Après nous avoir entretenus dans la première partie de son interview de la situation de Yamaha en Championnats du Monde Superbike, Supersport et SSP300, Éric de Seynes aborde maintenant la catégorie vedette MotoGP avec ses stars, dont Valentino et « El Diablo ».

T’attendais-tu à une progression aussi phénoménale et soudaine de Fabio Quartararo ?

« Très honnêtement, quand j’ai vu le parcours de Fabio à partir de la Moto3 en CEV, puis la suite en Grand Prix, pour un Français j’ai trouvé ça exceptionnel. Donc j’ai toujours été convaincu du talent de Fabio. Ses premiers Grands Prix en Moto3 ont été bons, et il n’avait que quinze ans et demi. Ensuite, son parcours en moto3 a été compliqué et je pense qu’il s’est un peu perdu. Trop d’attention, trop de succès trop vite, dans un environnement MotoGP où tout peut être excessif. » 

« J’ai donc compris son choix quand il est passé en Moto2. Malheureusement, je n’aime pas parler négativement des gens, mais je trouve que la manière dont il a été accueilli et accompagné lors de sa première saison par un team réputé* n’a pas été à la hauteur de cette équipe. On lui a très vite, trop vite, mis beaucoup de pression sur ses résultats et j’ai trouvé ça vraiment dur pour lui. »

*Pons HP40

« Puis il a eu des saisons difficiles* mais j’étais toujours convaincu que Fabio avait vraiment du talent, il faisait toujours des étincelles suivant les circuits. Le talent ne s’oublie pas, le feeling ne se perd pas surtout quand on a 18 ans. »

*10e du Championnat du Monde 2015 sur Honda Estrella Galicia 0,0, 13e sur KTM Leopard Racing en 2016.

« Dans ces années-là, j’ai dit à Fabio que j’avais aidé Johann lors de sa période Moto2 en lui fournissant une moto d’entraînement pour pouvoir travailler, et que j’étais prêt à lui en prêter une comme à Johann. Il n’a pas osé demander, mais j’ai quand même pu lui fournir une R6 d’entraînement par l’intermédiaire de Jacky Onda. »

« Par ailleurs, j’allais toujours jeter un œil sur lui quand j’étais sur un Grand Prix, et j’ai eu la chance d’être là quand il a fait la pole en Catalogne en 2018. J’ai été plusieurs fois au pied du podium ou dans le box avec ses parents alors que je n’avais théoriquement rien à voir avec le Moto2. C’était juste pour le plaisir de soutenir un pilote français qui performait.

« Comme Alain Chevallier et Jean-Claude Olivier je crois qu’un pilote ne peut pas acquérir sa pleine maturité de pilote professionnel sans être passé au travers de difficultés, d’épreuves, de passages à vide. Je pense donc que Fabio a beaucoup muri pendant ses deux années difficiles en Moto2. L’an dernier, il était seul pilote pour régler sa Speed Up. Il n’y avait pas d’autre référence et on était donc incapable de savoir ce que cette moto valait par rapport à une Kalex. Lui parvenait à faire des tops 10 et j’aimais la manière dont il se bagarrait à fond, sans jamais se plaindre. »

« Aussi, quand Yamaha Japon m’a demandé, avant l’été 2018, ce que je pensais de Fabio pour Petronas MotoGP comme deuxième pilote, j’ai eu deux réactions. Très honnêtement  la première a été “Zarco s’en va, je perds un pilote français qui nous est très proche en MotoGP. Avec Fabio, ça pourrait être formidable d’avoir un pilote français qui puisse faire de meilleurs résultats que Zarco avec la KTM en MotoGP sur une Yamaha”. Car il faut se souvenir qu’à l’époque, on avait eu droit à des réflexions du genre “vous êtes nuls, vous n’êtes même pas capables de garder Zarco”. Mais malheureusement tu ne peux pas partager avec les fans tout ce qui se passe en coulisse et tout ce qui avait été fait pour donner à Johann tous les moyens matériels et financiers pour se battre avec les tops pilotes en 2019. »

« Ma deuxième réaction a été pour Fabio et pour l’avenir de Yamaha en MotoGP. J’ai clairement dit que j’y croyais car il avait montré qu’il était talentueux et que c’était un combattant. C’était alors un jeune de dix-huit ans et demi, qui avait déjà vécu son purgatoire et qui avait la capacité et la motivation de retrouver la lumière. Il avait déjà plusieurs saisons à son actif, où il avait dû se remettre en cause. A 15 ans, il pensait que tout était arrivé et trois ans plus tard, il était dans le dur avec une moto peu reconnue (Speed Up), un team difficile à évaluer et il était capable de s’accrocher dans le top 10, de se bagarrer tous les dimanches pour un podium et même pour la victoire… »

« Avoir vécu tout ça à 19 ans lui donnait une énorme maturité dans sa manière de pouvoir aborder le MotoGP. Je savais qu’il serait nécessairement humble et talentueux, Fabio était donc un bon choix. Morbidelli apportait déjà de l’expérience et de la compétence, avec Fabio on jouait la jeunesse, ce qui est la mission de l’équipe satellite. Je trouvais que c’était très cohérent, et je leur ai donc conseillé de ne pas hésiter et d’y aller ! »

« Un mois après, quand j’étais aux 8H de Suzuka, ils m’ont dit “ça y est, on a signé avec Fabio. Un peu grâce à toi”. Je leur ai rappelé que l’idée initiale venait d’eux. “Oui, mais tu nous as convaincu”. Alors j’ai regardé de près les premiers essais IRTA de fin d’année, et quand j’ai vu qu’il était dans le coup, je me suis dit que c’était bon ! »

« Mais personne ne peut dire que la saison de Fabio était prévisible, et surtout pas moi. Fabio a fait une saison remarquable, exceptionnelle, au-delà des attentes mais les ingrédients étaient là. »

« Après, on peut se poser la question “Pourquoi a-t-il éclaté autant” ? En fait, tu as un pilote talentueux, jeune, qui n’a pas beaucoup d’états d’âme, qui se retrouve dans une équipe très professionnelle. Il y a également une équipe avec des moyens, un team manager ouvert, sympathique et positif, et en plus Wilco Zeelenberg qui a travaillé dix ans dans l’équipe officielle, qui a été chef ingénieur de Lorenzo quand celui-ci a été Champion du Monde et qui connait la M1 mieux que quiconque. »

« Fabio a donc pu débuter sa saison dans de bonnes conditions, avec une moto qui était juste au niveau des réglages et, finalement, il a pu se concentrer pleinement sur son pilotage, sur la compréhension de la moto, sur l’osmose qu’il devait créer avec sa machine, et donc il a été dans la bonne direction. Fabio y a cru et il a eu cette remarquable capacité d’y croire et de ne se fixer aucune limite dans sa performance. »

 « Quand on met un pilote en dehors des arcanes politiciennes du MotoGP, de l’argent, des contrats, des trucs où tu dois être le plus beau, le plus brillant, le meilleur… Que tu retrouves uniquement le plaisir de piloter et que tu te lâches, ça marche ! Fabio a apporté un formidable rafraîchissement au MotoGP, et tous les constructeurs, comme la Dorna, peuvent lui dire merci pour tout ce qu’il apporte. »

« Évidemment, chez Yamaha, il nous a aussi beaucoup apporté. Alors que nos pilotes entretenaient l’idée que la M1 n’allait pas sur l’électronique, sur la puissance maxi, sur la motricité, etc. ils ont soudain vu les résultats de Fabio qui, au guidon d’une moto « B », terminait devant eux aux essais et bataillait sans complexe en course à leur niveau, puis progressivement arrivait à prendre l’ascendant. Cela a réveillé tout le monde et nous avons clairement pu voir les progrès de Maverick Viñales et Franco Morbidelli en deuxième partie de saison. Viñales et Morbidelli l’ont dit, et celui qui devait être l’élève est devenu le maître. Ça a été un rafraîchissement très salutaire dans la tête de tous nos pilotes, y compris Valentino. »

Les résultats de certains pilotes ont nettement baissé quand ils n’ont plus disposé d’une Yamaha (Jorge Lorenzo, Pol Espargaró, Johann Zarco). Penses-tu que cela influera sur la décision de Fabio de rester éventuellement chez vous en 2021 ?

« Tu peux ajouter à ta liste Crutchlow qui a vraiment souffert quand il est passé chez Ducati, ou encore Smith. Le passage à une autre marque est toujours compliqué, mais particulièrement quand tu quittes la M1. Il y a un vrai temps d’adaptation pour se remettre au pilotage d’une moto plus exigeante. Tous les pilotes conviennent de dire que notre M1 est la moto la plus facile à piloter du plateau. Les ingénieurs de la M1 sont les ingénieurs de la R1. Quand les pilotes de M1 roulent sur une R1, ils te disent que ce n’est pas très loin. La M1 est plus légère, plus puissante, plus vive, dispose de plus d’électronique, mais l’ADN de la moto est identique. En fait on peut voir aussi en SBK cette facilité d’adaptation des nouveaux pilotes à la R1, Toprak cet hiver est immédiatement dans le coup. En MotoGP, la gestion de la limite est difficile, surtout dans les phases de freinage et d’entrée en courbe, notre moto permet de remonter une bonne information au pilote et de lui permettre de sentir où se situent les 99% par rapport à la limite. »

« Pour 2020 le package de Fabio est bouclé, et Yamaha travaille activement pour l’avenir et faire une offre à Fabio qui soit à la hauteur de son talent. Ça veut dire par le package technique, par la moto, par les conditions financières et par l’accompagnement du pilote. J’espère que dans son choix il n’y aura pas que la moto, mais aussi l’esprit de Yamaha qui est tout de même une maison en qui on peut avoir confiance dans la durée. Je pense qu’à son âge, c’est important. Avec le Japon, nous avons tous l’intention de poursuivre avec Fabio pendant de longues années. »

Valentino Rossi est dans une situation unique et exceptionnelle. Quelles sont les relations, les rapports entre Vale et Yam ?

« Ces relations sont intimes. Valentino fait partie – si j’ose dire – du patrimoine Yamaha, au même titre qu’un Saarinen, qu’un Agostini, qu’un Pons ou qu’un Phil Read, si on remonte dans le passé. Et plus récemment Eddie Lawson, Wayne Rainey ou évidemment Christian Sarron. »

« Tout le monde a compris l’expérience Ducati comme une errance de Valentino Rossi, mais finalement il est revenu avec bonheur à la maison. On s’est toujours investi sur les initiatives de Valentino, comme le Ranch, l’Academy, beaucoup de choses qu’il a voulu faire à côté. On l’a toujours respecté car on considère que c’est un ambassadeur formidable pour Yamaha, mais pas que pour Yamaha, aussi pour le sport moto et le MotoGP. »

« Quand tu es constructeur, tu ne peux être à la hauteur de ta responsabilité que quand tu t’engages aussi pour le sport. C’est l’intérêt général. Pourquoi en France Yamaha est n°1 du marché, malgré les coups de butoir de Honda, depuis 23 années consécutives ? Parce que du temps de Jean-Claude Olivier, puis du mien, puis maintenant de celui de Vincent Thommeret, on s’est toujours positionné pour servir les intérêts du marché d’abord, partant du principe que si cela profite au marché cela profitera à Yamaha, compte tenu de notre position de constructeur impliqué sur tous les segments. Et notre logique est la même dans le sport. »

« Pour revenir à Valentino, il est dans un moment de sa carrière qui n’est pas facile parce que malgré le bon package et l’attention du team, les résultats cette année montrent que c’est de plus en plus difficile d’être à la hauteur des jeunes saignants. »

« Il s’est déjà remis en cause et continue, il inspire le respect en étant très exigeant avec lui-même. Il s’impose beaucoup de pression et de travail, il essaie tout pour retrouver le meilleur de la performance, et malgré un bon début de saison, les résultats ne sont pas complètement à la hauteur de ses ambitions. Terminer 7ème du championnat n’est pas ce que Valentino recherche, et nous non plus. »

« Mon rêve personnel serait que Valentino décide un jour de quitter la scène de notre sport de façon préparée, qu’il fasse une dernière saison flamboyante comme certains footballeurs le font avec un match Jubilé. Tu imagines une saison avec les 200 Miles de Daytona, les 24H du Mans ou le Bol d’Or, les 8H de Suzuka, que Dorna accepte qu’il ne fasse que quelques Grands Prix en wild card (comme Assen, le Mans, le Mugello, etc. les GP où il a son public), avec aussi le Festival of Speed de Goodwood ou pourquoi pas le Supermotard des Nations en guest… Il saluerait le sport motocycliste au sommet de son art avant de passer à une autre vie. Quel que soit sa décision et son avenir, Valentino restera une icône de notre sport, un ambassadeur et une légende de Yamaha à vie. »

Troisième partie de l’interview, cliquer ici.

Eric de Seynes

Valentino Rossi

Fabio Quartararo

Photos © Yamaha et Petronas Yamaha SRT

Tous les articles sur les Pilotes : Fabio Quartararo, Valentino Rossi

Tous les articles sur les Teams : Movistar Yamaha MotoGP, Petronas Yamaha Sepang Racing Team