Si l’histoire entre Jorge Lorenzo et Ducati en est à son crépuscule, il en est une autre qui arrive à son terme. Il s’agit de l’aventure entre un Andrea Iannone qui avait dû laisser sa place à Por Fuera vhez les rouges et Suzuki qui pensait avec l’Italien avoir trouvé un substitut à Maverick Viñales séduit par Yamaha. Les deux contrats ont connu les mêmes hauts et bas, puisque la première année a été compliquée avant que l’horizon ne se dégage lors de la seconde saison. Mais il y avait déjà quelque chose de cassé. En 2019 l’un ira chez Honda et l’autre chez Aprilia. Pour le coup, la destinée est différente…

Car l’un jouera sa place parmi les champions et l’autre sa place tout court. Il suffit de regarder la situation actuelle d’Aprilia pour souhaiter à Joe le Maniac toute la chance dont il aura besoin. Il en a d’ailleurs conscience : « c’est un défi que j’ai décidé de relever et je mettrai toutes mes forces pour réussir. Je considère cette aventure Aprilia de manière positive. Ce ne sera pas facile au début, mais j’espère que mon expérience et mes connaissances pourront également contribuer à faire progresser la moto rapidement ».

Du côté de Noale, il est aussi très attendu. Le patron sur le terrain Romano Albesiano ne s’en cache pas et lui promet déjà une toute nouvelle RS-GP dès les premiers tests. « Chez Aprilia, comme ce fut le cas ici chez Suzuki, je ne sais pas à quoi m’attendre. Il faudra un certain temps pour connaître le personnel, la manière de travailler, la rapidité avec laquelle on réagit aux problèmes » précise le futur équipier d’Aleix Espargaro.

Le même Aleix qu’il avait au passage remplacé chez Suzuki… Quel souvenir gardera-t-il de son passage sur la GSX-RR ?  « Suzuki perd un pilote qui a toujours fait des progrès. J’ai eu une influence sur cette équipe en apportant une connaissance qu’ils n’avaient pas sur certains aspects. Je les ai aidés à grandir. Malheureusement, le nouveau matériel commence à arriver seulement maintenant ».

Chez Aprilia, il aura Fabrizio Cecchini, aujourd’hui avec Fabio Di Giannantonio comme chef mécanicien et un certain Max Biaggi dans les parages : « j’ai parlé à Cecchini. Il a une expérience et un passé importants. Il sait ce que sont les courses. Et il a un caractère fort : eh bien, j’aime ceux qui sont prêts à être à se battre, ceux qui ont les attributs et qui vous le prouvent, au lieu de vous dire quelque chose en face et de vous poignarder par derrière ». Voilà pour l’un…

Et pour l’autre ? « Max a beaucoup gagné, il sait ce que signifie être pilote et se battre tous les jours pour le résultat. Je lui ai un peu parlé, il peut donner sa contribution, mais je ne décide pas de son rôle lors du week-end de course. Mais son conseil sera important, il connaît chaque membre du groupe, ce qui n’est pas anodin ».

Andrea Iannone termine en jetant un œil sur la suite : « je me vois de nombreuses années en course, mon talent et ma vitesse parlent clairement pour ça. Mais cela dépendra des résultats, j’ai besoin d’une moto qui me permette d’exprimer ce que j’ai à l’intérieur ».



Tous les articles sur les Pilotes : Andrea Iannone

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini, Team Suzuki Ecstar