Marc Marquez

En MotoGP, il est une figure imposée par la gravité qui est redoutée plus que toutes les autres et il s’agit du « highside ». Il survient après une ruade de la moto qui catapulte le pilote dans les airs. Mais celui-ci, forcément, retombe et très durement sur un asphalte peu connu pour amortir les chocs… Le genre d’accident qui touche surtout ces derniers temps les pilotes Honda, mais les témoignages recueillis montrent à quel point ce moment est craint.

Des témoignages que l’on trouve sur Todocircuito et ils sont assez poignants pour certains. On commence avec Fabio Quartararo qui déclare : « c’est la chute la plus dangereuse que vous puissiez avoir en MotoGP. Une fois que j’ai atterri sur mes pieds et que je me suis cassé les deux os ». Les vétérans se souviennent aussi, à l’instar de Randy Mamola : « cela arrive si vite que vous espérez juste que vous ne vous envolez pas de la moto. Vous ressemblez alors à un personnage de dessin animé essayant de saisir sur quelque chose », décrit-il.

Mais cette appréhension concerne tous les pilotes de toutes les catégories. Ainsi, John McGuinness, la légende britannique de la course sur route, est un autre pilote qui connaît bien le « highside » : « il n’y a aucun moyen d’adoucir un highside. Horrible, horrible. Attendre l’impact est le pire pendant que vous volez dans les airs », dit-il de manière poignante.

highside

Un « highside » vous expédie en direction de la lune. Ce n’est pas drôle

Le King of the Mountain se souvient du moment où sa hanche s’est brisée : « le plus grave, c’est quand je me suis cassé la hanche à Oulton Park, c’était une chute d’amateur. Je suis parti en l’air, j’ai atterri sur ma hanche, je me suis cassé le fémur, c’était méchant ! J’ai trois grosses vis à la hanche qui me le rappellent tous les jours. C’est comme un mal de dents en hiver », jugeant que « la course n’est pas sûre » et que ce n’est même pas sûr avec les « technologies airbag ».

Aleix Espargaró en a aussi souffert tout au long de sa longue carrière : « on peut faire un highside assez facilement, surtout si la piste est assez glissante. Le pire, c’est quand vous tombez au milieu de la piste et qu’une moto vous percute. Dans ce cas, il est difficile de protéger les pilotes ».

Jack Miller en est aussi passé par là, lors du Grand Prix de Malaisie : « ça vous expédie en direction de la lune. Ce n’est pas drôle. Lorsque vous vous levez de la selle, vous sentez immédiatement l’airbag se déployer alors que vous volez dans les airs à l’envers… Cela vous soulage un peu qu’il y ait quelque chose entre vous et l’asphalte lorsque vous frappez ».

Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team