Par Diana Tamantini / Corsedimoto

Le pilote Gresini est déterminé à jouer aux avant-postes en Moto3 dès que les courses reprendront. Il vise le titre en 2020 et un passage en Moto2 en 2021.

La volonté d’oublier une année 2019 difficile et d’être l’un des protagonistes du Moto3, lorsque la saison reprendra, est grande. Gabriel Rodrigo l’a démontré lors de l’unique Grand Prix disputé jusqu’à présent, au Qatar, même s’il n’a pas terminé sur le podium. Il était important de repartir avec de la confiance après de nombreux problèmes et des blessures. Les réglages de la moto ont également été radicaux pour l’adapter encore plus aux exigences du pilote argentin. L’objectif pour 2021 est simple : se garantir la possibilité d’un passage en Moto2 en essayant de décrocher le titre en Moto3.

Pour le moment, il faut néanmoins attendre que la situation s’améliore. « Je m’entraîne beaucoup, trois fois par jour », a raconté Rodrigo lors d’un live sur les réseaux sociaux avec Fausto Gresini. « J’ai de la chance, j’ai une petite salle de sport chez moi et aussi un vélo. Depuis quelques jours, il est possible de faire une activité physique dehors en Espagne, mais les circuits sont encore fermés. Peut-être que d’ici une semaine nous retournerons à la normale, j’ai vraiment hâte ! Ça a été bizarre de commencer avec une course et d’arrêter tout de suite, comme s’il y avait une nouvelle pause hivernale. Nous devons toutefois rester calmes. Lorsque la saison reprendra ça sera important d’être en forme, mentalement et physiquement. »

Ça le sera d’autant plus que l’année 2019 a vraiment été difficile. « La saison dernière a été vraiment dure pour tout le monde », a-t-il reconnu. « J’ai beaucoup travaillé durant l’hiver car je voulais commencer 2020 d’une bonne façon, mais je l’ai fait aussi pour toute l’équipe qui continue à placer sa confiance en moi. J’étais évidemment plutôt stressé mais finalement nous avons fait de l’excellent travail. Nous pouvons faire encore mieux mais c’était déjà important de commencer de la bonne façon déjà du point de vue mental. »

Du point de vue technique, de nombreux changements ont été apportés à sa Honda : « La moto 2019 me plaisait beaucoup mais je ne réussissais pas à en comprendre la limite et donc à complètement la contrôler. Aujourd’hui, en revanche, j’ai de bonnes sensations, comme je l’ai montré lors des tests. »

Cette année, le numéro 2 partage son box avec Jeremy Alcoba, qui effectue ses débuts en Championnat du monde. « Je l’ai rencontré l’an dernier à Brno, lorsque je me suis blessé et qu’il m’a remplacé », a-t-il raconté. « C’est un garçon calme, comme moi, et ça simplifie les choses. Nous avons une bonne relation. J’essaye de l’aider en piste, parfois avec les aspirations, mais je dois dire qu’il s’est bien débrouillé dès le début. Il vise haut, mais il sait que pour le moment je suis le pilote numéro un de l’équipe. La rivalité existe forcément, mais il ne fera rien pour me gêner en course. Il veut faire de bonnes choses, mais il veut que j’en fasse moi aussi. »

Rodrigo n’a pas une bonne relation qu’avec son coéquipier, il s’entend également très bien avec Massimo Capanna, son chef technique : « Il me motive tout le temps. J’apprécie les personnes qui me disent les choses telles qu’elles sont, non pas pour m’insulter mais pour m’aider à progresser. Je sais que ce n’est jamais facile, mais Massimo m’aide à voir la réalité, qu’elle soit positive ou non. En ça c’est une personne que j’admire beaucoup. Mais je dois dire que dès le début nous avons tous eu une excellente relation dans l’équipe. Nous sommes unis par une passion commune, par une envie de bien faire. Et puis je sens qu’ils me soutiennent tout le temps, c’est vraiment important pour moi. »

L’Argentin n’a pas non plus manqué de parler des circuits du Championnat et notamment de son préféré, Phillip Island. « L’endroit me plaît beaucoup et le tracé est rapide, parfait pour mon style de pilotage. J’apprécie aussi que nous logions tous ensemble dans une maison quand nous y allons. »

A bientôt 24 ans et après cinq saisons complètes en Mondial, Rodrigo a appris « à accepter les défaites » et précise : « Lorsque tu gagnes, tout est plus facile. Mais lorsque les choses ne vont pas tu dois au contraire tout faire pour ne pas te retrouver démoralisé. » Et à présent, il peut envisager de changer de catégorie pour passer en Moto2 : « Le fait que je veuille y aller le plus rapidement possible n’est pas un secret. Cette année j’ai la possibilité de faire de bonnes choses en visant le titre, ensuite je pourrai penser à changer en 2021. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com



Tous les articles sur les Pilotes : Gabriel Rodrigo

Tous les articles sur les Teams : Gresini Racing Moto3