La carrière de Jakub Kornfeil prend une fin aussi inattendue qu’anticipée, malgré le fait que le doyen de la Moto3 ait été en possession d’un contrat avec l’équipe BOÉ Skull Rider Mugen Race pour la saison 2020 du Championnat du monde Moto3.

A 26 ans, le pilote Tchèque doit en effet raccrocher le cuir en Grands Prix par faute de moyens financiers,son principal sponsor, la société compatriote Redox, ayant réduit de moitié son apport pour 2020.

Au terme de 182 Grands Prix, dont 39 en 125cc et 143 en catégorie Moto3, le bilan du numéro 84, surtout célèbre pour son spectaculaire envol au Mans, reste faible avec seulement 5 podiums et aucune victoire.

 Jakub Kornfeil : « Je ne sais même pas par où commencer. Le début est toujours difficile, mais il peut être encore plus difficile de prendre certaines décisions. À la fin de la saison dernière à Valence, je savais parfaitement que j’avais terminé la dernière course de 2019. Je n’aurais jamais imaginé que ce serait ma dernière course en Championnat du monde ! Je vous informe donc que ma carrière de motocycliste professionnel est terminée. Je quitte un sport que j’aimais et qui m’a comblé, et qui m’a donné envie de prendre des risques chaque week-end de compétition. »

« J’ai toujours un contrat valide avec une équipe, mais j’ai été forcé de prendre cette décision cruciale dans ma vie. Aucun de nous ne peut voir l’avenir et, aujourd’hui, nous devons agir particulièrement rapidement. Dans d’autres emplois, vous avez souvent des minutes, des heures, des jours, parfois même des semaines pour décider. Dans mon sport, je devais prendre des décisions en millièmes de seconde. Je ne suis pas quelqu’un qui reporte: c’est pourquoi je pense que cette décision est la seule bonne chose à faire, compte tenu de tous les faits. »

« Commencer la saison avec un budget différent de celui que j’avais fixé pour la saison, vivre dans l’incertitude, sachant que je pourrai peut-être participer au championnat jusqu’au Mugello en Italie… Croyez-moi, cela n’en valait pas la peine. Après des années de compétitions, un athlète professionnel doit courir avec un esprit libre et une bonne tranquillité pour obtenir de bons résultats professionnels. »

« Je suis reconnaissant à tous mes sponsors, à mes amis, mais aussi à mes fidèles supporters, qui m’ont toujours aidé à faire de moi un athlète à succès. Sans leur aide, je n’aurais atteint aucun des objectifs que j’ai atteints et aujourd’hui je ne serais pas là où je suis ! Je me sens toujours comme un vainqueur, même si je n’ai pas gagné en championnat du monde. J’ai toujours essayé de faire de mon mieux sur et en dehors de la piste. Mes plus grands remerciements et mon admiration vont à toute ma famille, qui m’a aidé à suivre cette voie. Mon père a tout sacrifié pour me permettre de courir et ma mère m’a toujours soutenu, à la fois depuis les tribunes et depuis la télé. »

« Avec ce message, je ne veux pas regretter les “opportunités manquées”. Quoi qu’il en soit, j’ai réalisé mon rêve et je continuerai à faire ce qui me satisfait personnellement, et, si j’ose le dire, j’ai la passion et peut-être le talent pour cela. »

A peine cette nouvelle connue, Tom Booth-Amos (ex-pilote CIP-Green Power) confirmait sur les réseaux sociaux avoir été contacté par le team pour rouler, moyennant finances, aux côtés de Makar Yurchenko. A priori, cela ne se fera pas…

 

 

 

Filip Salac (Snipers Honda), 18 ans, est donc le seul pilote tchèque restant en Grands Prix, après l’éviction de Karel Abraham par Johann Zarco.

 

 



Tous les articles sur les Pilotes : Jakub Kornfeil

Tous les articles sur les Teams : RBA Boé Skull Rider