On pensait avant que la saison ne débute que Maverick Viñales ressentirait une réelle pression en mesure de le tétaniser dans son ambition affichée d’un titre mondial d’entrée avec Yamaha. D’autant plus qu’il avait abattu ses cartes dès l’intersaison en dominant tous les tests hivernaux. Son bourreau attendu était le Champion du Monde en titre Marc Marquez. Or, après deux courses seulement, c’est la surprise. Viñales a tout raflé et Marquez avoue ressentir la pression sur ses épaules.

C’est ainsi. Le prétendant met la pression sur le tenant et ce dernier ne nie pas l’avoir déjà, surtout au lendemain du résultat vierge d’Argentine qui le relègue à 37 points d’un Viñales insolent de facilité et d’assurance. Et s’il n’y avait que lui… Sur Autosport, il avoue : « je ressens plus la pressions que l’an passé. Bien sûr, cette pression, vous l’avez toujours en MotoGP lorsque vous luttez pour le titre ».

« Mais cette année on dirait que les deux pilotes Yamaha sont forts. Il ne s’agit pas seulement de Maverick. Il y a aussi Valentino Rossi. En course, ils sont tous les deux vraiment performants. Ils ont une bonne moto, ils sont réguliers, et il faut que l’on travaille ensemble avec Honda pour trouver la meilleure façon de faire progresser nos résultats ».

Il faut dire que la saison 2017 commence plus mal que celle de 2016. A ce stade de la compétition, Marc Márquez avait pris la troisième place au Qatar et la victoire en Argentine. Puis il avait marqué des points à tous les Grands Prix jusqu’à l’acquisition de son titre mondial. Avant Austin, l’équipier de Pedrosa ne comptabilise qu’une cinquième position à Losail. Et donc un abandon à Termas de Rio Hondo. »

« Dans la carrière, vous avez des hauts et des bas. Là, nous sommes dans une situation où il faut tirer les conséquences et être meilleur. Nous ne sommes pas dans une situation aussi bonne que celle de l’an passé.  On n’a pas commencé la saison de la meilleure des façons. Mais elle est encore longue. Il faut comprendre ce que l’on a fait de mal et faire progresser la moto ».

Un état de situation qui ressemble aussi à un message à Honda qui, en trois ans, a changé trois fois le moteur de sa RC213V. « Je suis huitième au championnat et je suis loin derrière. Mais il est important de savoir que nous avons un bon niveau car si je suis tombé en Argentine, j’ai aussi mené. N’empêche que les deux Yamaha sont fortes. Tant celle de Viñales que celle de Rossi ».

Le 23 avril, ce sera le Grand Prix des Amériques à Austin. Une épreuve où Márquez n’a jamais connu la défaite. Si elle devait arriver, la crise ne serait pas loin chez Honda.



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team