De Corsedimoto.com

Giacomo Agostini, 15 fois champion du monde, intervient sur la collision qui aurait pu engendrer un massacre. « Celui qui ne conduit pas agressivement ne sera jamais un champion. »

Le MotoGP est toujours secoué par le dramatique accident de Zeltweg, avec Johann Zarco sur le banc des accusés. A chaud, Franco MorbidelliIl est à moitié tueur » ) et Valentino Rossi (« Crazy driving ») n’étaient pas tendres. Mais Giacomo Agostini, 15 titres mondiaux remportés, pense différemment. Et dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport, il acquitte complètement le pilote français.

« L’accident entre Zarco et Morbidelli était très laid, mais je n’ai pas aimé entendre certains termes utilisés, parler d’un demi-meurtrier », écrit Giacomo Agostini. « J’ai lu qu’il y a ceux qui disent que Zarco a freiné exprès, mais je ne pense pas que quiconque soit assez inconscient pour le faire, car à ce moment-là, vous mettez également votre vie en danger, ainsi que celle des autres. D’après les images, je comprends que Zarco a vu une ouverture et est passé, comme tout pilote le ferait et le fait, sans trop se demander comment l’autre se comportera. Si vous ouvrez une porte, vous devez vous attendre à une attaque. C’est pourquoi je n’étais pas d’accord avec la sanction de Brno pour le contact avec Espargaró. Je voudrais voir si Freddie Spencer, désormais en charge des commissaires FIM MotoGP, n’aurait pas fait de même à son époque. Les pilotes ont toujours été agressifs, et si vous voulez gagner, vous devez l’être. Un gentleman, trop doux ou trop prudent, ne sera jamais champion du monde. »

« Les commissaires doivent convoquer Zarco et Morbidelli »

« Zarco semblait avoir plus de vitesse, mais ensuite il a dû élargir, et cela a été son erreur », estime Ago. « Alors que Morbidelli ne s’attendait pas à le retrouver soudainement devant lui et se trouvait sur une meilleure trajectoire, il aurait peut-être pu retarder son freinage. Soyons clairs, je ne veux pas absoudre Zarco, nous avons besoin de respect et d’attention, mais je ne l’appelle pas un criminel. Mais, même sans sanction, la direction de la course devrait appeler les deux et clarifier les choses. »

« Quand je courais, j’ai vu des choses terribles »

« Dimanche, “Quelqu’un” là-haut dans le ciel a évité un massacre. Je pense que même en le calculant avec un ordinateur, il était presque impossible que quelque chose de similaire se reproduise : les motos de Morbidelli et Zarco passant entre les Yamaha de Viñales et de Rossi sans que personne ne soit touché. C’était quelque chose de bestial, et si cela se terminait d’une autre manière, cela aurait été un coup de grâce pour notre sport. En voyant les images, j’ai également été impressionné, même si dans ma carrière j’en ai vu tellement. Mais si vous essayez juste de penser à ce qu’une masse de métal de 150 kilos peut faire si elle vous frappe à cette vitesse… Valentino dans les interviews après la course, il a dit la bonne chose, repartir immédiatement était la bonne façon d’oublier, du moins pour le moment. Car alors, il est inévitable que le soir, avant de s’endormir, ou le lendemain, la tête froide, vous pensez et réfléchissez à ce qui s’est passé. Malheureusement, ce n’est pas pour avoir l’air plus courageux ou téméraires, mais à mon époque nous étions “habitués”, ou peut-être vaut-il mieux dire prédisposés, à vivre ces malheurs. Après un accident, il m’est arrivé de passer entre une tête et un corps, et une demi-heure plus tard, je repartais. C’est peut-être cynique, mais c’est notre métier, ainsi que notre passion. »

Lire l’article original sur Corsedimoto.com



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Avintia Racing