C’est un Marc Marquez réaliste qui quitte la scène de ce samedi passé au Mans dans le cadre du Grand Prix de France. Une journée vécue sous un beau soleil qui a fait fondre ses espoirs au fur et à mesure qu’il a fait monter en température le bitume de la piste. Car il est clair que si les Honda vont bien le matin, elles disparaissent des radars après la pause déjeuner. L’octuple champion du monde, qui a regretté sa neuvième chute de la saison lors de la FP4, s’élancera dixième avec trois de ses quatre compagnons de marque derrière lui. On ne peut pas dire qu’il a profité de son ticket d’entrée pour la Q2 acquis dès la FP3 grâce à la roue de Fabio Quartararo… Sur lequel il dit un mot.

Si le soleil a brillé dans la Sarthe ce samedi illuminant un nombreux public dont la ferveur a chauffé l’ambiance, chez Honda, la grisaille a été une fois encore de mise. Une morosité qui touche l’ensemble des troupes HRC, y compris Marc Marquez que l’on pensait pourtant à l’épreuve de l’érosion et de la corrosion… Cependant, cela fait un petit moment que l’on constate chez l’octuple Champion du Monde comme une certaine lassitude. En faisant le bilan de son samedi sarthois, il a relevé : « avant le début de la saison, vous vous entraînez avec l’intention de remporter le titre mondial. Mais quand la saison commence, vos rivaux vous mettent à votre place. Ensuite, vous devez comprendre de quoi vous êtes capable ».

« J’ai réalisé que peu importe mes efforts, nous ne sommes pas capables de nous battre pour le titre. Je dois le comprendre, donc je me fixe des objectifs réalistes, comme je l’ai annoncé à Jerez. Je ne peux pas prétendre que je peux gagner alors que j’ai du mal à terminer dans les dix premiers. Sinon, la frustration suivra la frustration. Je me fixe maintenant des objectifs atteignables, puis la motivation augmente, ce fut le cas après la quatrième place à Jerez » ajoute-t-il encore. « Je n’avais pas de bonnes sensations en Q2, et quand tu n’en as pas, peu importe combien de temps tu tournes, ça ne marche pas. J’ai compris que la possibilité de tomber était très élevée si j’en voulais un peu plus. Je pouvais évoluer entre la dixième et la huitième, pas beaucoup mieux ».

Marc Marquez

Marc Marquez : « j’espère que je pourrai à nouveau parler de victoires à l’avenir« 

Sur sa moto, Marc Marquez précise : « quand les gens me demandent si notre moto est meilleure que l’an dernier, je dois dire que les courses de l’an dernier étaient 15 ou 20 secondes plus lentes. Oui, notre moto est meilleure, mais les concurrents ont plus progressé que nous. Ici au Mans, il ne s’agit pas de combler l’écart de points avec le leader du championnat ».

Marc Marquez évalue ainsi les forces actuelles qui dominent cette saison : « il y a trois pilotes qui vont plus vite que les autres, ce sont les trois qui sont montés sur le podium à Jerez. Ensuite, nous sommes quelques-uns à nous battre pour ce top 5 ». De ce trio, il distingue un élément à qui il rend une sorte d’hommage, qui serait presque comme une passation de pouvoir d’une génération à une autre : « Fabio Quartararo sait et comprend que maintenant je ne suis pas au niveau pour lui disputer une course. J’essaie de chercher la vie comme toujours. Je savais que j’étais rapide. Dans cet aspect, il montre qu’il voit les choses très clairement et que son objectif est le championnat. Il sait parfaitement que je ne suis pas au niveau pour argumenter avec lui sur le rythme de la course de dimanche ».

Il termine : « on n’est pas là pour se battre. Je ne peux pas mentir ou dire qu’on va récupérer des points, on manque de choses, de vitesse, d’être plus régulier dans toutes les séances, d’être plus rapide, de rouler comme je veux. Si tu n’as pas tout ça, alors c’est le moment d’y allez doucement. J’espère que la vitesse viendra ».

Marc Marquez

MotoGP France Le Mans : Qualifications

France

Crédit classement motogp.com

Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team