Le manager de l’équipe Pramac Racing est revenu pour GP One sur la naissance du projet de son team ainsi que sur l’impact des difficultés rencontrées par Ducati.


2018 a souri au team Pramac Racing qui a décroché le titre de meilleure équipe indépendante de l’année grâce aux performances de ses deux pilotes, Danilo Petrucci et Jack Miller, respectivement huitième et treizième du Championnat. Avec le départ de Petrucci pour l’équipe Ducati officielle, Pramac se retrouve avec un rookie, le Champion du Monde Moto2 en titre, Francesco Bagnaia, et au vu de ses débuts impressionnants, il pourrait vite ramener des points à son équipe. 2019 s’annonce donc être une très bonne saison.

Pourtant, tout n’a pas toujours été simple pour le team indépendant qui a souffert des grandes difficultés rencontrées par Ducati il y a quelques années. Le manager, Francesco Guidotti, reconnaît que la volonté de changer de constructeur a bien été présente : « Nous avons connu des années vraiment difficiles. Avec Suzuki il y avait eu plus qu’une simple approche. Il y avait également une alternative avec Aprilia, mais c’était il y a plusieurs années. Je remercie Paolo Campinoti (le propriétaire du team Pramac, ndlr.) d’y avoir cru du début à la fin et d’avoir toujours insisté pour rester avec Ducati. A un moment, j’ai presque cédé à la tentation de changer de constructeur, mais Paolo a insisté et il a eu raison. »

Heureusement, l’arrivée de Gigi Dall’Igna chez Ducati en 2014 a changé la donne et l’équipe a redressé la barre pour finalement se retrouver à jouer le titre trois ans plus tard avec Andrea Dovizioso. Même si la collaboration avec le constructeur italien était bien ancrée, Guidotti a vu une très nette différence lorsque Dall’Igna a rejoint le team : « Notre relation avec Dall’Igna est bien entendu très forte, mais notre partenariat avec Ducati était déjà très important avant son arrivée. Tout a commencé avec Alessandro Cicognani, celui qui a été à l’origine du coup d’envoi de tout cela. Lorsque nous avons démarré en 2013 avec Andrea Iannone, le projet était celui de Ducati, Pramac et Cicognani. Il faut revenir en arrière. Ensuite, évidemment, aussi bien Ciabatti que Dall’Igna ont donné suite à son travail. L’arrivée de Dall’Igna a été un vrai choc, surtout au niveau des résultats car ce qui a été fait avec lui lors des trois dernières années était inimaginable avant. »

Francesco Guidotti

Tous les articles sur les Pilotes :

Tous les articles sur les Teams : Alma Pramac