Ancien responsable emblématique de Michelin en MotoGP, Nicolas s’est lancé dans une nouvelle aventure passionnante en devenant Directeur exécutif de la nouvelle Coupe du Monde MotoE. La première des cinq courses du calendrier 2019 aura lieu lors du GP de Jerez, suivi du Mans, de l’Allemagne, de l’Autriche et de Misano. C’est à Jerez qu’aura lieu le prochain test, du 13 au 15 mars.

Nicolas, pour promouvoir ce nouveau championnat, tu as invité de grands champions à tester la moto lors de leur GP national en 2018, comme Mick Doohan en Australie, Aspar Martinez à Valence, Randy de Puniet au Mans, sans oublier Randy Mamola, Fonsi Nieto, Neil Hodgson, Colin Edwards et Max Biaggi. Quel a été leur point de vue, dans l’ensemble ?

« Les pilotes ont vraiment apprécié la disponibilité du moteur et la facilité de pilotage. Max par exemple pensait que le compteur était faux car il était déjà à 240 km/h  au début des box dans la ligne droite du Mugello ! »

Le plateau est incroyablement hétéroclite, avec des pilotes venus de tous les horizons. Cela peut-il amener un élément de suspens supplémentaire ?

« Nous sommes très contents d’avoir un tel plateau qui regroupe 10 nationalités différentes et des pilotes de renom avec Sete Gibernau, Bradley Smith ou encore Randy de Puniet. Comme il s’agit d’une coupe avec donc un matériel identique pour chacun, le suspens sera de toute façon au rendez-vous. »

Comment fonctionne le frein moteur ? L’Energica Ego Corsa dispose-t-elle d’un système de récupération d’énergie au freinage ?

« Oui la moto est équipée d’un système de récupération d’énergie qui agit comme frein moteur. En fait le pilote dispose de deux freins « électriques » :

  • Le « frein moteur » de base dont il va choisir le niveau parmi trois disponibles et qui va entrer en fonction dès qu’il fermera la poignée
  • Un frein électrique supplémentaire qu’il peut actionner au guidon à l’aide d’un bouton poussoir et qui agit lorsqu’il est actionné. »

Y a-t-il un anti-patinage (« traction control »), utile éventuellement sur le mouillé ?

« Non, ce sera aux pilotes de contrôler cela. On a vu à Jerez que cela ne poserait pas de problème. »

Au niveau du bruit, recherchez-vous une solution pour mettre un peu d’ambiance sonore ?

« Nous nous sommes rendus compte à Jerez que le son était présent lorsque vous avez toutes les motos en piste. Il est bien sur très différent et de niveau sonore  très inférieur à celui  auquel nous sommes habitués dans  le monde de la course, mais il est futuriste et à l’avenir permettra de faire des essais libres (en dehors des week-ends de compétition et des tests officiels) sans rencontrer les difficultés actuelles. » 

Les pneumatiques Michelin utilisés seront-ils identiques pour tous les circuits, ou y aura-t-il une adaptation pour chaque piste ?

« Cela restera du ressort de Michelin. »

En Formula E automobile, Renault, Audi, Jaguar, Mahindra et Citroën sont présents, alors que BMW, Mercedes et Porsche ont annoncé leur intention de les rejoindre. Sens-tu les constructeurs motos aussi intéressés ?

« Il y a quelques frémissements mais les principaux constructeurs de motos ont réagi plus tard que les constructeurs de voitures et ne disposent pas encore dans leur gamme de moto électrique à quelques exceptions près. Je pense qu’ils vont suivre avec intérêt le lancement de la MotoE et pour notre part, nous resterons attentifs à leur réaction. »

Photos © motogp.com / Dorna, Michelin

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams :