De Alberto Cercós García / Motosan.es

Entretien avec le pilote Raúl Fernández (23 octobre 2000, Madrid), l’une des sensations de la saison Moto3 qui vient de se terminer.

Le pilote madrilène est passé de moins à plus dans une saison inhabituelle et étrange pour tout le monde. Deux victoires, quatre podiums et six pole sont les actifs d’un Raúl Fernández qui a péché par inexpérience dans la catégorie en début d’année. L’apprentissage et l’évolution qu’il a effectués pendant les mois de course lui ont permis de passer en Moto2 en 2021, également avec KTM. Fernández reconnaît que son pilote de référence est Maverick Viñales, et déborde de bonheur d’avoir franchi le pas vers la catégorie intermédiaire et de pouvoir s’attribuer une note remarquable lors de cette dernière saison.

Cela fait deux semaines depuis la fin du Championnat du monde : Comment passez-vous vos vacances?
« Je prends ces deux semaines de congé pour tranquillement faire le point et assimiler toute l’année. Quand j’ai terminé, j’ai pu essayer la Moto2 et maintenant je dois décider sur quoi je dois travailler davantage pendant la pré-saison pour faire une bonne année 2021. »

Comment résumeriez-vous votre saison en Moto3 ?
« J’arrivais d’une année 2019 plutôt difficile et cela nous a handicapé, tout comme la pandémie et le fait que le Championnat du monde s’arrête, ce qui nous a retiré beaucoup de confiance. Heureusement, la fin de l’année a été sans faute, même si nous avons eu quelques courses malchanceuses, ce qui nous a empêché de nous battre pour le top3. Cette saison a été une saison de maturité et d’apprentissage, et surtout de beaucoup de plaisir sur la moto, ce dont j’avais beaucoup besoin. »

2019 a été étrange pour vous et, en 2020, vous avez dû faire face à toute l’agitation à cause de la pandémie. Pourtant, vous vous êtes confrontés avec les meilleurs pilotes, remportant des courses et des pole positions. Vous attendiez-vous à une telle saison ? Quelle note lui donneriez-vous ?
« La vérité est que non. Honnêtement, je ne m’attendais pas à terminer l’année comme nous l’avons fait. J’ai eu trop de problèmes en 2019, et finir l’année comme ça… J’aurais signé pour beaucoup moins. Je recommence à m’amuser sur une moto, ce que je n’avais pas pu faire depuis longtemps. Et je donne à la saison un 8-8,5. Un 10 correspond à la saison parfaite : gagner toutes les courses, être toujours au top, mais ça n’existe pas et c’est très compliqué. Le 9, non, à cause de la façon dont j’ai commencé l’année. C’est pourquoi je pense que le B+ est la meilleure note que je puisse me donner. »

Une année compliquée mais, en même temps, un apprentissage continu. Avez-vous remarqué une évolution en vous-même ? Pensez-vous que vous avez mûri en tant que pilote ?
« C’est clair. Et même si cela semble ridicule, les trois pilotes qui m’ont précédé étaient dans la catégorie depuis quelques années et avec la même équipe. Cela ajoute beaucoup en termes de confiance et de progression. Si l’année prochaine nous étions de retour en Moto3, nous aurions fait une grande partie du chemin, le travail serait plus facile. En début de saison, ce n’était pas comme ça : j’ai dû m’adapter à l’équipe et pas l’inverse. Pourtant, j’ai terminé d’une manière incroyable. »

Photo: MotoGP

Qu’est-ce que ça fait de vivre une course de Moto3 de l’intérieur ? Car bien sûr, à la télé vous voyez, course après course, un groupe énorme de pilotes qui se passent et se repassent trois fois dans le même virage : Comment gérez-vous une course avec ces caractéristiques ?
« C’est une catégorie très difficile à cause de cela. Il y a quelques années, il n’y avait que 3 ou 4 équipes compétitives, mais maintenant il n’y a plus de mauvaises motos. Au fil du temps, ils ont fait une très belle catégorie pour le spectateur, mais très difficile pour les pilotes. Il y a des choses qui ne dépendent pas de vous dans les courses avec des groupes aussi importants : être percuté, percuter, aller au contact, etc. C’est très difficile à contrôler. La catégorie est agréable à voir mais quand on est à l’intérieur, c’est fou. Il n’y a pas de stratégie, on ne pense qu’à attaquer et à avoir un peu de chance pour être devant. »

Raúl Fernández, Moto3, Portugal MotoGP, 20 Novembre 2020

Ces courses folles ne sont généralement pas la tendance en Moto2, où vous serez l’année prochaine. Comment assimilez-vous le saut jusqu’à la catégorie intermédiaire ? Sur le plan physique, remarquerez-vous le changement ?
« J’étais très excité de faire le saut, une étape de plus dans ma carrière sportive. Je le fais aussi avec l’équipe (Red Bull KTM Ajo) avec laquelle j’étais en Rookies Cup et c’est une équipe de rêve. Je veux profiter et continuer à être heureux sur la moto. Aki a fait un excellent travail avec moi, il m’a éduqué et m’a formé en tant que pilote. Je suis très heureux de monter en Moto2 et encore plus heureux de continuer dans cette grande famille.
Sur le plan physique, cela change beaucoup, car ce sont deux formes d’entraînement opposées. En Moto3, c’était juste la bonne chose à faire, un peu de salle de sport  pour avoir une forme physique qui ne fatigue pas les muscles. Beaucoup de cardio, je sortais courir, etc. C’était très important d’avoir une bonne musculature, mais légère. En Moto2, cependant, c’est le contraire. C’est une moto très physique, elle se lève beaucoup, elle a beaucoup de puissance. Sur le plan physique, je dois faire un peu moins de cardio et me concentrer sur la musculation. »

 

Photo: MotoGP

Comme tout pilote, votre rêve à moyen / long terme est d’atteindre le MotoGP…
« Depuis que je suis petit, je rêve de ça, entrer dans le cercle des vainqueurs et être en MotoGP. J’espère que je pourrai y parvenir avec KTM, car ce serait quelque chose de fantastique, et que Miguel Oliveira et Brad Binder ont déjà fait, également depuis la Rookies Cup. »

Un autre homme de Madrid qui est clairement à la hausse est Jorge Martín, également chez KTM. La saison prochaine, il sera précisément en MotoGP. Il est bon de voir comment les Madrilènes se font également un nom en Championnat du monde : L’avez-vous évoqué avec lui durant cette saison ?
« Même si nous sommes dans la même équipe, je n’ai pas pu beaucoup parler avec lui. Nous avons des horaires différents, mais je suis très heureux pour lui et pour les Madrilènes ! Qu’ils continuent à progresser et à réussir en Championnat du Monde, car nous avons besoin de plus de pilotes madrilènes. Nous verrons si Madrid nous aide davantage et fera un circuit à proximité, pas pour moi ou pour ceux qui sont déjà impliqués, mais surtout pour les petits. »

Enfin, qui est votre pilote préféré ? A qui vous identifiez-vous ?
« Je me réfère surtout à Viñales. Il a un très bon style de pilotage. Il me plaît beaucoup parce qu’il travaille toujours seul, et c’est pourquoi en Moto3 j’ai toujours travaillé seul. Et je me souviens quand il a remporté le Championnat du Monde en 2013, en Moto3. J’étais dans les gradins de Cheste et je l’ai célébré comme si j’avais gagné. C’est mon idole. »

Lire l’article original sur Motosan.es

Alberto Cercós García



Tous les articles sur les Pilotes : Raúl Fernández

Tous les articles sur les Teams : Ajo Motorsport, Red Bull KTM Ajo Moto2