Ce vendredi 1er octobre 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le Circuit of the Americas, à l’issue de la première journée du Grand Prix des Amériques à Austin, Texas.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, auteur du meilleur chrono à l’issue de la première journée de roulage aux États-Unis.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.


Marc, vous avez toujours été à la pointe sur ce circuit, mais cette année la donne est sensiblement différente avec votre blessure. En ce sens, est-ce que le sauvetage que vous avez réalisé aujourd’hui est le signe que vous avez enfin retrouvé votre meilleur niveau ?

« Pour tout dire, les sensations sur la moto n’ont franchement pas été exceptionnelles. Une fois rentré au garage j’ai bien pris conscience que j’étais tout de même devant, mais si je ne m’en étais tenu qu’à mes sensations sur la moto, je me serais persuadé que je pilotais mal. Au final je suis content de ma journée, content à propos du résultat final, mais sans doute pas de mon feeling. »

« C’est vrai que j’ai pas mal progressé sur mon point fort, qui est le premier virage, mais dans tous les virages et changements de direction rapides qui suivent je suis en retard. Malgré cela, les temps au tour ont été au rendez-vous. J’espère que demain il va pleuvoir lors de certaines séances car ça me permettrait de mieux vivre les choses physiquement. »

“Les temps au tour sont au rendez-vous”

 

Austin a toujours été une piste très physique, et là l’omniprésence de bosses n’arrange rien. Quelle est votre opinion concernant les bosses, et comment voyez-vous la course et sa vingtaine de tours dans ces conditions ?

« Austin est vraiment un circuit que j’adore, mais c’est vrai que les bosses sont parfois un peu limite. Les conditions de piste sont vraiment limite, mais au niveau des bosses ce n’en sont pas de réelles, mais elles font plus figure d’aspérités. Après, il est clair que c’est une piste physique. »

 

« Je dois dire que même quand vous êtes fin prêt physiquement c’est difficile de finir la course. Mais la longue ligne droite de retour permet tout de même de souffler un peu, car pour le coup c’est une partie qu’ils ont resurfacée. Mais nous allons tout de même chercher à progresser et à réaliser un pas en avant samedi et dimanche. »

Toujours concernant les bosses, un certain nombre de pilotes a expliqué que celles-ci pouvaient s’avérer dangereuses, et que si rien n’était fait l’édition de l’année prochaine pourrait être remise en cause. Quelle est votre opinion quant au niveau de sécurité impliqué par la présence de ces bosses ?

« Le niveau du championnat du monde est actuellement très élevé, et l’état des pistes est très bon sur la plupart des tracés. Cependant, je me souviens qu’en 2013 à Laguna Seca par exemple, il y avait beaucoup de bosses, et même chose pour Indianapolis. Mais c’est vrai que tout cela est très limite, d’autant plus que la situation se dégrade d’année en année. Mais je pense qu’araser cela est difficile, dans le sens où je crois qu’il ne s’agit pas de bosses liées à l’asphalte en tant que tel, mais plutôt aux mouvements du sol sous le tarmac. »

MotoGP Austin – Temps combinés FP1 + FP2 :

Crédit classement motogp.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team