De Raquel Jiménez Rodríguez / Motosan.es

Après avoir signé avec le team Leopard Moto3, Jaume Masiá se prépare maintenant à se battre pour le championnat en 2020. Lors d’un de ses moments de repos, le Valencien a répondu au micro de Motosan en révélant les détails de ce qui sera sa troisième saison en Moto3.

Jaume Masia Vargas (31 octobre 2000, Algemesi, Espagne) est arrivé dans le Championnat du Monde Moto3 en 2017 en pouvant y faire quelques kilomètres grâce aux plusieurs wildcards qu’il a pu réaliser. Après deux saisons complètes avec Bester Capital Dubaï, le pilote valencien débarque maintenant dans l’équipe championne du monde, Leopard Racing, où il se battra pour être le successeur de Lorenzo Dalla Porta sous les mêmes couleurs.


Question : Tout d’abord, félicitations pour la saison que vous avez vécue et pour avoir signé avec l’équipe Leopard. Que diriez-vous de cette saison ? Quels sont les points à améliorer pour la saison prochaine, selon vous ?

Réponse : La saison a été marquée par des hauts et des bas, mais aussi par une certaine malchance. De mon point de vue, je pense que sur tous les circuits, nous avons donné le meilleur de nous-mêmes et nous avons été compétitifs. Je pense que ce qui doit être amélioré, c’est la régularité et la minimisation des erreurs qui, au bout du compte, vous fait perdre des positions dans le championnat: ne pas marquer de points dans une course vous pénalise beaucoup, donc c’est la régularité et la minimisation des erreurs.

Q : Dans la deuxième course de la saison, lors du Grand Prix d’Argentine, vous avez remporté votre première victoire en Championnat du monde. En tant qu’Espagnol, vous avez rejoint d’autres personnes comme Dani Pedrosa, Jorge Lorenzo et Marc Márquez en tant que vainqueur de course. Comment définiriez-vous ce moment où vous franchissez la ligne d’arrivée en tant que vainqueur ? De quoi vous souvenez-vous à ce moment-là ?

R : Eh bien, au final c’était magnifique, je n’y croyais pas: je ne croyais avoir finalement gagné une course dans le championnat du monde parce que, jusqu’alors, je n’avais pas fait de podium, et mon premier podium avec une victoire était splendide ! Je pense qu’à la fin vous vous souvenez de toute la famille, de tous ceux qui ont été avec vous pour lutter pour un rêve commun et, globalement, je me souviens de tous ceux qui m’ont aidé, mais surtout de ma famille.

Q : Lors du Grand Prix d’Aragón, vous avez laissé les spectateurs bouche bée en faisant visiblement une chute brutale. Pensez-vous que cette blessure a pesé sur la fin de la saison ?

R : Quand je me suis relevé, j’avais une forte douleur dans le bras et je me le suis tenu, parce que je savais que je m’étais fait très mal. Je me suis donc retiré de ma faute et, finalement, je n’ai manqué qu’une seule course, celle en Thaïlande. Je ne pense pas avoir été un trop grand fardeau à la fin de la saison, car c’était une période difficile. La fin de la saison a été difficile car l’équipe disparaissait, je quittais l’équipe. Au final, c’était difficile, mais je pense que nous avons quand même très bien fait: par exemple en Australie nous avons été éliminés alors que nous nous battions pour le top 6, j’ai fait un podium en Malaisie et à Valence nous devions clairement nous battre pour un top 5 ou un podium. J’ai donc réussi à assez bien terminer.

Q : Ces bons résultats ont fait que le Léopard a décidé de parier sur vous pour l’année prochaine. Pensez-vous que cela pourrait être votre chance de vous battre pour le championnat du monde dès la première course ? Comment faites-vous face à ce changement d’équipe ?

R : Je suis impatient, car au final c’est une équipe gagnante. Avec tous les pilotes qu’ils ont eus, ils ont obtenu de très bons résultats, alors oui, pourquoi pas, quand la moto est là, le pilote et l’équipe peuvent faire de très belles choses et pourquoi pas se fixer un objectif comme celui-ci. Mais à la fin, mille choses peuvent arriver, tout ne vient pas du pilote, mais en se battant et en travaillant, ça fera sûrement l’affaire.

Q : Ce sera votre troisième saison dans la catégorie des petites cylindrées: pensez-vous que dans un futur proche votre promotion en Moto2 pourrait être envisagée ?

R : Ce sera ma troisième saison dans la catégorie Moto3, donc j’ai un plan pour l’avenir, mais je n’ai pas de plan pour le futur proche. La première chose que nous devons faire est d’affronter la saison 2020 puis, au fur et à mesure, nous déciderons.

Q : On vous a souvent comparé à une légende comme Dani Pedrosa en raison de votre taille : pensez-vous que cet aspect a été un fardeau tout au long de votre carrière sportive ou, au contraire, vous a rendu plus fort ?

R : Au final, être comparé à votre idole est très agréable, ce n’est pas un fardeau. Dani Pedrosa est mon idole, donc être comparé à lui est très satisfaisant pour moi. Être comparé à un pilote de sa taille et de son talent est magnifique.

Q : Actuellement, le MotoGP vit l’ère Marc Márquez et il semble impossible de le battre sur la piste : comment évaluez-vous cela, et pensez-vous que dans un futur pas trop lointain vous pourriez vous battre contre lui ?

R : Marc Márquez est le pilote le plus complet du monde,  mais j’espère pouvoir me battre avec lui, pourquoi pas ? Mais il y a encore un long chemin à parcourir. Mais Márquez est clairement le pilote le plus complet, le seul à être monté sur le podium à chaque fois. Il minimise ses erreurs et j’espère qu’à l’avenir je pourrai me battre avec lui.

Q : Récemment, votre compatriote Jorge Lorenzo a dit au revoir à la compétition: comment avez-vous vécu ce moment, et était-ce une surprise pour vous ?

R : A la fin, Jorge a traversé des moments difficiles lors de son changement de moto et ce n’était finalement pas une chose à laquelle on pouvait s’attendre à 100% car on ne devine jamais: on se connaît seulement soi-même. Mais finalement, dire au revoir à une légende comme lui est difficile, car ce ne sera pas la même chose de ne pas le voir sur la piste et en course. Je pense que ce qu’il avait à faire a déjà été fait et que tout ce qu’il avait à prouver a déjà été prouvé, alors je respecte sa décision et j’espère qu’il s’en sortira très bien dans sa nouvelle vie.

Q : De nombreux favoris de cette année vont passer en Moto2 cette saison, comme Dalla Porta et Ramirez, alors, à votre avis, qui seront les adversaires à battre en 2020 ?

R : Il y en aura sûrement beaucoup, comme toujours. En fin de compte, je pense que les plus coriaces seront peut-être Arbolino, Vietti, Sergio Garcia, Fenati, etc. Maintenant, il est très difficile de faire une prévision, mais il y en aura beaucoup, comme toujours. Mais bon, jusqu’à la première course, je ne saurai pas qui.

Q : Si vous pouviez faire un vœu pour la nouvelle année, lequel serait-il ?

R : Bien sûr, l’un d’entre eux serait de gagner le championnat du monde, mais en réalité, mille choses peuvent arriver. Donc ce serait un de mes souhaits, mais aussi d’avoir une année sans malchance, avec le moins de chutes et le moins de blessures possibles: de profiter de toutes les courses avec le moins de diminutions physiques possibles.

Lire l’article original sur Motosan.es

Raquel Jiménez Rodríguez

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jaume Masia

Tous les articles sur les Teams : Leopard Racing