De Jésus Sanchez Santos / Motosan.es

À Motosan, nous avons eu l’occasion d’interviewer Jorge Lorenzo. Le quintuple champion du monde, toujours très sincère dans ses déclarations, a donné des détails sur ses négociations avec Ducati et son avis sur la façon dont il voit cette saison MotoGP.


Bonjour Jorge, nous voyons à travers tes réseaux sociaux que tu t’amuses à Lugano, pendant que tu fais de l’entraînement physique, la première chose est de savoir, comment trouves-tu ta nouvelle vie après avoir quitté la compétition ?

Jorge Lorenzo : « Je suis très heureux et surtout très détendu dans ma nouvelle vie. N’oubliez pas que je pilote une moto depuis l’âge de trois ans et que je suis un professionnel depuis l’âge de 15 ans. Ce sont de nombreuses années où j’ai vécu de très bonnes choses, mais aussi où j’ai dû faire beaucoup de sacrifices que l’on ne peut pas percevoir de l’extérieur. En ce moment, j’ai tout le temps du monde pour faire les activités que j’aime, pratiquement tous les jours de l’année, et surtout je peux décider ce que je veux faire et ce que je ne veux pas faire. Quand je suis à la maison, je m’entraîne le matin et j’ai les après-midi libres pour moi. »

En vous concentrant sur l’état actuel du MotoGP, que pensez-vous de l’égalité qui règne dans la catégorie, avec l’absence de Marc Márquez ?

« Je suis d’accord avec Stoner sur l’absence d’un leader ou d’un dominateur dans la catégorie. Marc était le leader incontestable et maintenant le seul à avoir répété une victoire est Quartararo, bien qu’il n’ait marqué que très peu de points depuis lors. De nombreux pilotes croient maintenant qu’ils peuvent gagner des courses et ils le font… »

Vous savez ce que c’est que de revenir à la compétition après une opération, comme à Assen, où vous avez terminé cinquième moins de 48 heures après vous être fracturé la clavicule. Que pensez-vous de la performance de Marc Márquez à Jerez et des conséquences qui ont suivi ?

« J’ai eu quelques expériences de ce genre et la plupart se sont bien passées pour moi, à part celle du Sachsenring en 2013. Quand on m’a demandé mon avis sur le retour de Márquez avant la course, j’ai dit que lorsque l’on décide de prendre certains risques, il faut accepter que les choses puissent mal tourner. Malheureusement, Márquez a pris un mauvais coup, même si je dois admettre que je ne m’y attendais pas. »

Nous avons vu dans les dernières courses que KTM est déjà une moto gagnante. Dans quelle mesure pensez-vous que Dani Pedrosa a été “responsable” de cette évolution ?

« On ne peut pas en être sûr car on ne saura jamais ce qui se serait passé si Dani n’avait pas été à l’usine. La seule chose que je peux vous assurer, c’est que Dani a toujours été l’un des pilotes les plus techniques et les plus sensibles au monde. En outre, son expérience de la course et de la victoire, dans toutes les catégories avec différentes motos, lui permet de savoir ce qu’il faut faire pour gagner des courses. Une autre chose est que KTM est capable de traduire toutes ces nouvelles idées en réalité et que cela fonctionne bien. Mais il semble que cela a été le cas… »

Il se pourrait que Dovizioso soit champion de MotoGP et qu’il n’ait pas de moto l’année prochaine. Pensez-vous que le marché des transferts devrait être réglementé, avec une fenêtre comme dans le football, pour prendre des décisions plus justes qui n’interfèrent pas avec la concurrence ?

« Eh bien, les règlements sont toujours modifiés dans l’intention de les améliorer, même si le meilleur compromis n’est pas toujours atteint ou trouvé. Avec les règles qui sont là et les cartes qui sont là, vous devez essayer de jouer votre meilleur jeu : Parfois il sera bon et parfois il sera mauvais. Dans ce cas, je ne vois pas de raison suffisante pour devoir changer ce domaine. Et celui qui te le dit est quelqu’un qui n’est peut-être pas en course avec Ducati en ce moment, parce qu’il n’a pas remporté cette première victoire en 2018 quelques semaines plus tôt… »

Ces dernières semaines, la controverse a porté sur les sanctions arbitraires imposées aux coureurs pour avoir quitté la piste, parfois oui, parfois non. Comment pensez-vous que cela pourrait être résolu ?

« Il n’y a pas de solution parfaite. Ils ont commencé à mettre en place des échappatoires en asphalte pour la F1, ce qui a permis d’éviter beaucoup d’abandons, tant en voiture qu’en moto, car il est plus facile de revenir en piste. Cette solution a également apporté des inconvénients, comme le fait que les motos sont plus difficiles à arrêter en cas de chute. Les juges ont également beaucoup plus de travail, plus de possibilités de commettre des erreurs et de prendre des décisions injustes. Comme dans le football, un arbitre/juge peut commettre une erreur, et si cela se produit, vous devez simplement l’accepter comme faisant partie du jeu. En ce moment, je ne vois pas d’autre solution que, comme dans le football, d’aller à une sorte de “VAR” d’après-course, pour évaluer a posteriori les actions qui ne sont pas claires. Je ne reviendrais pas aux anciennes échappatoires. »

Jorge Martin a subi la pénalité la plus dure lorsqu’il a perdu la victoire dans la deuxième course en Autriche. Maintenant, il n’est pas à Misano parce qu’il a été testé positif sur le Covid-19. Que pensez-vous, en tant qu’athlète d’élite, que les pilotes devraient faire pour être le plus en sécurité possible ?

« Votre carrière devrait être votre priorité, et vous devriez être conscient que ce championnat est spécial dans le sens où il est plus court et plus compact. Contrairement à un championnat normal où les erreurs peuvent être moins chères à payer et où il y a plus de temps entre les courses, dans celui-ci une absence pour cause de blessure, ou dans ce cas pour avoir contracté le Covid-19, peut vous éliminer directement de la lutte pour le championnat. Si votre objectif est de gagner le championnat, aucune précaution ne devrait vous faire de mal. Je ne sais pas si Jorge Martin aurait pu l’empêcher davantage ou si c’était juste de la malchance. »

Yamaha est passé de la domination à Jerez à beaucoup de difficultés par la suite, surtout en Autriche. Pensez-vous que malgré le point faible de la vitesse de pointe, c’est une moto pour gagner le Championnat du Monde ?

« La moto est là pour gagner le championnat du monde et cela est démontré par le fait que c’est la moto qui a obtenu le plus de victoires jusqu’à présent. Mais pour gagner un championnat du monde, il faut que toutes les pièces s’emboîtent les unes dans les autres, tant celles du pilote, de la moto que de l’équipe. J’espère qu’ils pourront y arriver, j’en serais très heureux. »

Lors de la conférence de presse, Rossi et Quartararo ont déclaré publiquement qu’ils ne comprenaient pas comment ils pouvaient vous avoir comme pilote d’essai, et que vous ne rouliez pas plus cette année.

« D’après ce que m’a dit Yamaha, il y a eu quelques problèmes venant du Japon qui ont empêché les mécaniciens et les techniciens de l’équipe d’essai de se rendre en Europe. »

De nombreux fans du monde entier aimeraient vous voir en piste, et on parlait d’une possibilité avec Ducati pour 2021 : Quelle était la vérité et quelle était la rumeur dans tout cela…

« Comme je l’ai dit l’autre jour, c’était une possibilité qui s’est presque concrétisée : Si cela ne s’est pas produit, c’est parce qu’au dernier moment j’ai fait marche arrière. »

Que pensez-vous des propos de Tardozzi qui a indiqué que vous aviez mal compris les intentions de Ducati et qu’en réalité il n’y avait pas d’offre ?

« Je comprends leur position de ne pas admettre quelque chose qui ne profite pas à l’équipe, parce qu’au final ce ne sera pas moi qui courra pour eux, mais d’autres pilotes. Mais je ne permettrai pas non plus que ma parole soit mise en doute ou qu’on me fasse passer comme une personne qui essaie d’inventer ou de modifier la réalité. S’il y a une chose qui m’a caractérisé au cours de ma carrière, en bien comme en mal, c’est la sincérité de mes propos, une crédibilité que j’ai acquise au fil des ans, en étant aussi honnête et transparent que possible. La négociation a existé et ne s’est pas concrétisée parce qu’à la fin j’ai changé d’avis. Cela a été le cas et Gigi (Dall’Igna), Tardozzi et les personnes qui devaient le savoir le savent. La négociation a existé, c’est quelque chose d’aussi certain que la terre est ronde. »

Lire l’article original sur Motosan.es

Jésus Sanchez Santos