Jeudi, Aleix Espargaró apparaissait confiant avant le Grand Prix d’Italie sur le circuit du Mugello.

Il faut dire que le pilote Aprilia y avait fait un début en fanfare lors de la dernière édition en 2019, se classant 5e de la FP1, et que, cette année, il s’y était préparé en se faisant opérer du syndrome des loges immédiatement après Le Mans.

Aleix Espargaró : « Le Mugello est un circuit exigeant, même d’un point de vue physique. C’est précisément pour cette raison que j’ai décidé de me faire opérer du bras après Le Mans, profitant de la pause pour une récupération complète. L’opération a été parfaite et je serai en bonne forme lors de la première course italienne. C’est une course importante pour l’équipe sur un circuit qui n’a jamais été notre préféré. Mais maintenant, nous pouvons compter sur une RS-GP 2021 résolument compétitive et je suis impatient de voir comment elle se comportera au Mugello. »

Enfin heureux depuis que son Aprilia progresse à vue d’œil, le natif de Granollers partageait même son plaisir en nous faisant découvrir son nouveau motorhome dans le paddock du circuit italien.

 

 

Hélas, pour celui qui semble porter un chat noir sur son dos, ce n’est effectivement pas la RS-GP qui s’est avérée peu compétitive en cette première journée en Toscane, mais bien son bras droit qui s’est rappelé à son bon mauvais souvenir, enflant, dès ce matin, proportionnellement aux minutes passées au guidon.

« Je me débrouillais très bien après l’opération, et j’étais donc confiant. Malheureusement, j’ai déjà ressenti beaucoup de douleur ce matin après quelques tours. J’avais beaucoup de liquide dans mon bras, et après la deuxième séance, c’était encore pire. J’avais très, très mal. Je ne pouvais donc pas faire plus de trois tours d’affilée. Lorsque vous avez autant de liquide dans votre bras, cela exerce une pression sur les muscles, d’où vient la douleur. Je suis donc allé à la Clinique Mobile, où ils ont presque sorti une canette de Coca-Cola pleine de liquide. C’était presque 300 ml, ce qui est beaucoup. Dès que le liquide a disparu, la douleur a disparu immédiatement. Depuis, je n’ai plus souffert, je me sens très bien. Ils m’ont dit que le fluide pourrait à nouveau s’accumuler demain car le tracé est très exigeant et l’opération remonte à seulement dix jours. Il n’est pas très facile d’éliminer le liquide à chaque fois, car cela peut très facilement entraîner une infection. Donc samedi ne sera pas une journée facile. Je vais essayer de limiter les dégâts et de ne pas faire autant de tours. Mais maintenant, je suis heureux et confiant pour demain, et je prie pour que le liquide ne s’accumule plus. Je savais que ce circuit serait exigeant et se faire opérer était sans aucun doute la bonne décision. Nous allons gérer le problème dans les jours à venir, mais je ne pense pas que ce soit une limitation. Je suis satisfait de la façon dont la RS-GP se comporte au Mugello. C’est définitivement un banc d’essai important pour notre projet, qui s’avère constamment compétitif. Je n’ai jamais été aussi rapide sur ce circuit. Je suis vraiment très heureux. »

Malgré la douleur, Aleix Espargaró a terminé 8e de la FP2 après avoir conclu la FP1 en 13e position.

Chapeau l’artiste !

 

Classement FP1/FP2 du Grand Prix d’Italie MotoGP au Mugello :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Aleix Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Aprilia Racing Team Gresini