La nouvelle est tombée et elle confond définitivement Andrea Iannone à l’usage d’un produit dopant. Du laboratoire allemand qui a fait la contre-analyse de l’échantillon B il ressort que le stéroïde anabolisant drostanolone a été détecté dans l’organisme de l’officiel Aprilia qui avait fait l’objet d’un contrôle en marge du Grand Prix de Malaisie. Et maintenant ?

Avec cette confirmation de l’analyse de l’échantillon A qui avait déjà détecté la substance illicite, la FIM ne peut que confirmer la suspension de licence d’Andrea Iannone. Reste maintenant à connaître quelle en sera la durée. C’est là que les avocats interviennent. Des résultats de l’examen il ressort que si la substance incriminée est en effet présente, elle n’apparaît qu’en très petite quantité. Un élément qui pourrait encourager la thèse selon laquelle elle a été prise inconsciemment, probablement en mangeant de la viande contaminée en Asie.

« Les contre-analyses devraient attester de la présence de métabolites égaux à 1 150 nanogrammes par millilitre », révèlent en effet à la Gazzetta dello Sport l’avocat Antonio De Rensis et son expert Alberto Salomone , présents aux analyses en Allemagne. « Une petite quantité, compte tenu également du fait que le pilote était en Asie depuis plus d’un mois et que le test, effectué immédiatement après le Grand Prix, portait sur un échantillon d’urine très dense, égal à 1,024, en raison de la forte déshydratation de la course. C’est un fait qui nous réconforte vers la thèse de la contamination des aliments, également parce que les stéroïdes sont pris avec des cycles longs et non occasionnels. »

La prochaine étape sera donc de déposer un recours formel devant le Tribunal disciplinaire international, puis en cas de nouveau verdict défavorable, le pilote pourra également faire appel auprès du Tribunal Arbitral des Sports de Lausanne. Le problème se situe toujours dans la durée de l’arrêt : la Cour peut en effet prendre jusqu’à 45 jours pour prononcer sa condamnation, donc la suspension de Iannone durerait jusqu’au début février, date à laquelle les tests de pré-saison devraient commencer. En revanche, l’affaire serait résolue à temps pour mars, soit pour le début officiel du Championnat du monde, avec le Grand Prix du Qatar. Reste à connaître cependant la réaction d‘Aprilia


Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini