Jorge Martin est arrivé là où les pilotes en Grand Prix veulent être : soit en MotoGP. En 2021, il y fera sa première saison et qui plus est dans de bonnes conditions puisque comme membre du team satellite Ducati Pramac. Avec Johann Zarco comme équipier, il aura une GP21 de dernier cri, ce qui, sur le papier, est toujours mieux que la GP19 qui sera la monture de deux de ses concurrents directs, car aussi rookie : Enea Bastianini, Champion du Monde de Moto2, et Luca Marini. Après l’intersaison résumée en six jours de test au Qatar, il revient sur les moments forts de ses débuts en catégorie reine.

Jorge Martin a réussi une étape dans sa carrière. Une seconde commence car être en MotoGP n’est pas une fin en soi. C’est le début d’une nouvelle phase, qui vous portera au firmament, ou vous consumera jusqu’à vous rendre anonyme. L’Espagnol fait le point de situation de son parcours et se souvient de son titre de Champion du Monde de Moto3 qui a tout changé. Une consécration qu’un homme lui a donné l’opportunité de vivre et qui est aujourd’hui disparu : Fausto Gresini.

Jorge Martin n’oublie pas et assure ainsi de son éternelle reconnaissance : « j’ai travaillé dur pour arriver en MotoGP et si je suis ici, c’est parce que je l’ai mérité. Merci à Fausto Gresini, il m’a pris quand personne ne voulait de moi : il m’a donné une Moto3 et j’ai gagné le titre. Je me souviendrai toujours de lui avec amour ».

Jorge Martin : « atteindre 350 km/h et s’arrêter en 150 mètres, c’est quelque chose de fou »

De fait, réussir dans son nouveau défi serait aussi lui faire honneur : « le défi avec les autres rookies du MotoGP est génial » se réjouit le pilote Pramac Ducati. « La première séance était magnifique, incroyable : la moto est complètement différente de toutes les autres que j’ai pilotées dans ma vie. Atteindre 350 km/h et s’arrêter en 150 mètres, c’est quelque chose de fou » se remémore l’Espagnol sur Moto.it.

« Lors des tests précédents, j’ai fait de solides progrès, en comprenant toujours les améliorations que j’ai apportées. La Ducati est une bonne moto, elle fait tout ce dont j’ai besoin. Je dois travailler sur mon style, je suis très excité pour la suite. Je dois mieux comprendre le pneu avant, cela prend du temps. Il y a une grande différence avec la Moto2, surtout au niveau du freinage et de l’accélération. Lors des derniers tests, nous n’avons pas fait de changements ».

Il termine : « je dois modifier un peu mon style de pilotage, faire plus de tours consécutifs, essayer de faire une “attaque du chrono”, mais je suis satisfait de mon rythme ». Jorge Martin a fini quatorzième au classement combiné des tests à Losail. Soit premier des débutants, mais tout de même d’un rien face à la GP19 de Bastianini. L’autre rookie, Marini, s’est jusque-là montré plus discret.

MotoGP Tests Qatar 2 : classement combiné

Crédit classements: MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Jorge Martin

Tous les articles sur les Teams : Pramac Racing