Dimanche dernier, à l’issue du Grand Prix d’Autriche, le nom de Binder s’est inscrit en tête de toutes les colonnes des médias spécialisés, Brad ayant bravement remporté l’épreuve en pneus slicks sur une piste mouillée. Mais avant cela, c’était plutôt son frère qui faisait l’actualité du MotoGP, Darryn étant de plus en plus cité pour aboutir dans l’équipe satellite Yamaha.

Rappel des faits…

Yamaha alignait quatre pilotes pour la saison 2021, Fabio Quartararo et Maverick Viñales dans le team officiel Monster Energy Yamaha, Franco Morbidelli et Valentino Rossi dans l’équipe satellite Petronas Yamaha SRT.

Les choses ont commencé à se compliquer quand Maverick Viñales a déclaré qu’il ne courrait plus pour la firme d’Iwata l’année prochaine, puis quand Valentino Rossi a annoncé qu’il prendrait sa retraite en fin de saison. La marque aux trois diapasons doit donc trouver deux pilotes de haut niveau, ce qui est d’autant moins facile que les représentants de Yamaha en Superbike ne semblent pas, chacun pour des raisons différentes, très motivés par la proposition.

Toprak Razgatlıoğlu déclare officiellement vouloir d’abord se concentrer sur le titre de champion du monde Superbike avant de commencer à réfléchir à cette opportunité. On ne peut omettre non plus que c’est un pilote ayant un contrat avec la boisson énergisante Red Bull pour qui le marché turc est très important…
Pour Garrett Gerloff, la situation est différente car, pour avoir déjà piloté une M1, l’Américain sait que la marche est grande et les circuits  à apprendre, nombreux…

À défaut d’être un fait officiel, le paddock du MotoGP prend donc pour acquis que c’est Franco Morbidelli qui roulera aux côtés de Fabio Quartararo en 2022 !

Du coup, l’équipe Sepang Racing Team, sans Petronas qui ne sera plus le sponsor-titre en 2022, se retrouverait démunie de tout pilote en MotoGP pour l’année prochaine. Xavi Vierge et Jake Dixon, les actuels représentants du team en Moto2, ne semblant pas avoir pleinement convaincu Razlan Razali et Johan Stigefelt, Darryn Binder, le frère de Brad, a apparemment été pressenti pour un guidon en MotoGP, court-circuitant ainsi la classique étape de la Moto2, à l’image de Jack Miller en son temps.

Interrogé de nombreuses fois sur le sujet, le Sud-Africain s’est contenté d’un grand sourire et d’un « on verra bien » bien loin d’un démenti…

Autosport informe par ailleurs que le bouillant pilote va tester la Yamaha R1 Superbike aujourd’hui à Brno, un élément de plus semblant confirmer cette hypothèse d’une ascension fulgurante de celui qui a souvent été dans le collimateur du panel des commissaires FIM MotoGP pour les conséquences de ses freinages très appuyés, au sens propre comme au figuré.

Un autre nom se murmure également dans les allées du paddock, lié aux futures Yamaha satellites qui changeront forcément d’apparence, celui d’Iker Lecuona, remercié, par KTM, de chez Tech3 en fin de saison au bénéfice du rookie Raúl Fernández. Le plus jeune pilote du plateau s’est également illustré lors des essais du dernier Grand Prix d’Autriche sur le mouillé, ainsi qu’en course où il a livré une bataille que Valentino Rossi a particulièrement appréciée…

Pour autant, rien n’est encore acquis, ni pour le Sud-Africain, ni pour l’Espagnol, et Jake Dixon pourrait même faire ses débuts en MotoGP à Silverstone le weekend prochain avec Petronas SRT, si Yamaha décidait de ne pas y aligner Maverick Viñales et mettre à sa place le pilote d’essai Cal Crutchlow dans l’équipe d’usine si Garrett Gerloff continuait à faire la sourde oreille !

On le voit, si des noms circulent pour 2022, des décisions sont déjà à prendre la semaine à venir : Le travail ne manque donc pas chez les instances dirigeantes de la compétition de Yamaha…

 



Tous les articles sur les Pilotes : Darryn Binder