En ce vendredi 13 août 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le circuit du Red Bull Ring, au terme de la première journée du Grand Prix d’Autriche.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, auteur du neuvième chrono à l’issue de la première journée d’essais libres.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.


 

Marc, vous avez semblé être agacé par la moto dans le virage 3 à un certain moment lors des FP2. Pouvez-vous nous expliquer quel était le problème ?

« J’ai effectivement eu un problème avec la moto et je n’ai pas vraiment compris ce qu’il se passait, donc j’ai rejoint les stands et je me suis rendu compte que c’était un problème électronique. Mais il n’y a pas de panique à ce sujet, en l’espace de quelques secondes la moto avait repris un comportement normal. »

Beaucoup de développements sont entrepris sur votre moto. Est-ce que vous suivez absolument tout ce que fait le HRC à ce sujet ou bien vous laissez parfois la main à votre équipe à ce sujet ?

« Je suis bien sûr tout ce qui est prévu dans le développement de la moto, et je suis les plans à la lettre. J’aime bien suivre cela de sorte de pouvoir organiser les choses et formuler quelques idées. Les idées que nous avons mises en application aujourd’hui proviennent davantage de mon équipe et de l’équipe japonaise, mais nous avons utilisé plus ou moins le même châssis que nous avons utilisé samedi dernier. »

« Il y a du positif et du négatif, et demain je vais essayer encore de nouvelles choses, tout du moins si la météo le permet. En ce qui concerne le programme d’aujourd’hui, le HRC a pris l’essentiel des décisions, mais pour demain c’est plutôt moi et mon équipe qui vont avoir la main. Nous allons vraiment avoir pour objectif d’être plus rapides demain. »

 

 

On vous a vu bouger l’épaule lors des FP1, est-ce que tout va bien à ce niveau ? A ce sujet, pouvez-vous nous dire quelle partie du corps est la plus mobilisée sur ce circuit chez les pilotes ?

« Je suis en difficulté, il doit s’agir d’un des circuits où je rencontre le plus de difficultés, en raison des gros freinages notamment. L’épaule droite est soumise à rude épreuve sur ce circuit. Le weekend dernier j’ai rencontré pas mal de problèmes, et ce matin cela a encore été le cas en dépit du fait que j’ai débuté en étant frais et dispos. J’ai été rapide mais dès que j’ai ralenti les douleurs sont arrivées et j’ai commencé à avoir du mal pour bien piloter la moto et même pour bien ajuster les réglages. Mais aujourd’hui je n’ai pas beaucoup attaqué, je me suis simplement concentré pour essayer pas mal de choses. »

“L’épaule droite est soumise à rude épreuve sur ce circuit”

 

Les virages 3 et 4 font beaucoup parler d’eux ici en termes de sécurité. Mais voyez-vous d’autres virages qui sont eux aussi dangereux en MotoGP ?

« Pour moi, les autres parties du circuit sont suffisamment sûres, mais c’est vrai que les virages 3 et 4, ainsi que le virage 1 dans une moindre mesure, sont dangereux. C’est étrange dans le cas du virage 1 car le virage en lui-même ne présente pas de gros risques, mais c’est la façon dont les pilotes chutent qui est dangereuse.

« Par exemple en Moto2 aujourd’hui on a vu plusieurs fois que les pilotes restaient au milieu de la piste, et c’est quelque chose qui est difficile à comprendre. J’espère simplement que pour l’an prochain ils vont changer la partie entre le virage 1 et le virage 3, et ensuite nous pourrons, je pense, progresser au niveau de la sécurité. En ce qui concerne les autres circuits, je peux citer Jerez où les murs sont toujours trop près, et nous les touchons trop souvent lors des chutes. Je pense notamment au mur qui se situe dans le virage où j’ai chuté l’an dernier, le virage 7, mais aussi le virage 10.

 

Classement FP1/FP2 du Grand Prix MotoGP d’Autriche sur le Red Bull Ring : 

Crédit classement: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team