Dans les statistiques qui font le bilan d’une saison, il n‘y a pas que les titres et les victoires, voire même le nombre de chutes qui compte. Il y a aussi le bilan moins sympathique des blessés et le nombre de courses ratées. 2018 a été sur ce plan plus douloureux que 2017. Mais 2016 avait été pire…

En 2018, sept pilotes réguliers du MotoGP ont dû annuler au moins une course en raison d’une blessure. Le site Motorsport Magazine a réalisé les statistiques des blessures. Alors que le champion du monde Marc Marquez a fait preuve d’une constance incroyable lors de cette saison MotoGP qui lui a finalement valu le titre mondial, certains de ses concurrents ont été moins chanceux.

Au total, sept pilotes titulaires ont manqué une ou plusieurs courses de la saison 2018. Le pilote ayant le plus manqué sur la piste est sans aucun doute Tito Rabat, qui a raté sept meetings après sa chute lors du week-end de Silverstone. De Misano à la finale de la saison à Valence, Rabat a dû rester sur la touche. Ce n’est que lors des essais après la dernière course qu’il a retrouvé sa Ducati. Et encore, il était loin de sa forme optimale.

Jorge Lorenzo figure aussi en bonne place sur cette liste. Dans sa dernière année en tant que pilote Ducati, il a dû regarder quatre courses à la télévision. De Thaïlande à la Malaisie, l’Espagnol n’était pas opérationnel après sa chute peu après le départ de la course d’Aragon à laquelle a succédé son accident à Buriram.

Pol Espargaró et Cal Crutchlow ont dû se passer de trois courses en 2018. Espargaró n’était pas en forme après sa chute subie lors du warm-up à Brno en République tchèque. Spielberg et Aragon n‘ont pu être honorés. Il n’a pas non plus participé à Silverstone, mais comme la course a été annulée, les conséquences ont été nulles… A la différence de l’absence en Autriche. Le pilote KTM et son équipe étaient particulièrement déçus. Le constructeur autrichien n’a pu faire sa course à la maison qu’avec un seul pilote.

Crutchlow a quitté la scène à la fin de la saison. Lors d’un vendredi en Australie, le Britannique a eu une fracture à la cheville après une chute qui l’a mis hors de combat jusqu’à la fin de la saison et au-delà. Le pilote LCR se remet encore de sa blessure. On ne sait toujours pas s’il pourra participer aux essais de Sepang en février.

Franco Morbidelli, a dû annuler la course à Assen et le Grand Prix d’Allemagne. Aux Pays-Bas, lors des troisièmes essais libres, l’Italien est tombé et a subi une fracture du métacarpien gauche. En conséquence, il a également dû suspendre le Sachsenring. Après la pause estivale en République tchèque, il a pu retrouver l’action.

Xavier Simeon, n’a raté que la finale de la saison à Valence. Le pilote Avintia est tombé deux fois lors des essais du vendredi, aussi bien en FP1 qu’en FP2. Par la suite, les médecins du paddock ont ​​décidé qu’il était préférable que le Belge s’abstienne de poursuivre son meeting, car le risque de commotion cérébrale était important après les deux chutes.

Aleix Espargaro a également été victime d’une blessure. Le pilote Aprilia n’a pas pu faire la course au Sachsenring, après avoir lourdement chuté dimanche matin lors de l’échauffement. L’équipe n’a jamais révélé ses blessures, mais on soupçonne des côtes cassées. Espargaró avait ensuite toute la pause estivale pour se remettre et était de retour à Brno.

Outre les sept pilotes réguliers, blessés cette saison, Jordi Torres, remplaçant de Rabat, et les pilotes d’essai de Ducati et de KTM Michele Pirro et Mika Kallio figurent sur la liste des martyrs. Torres s’est blessé à un doigt lors d’une chute samedi en Malaisie et a dû abandonner la course. Michele Pirro a chuté violemment dans la FP2 du Mugello et n’était alors plus opérationnel. Kallio a mis fin prématurément à sa mission au Sachsenring après s’être blessé au genou lors de la FP2.

 

Ainsi, durant l’année MotoGP 2018, sept pilotes réguliers ont raté 21 courses. Par rapport à l’année précédente, ces chiffres ont considérablement augmenté. En 2017, six pilotes ont été blessés, mais ils n’avaient raté qu’un total de dix courses. La part du lion revenait alors à Alex Rins, qui avait raté un total de cinq courses entre Austin et Barcelone. Tous les autres pilotes, de Valentino Rossi à Jonas Folger en passant par Jack Miller, Aleix Espargaró ou Bradley Smith, n’avaient dû se passer que d’une course.

La saison 2016 avait toutefois largement dépassé l’année écoulée. Au total, neuf coureurs avaient raté 26 courses en tout. Le pilote en tête était Jack Miller avec cinq courses manquées, suivi d’Andrea Iannone, Danilo Petrucci et Loris Baz, chacun avec quatre forfaits. Dani Pedrosa et Bradley Smith avaient chacun trois courses manquées. Pol Espargaro, Stefan Bradl et Tito Rabat, une seule.



Tous les articles sur les Pilotes : Cal Crutchlow, Esteve Rabat, Jorge Lorenzo

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing, Ducati Team, LCR Honda