que rouler en moto. Il est très difficile pour un pilote de quitter la moto. Je me suis arrêté pour peser les choses, et j’ai dit : wow! Tout ce que j’ai perdu, ma famille et autres, est-ce que c’est vraiment compensé par le fait d’être ici ? Cela a été compliqué mais la vie est faite de décisions difficiles.

Dans mon cas, la chose la plus difficile était que, comme nous avions très peu de budget, je devais faire pratiquement tous les voyages seul, sans l’équipe. C’était pratiquement la première fois que je quittais l’Espagne, et j’ai fait tous les trajets depuis l’aéroport le plus proche et pratiquement jusqu’au circuit. L’équipe était française et nous ne nous sommes jamais rencontrés à l’aéroport : il y a eu beaucoup de moments de solitude. D’un autre côté, cela vous fait mûrir et grandir plus vite en tant que personne. Il y a toujours un côté positif et un côté négatif.

Mais globalement, je ne changerais cette expérience pour rien. Je me suis bien amusé et je me suis toujours senti très occupé. La meilleure chose est la proximité qui existe entre toutes les personnes. Bien qu’il semble que ce soit quelque chose de stratosphérique, pour moi c’est une petite famille et pratiquement tout le monde est très accessible. Vous allez à toutes les courses ensemble, vous vous rencontrez dans la plupart des avions et il arrive un moment où vous vous sentez comme à la maison.

Et la pire chose, pour moi, c’est le double visage des gens. Tout est dirigé par les intérêts et il y a très peu de gens, mais très peu, qui agissent avec sincérité. Je viens d’une ville de 300 habitants et, pour moi, c’était le plus difficile à comprendre. Que les gens n’étaient pas francs, que tout le monde agissait par derrière.

Ce sont les règles du cirque. Elles sont là : si vous les acceptez, vous jouez, et si vous ne les acceptez pas, vous ne jouez pas. Je pense que, peut-être, ce que j’ai fait sert de précédent, être la première pierre pour changer un peu l’histoire. Bien sûr, il ne sera pas facile de la changer, car disons que les équipes ne recherchent pas tellement le pilote, mais que ce qu’elles recherchent le plus, ce sont les moyens financiers que le pilote apporte.

Maintenant je vais me consacrer à d’autres projets, parce que je ne me vois pas valorisé là-bas. J’espère que cela servira à changer un peu l’histoire. Dans mon cas, je suis là depuis quatre ou cinq ans, mais il y a des pilotes qui ont beaucoup de talent et qui n’ont même pas eu l’occasion d’y arriver. Et au contraire, il y a des pilotes qui n’ont peut-être pas de talent et qui sont dans le championnat du Monde depuis dix ans. Il devrait y avoir un peu de compromis. »

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur Motociclismo



Tous les articles sur les Pilotes : Juanfran Guevara

Tous les articles sur les Teams : RBA Racing Team