Gigi Dall’Igna est le général en chef de divisions Ducati en MotoGP qui prennent des airs de troupes d’occupation, tellement leur domination s’affiche de manière de plus en plus évidente. Leur fin de saison a sonné l’alerte dans les états-majors adverses qui vont devoir montrer leur force de réaction rapide dès les deux jours de test qui vont commencer à égayer le site de Jerez. L’Italien a levé le voile sur le plan de travail qui sera déroulé à cette occasion, tout en donnant une évaluation sur le parcours effectué dans cette saison par celui qui le surnomme affectueusement « barbichette », soit Johann Zarco…

Des triplés en qualifications et en course constatés lors du dernier Grand Prix de Valence, les titres chez les constructeurs et les équipes, cinq pilotes sur six qui ont ramené 24 podiums au bilan de la saison, des victoires et une relève prometteuse, ce n’est rien de dire que Gigi Dall’Igna a de quoi être heureux en ce moment pour ses couleurs Ducati. D’ailleurs, il dit : « il ne peut y avoir aucun regret après une saison comme celle-ci, l’une des meilleures pour Ducati ».

Cependant, il a fallu un Français du nom de Fabio Quartararo pour que la satisfaction ne tourne pas à l’extase, puisque le titre des pilotes n’a pu être conquis. Depuis 2007, cet objectif est manqué. Mais il a été disputé à l’officiel Yamaha, et d’abord par son compatriote Johann Zarco. Puis ce dernier s’est éteint, laissant la place, mais trop tard, à Pecco Bagnaia, à présent identifié comme le chef de file.

Comment analyse Gigi Dall’Igna le parcours du double Champion du Monde Moto2 ? Froidement : “Zarco a fait une bonne saison, il commençait à concourir pour le titre, mais cela doit être la base.  Même en 2014, lorsque j’ai rejoint Ducati, mon objectif était de remporter le championnat du monde » commente Gigi. « C’est la bonne mentalité pour s’améliorer. Johann a fait une bonne mi-saison, puis après la trêve estivale il s’est mis trop de pression, et cela l’a un peu déstabilisé ». Mais le directeur général de Ducati a noté un rebond salvateur en fin de saison : « sur les dernières courses, il y a eu un retour aux performances du début d’année et cela me donne de l’espoir. C’est un autre pilote fort qui nous a aidé à progresser et que je considère comme un pion important dans le système Ducati ».

Gigi

Gigi Dall’Igna : “Johann Zarco essaiera le nouveau moteur à Jerez

La place du Français semble donc moins remise en cause que celle d’un Jack Miller par exemple. Mais 2021 est terminée, et il faut d’ores et déjà regarder vers 2022. Et ça commence dès ces prochaines heures à Jerez, pour deux jours de test MotoGP. Voilà ce que l’homme de Ducati en dit : « nous essaierons des choses tout à fait ‘normales’. Ce sont des évolutions de choses essayées au cours de la saison et mises de côté pour une raison quelconque ».

Mais quand même, il y aura aussi du lourd… « Il y aura le moteur qui est complètement nouveau, il n’est pas dans la version finale, mais nous attendons quelques retours. Dans les tests, Pecco et Jack auront chacun une moto avec le nouveau moteur et une moto chez Pramac en sera équipée, sur laquelle Martin et Zarco se relaieront. Marini, Bezzecchi, Bastianini et Di Giannantonio auront les motos 2021. Marini aura la machine officielle des tests de Sepang. En attendant Luca va devoir essayer plein de nouveautés qu’il n’a pas eu cette saison, comme Bastianini ».

Gigi Dall’Igna termine avec ce constat qui révèle le chemin parcouru depuis 2014 et qui met la concurrence face à ses responsabilités : « Ducati est devenu la référence en matière de nouvelles technologies, quand il y a quelque chose de nouveau, cela vient toujours de Ducati. Cela me rend fier ». Il va falloir bosser dur à Jerez.

Gigi

 



Tous les articles sur les Pilotes : Johann Zarco

Tous les articles sur les Teams : Ducati Team, Pramac Racing