Ce jeudi 21 octobre 2021, Pol Espargaró a répondu aux questions des journalistes depuis le Misano World Circuit Marco Simoncelli, en prélude au Gran Premio Nolan del Made in Italy e dell’Emilia-Romagna.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, actuellement 15e du championnat.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Pol Espargaró sans la moindre mise en forme.


Pol, est-ce que ces trois semaines de pause vous ont permis de vous ressourcer un minimum avant d’aborder la dernière ligne droite du championnat et ses trois dernières courses ?

« Cela a été en effet un bon bol d’oxygène. J’ai eu l’occasion de passer pas mal de temps en famille, j’ai pu aussi passer du bon temps avec mes amis et bien m’entraîner. Nous sommes à une période assez bizarre car d’un côté on atteint la fin du championnat, mais paradoxalement c’est là où il faut continuer à s’entraîner le plus. Il reste trois courses, et je pense que nous pouvons obtenir de bons résultats sur au moins deux d’entre elles, ici et à Valence. »

« Concernant Portimão, on verra bien comment cela va se passer. Pour l’heure je suis juste impatient de monter de nouveau sur la moto, même si les choses ne vont pas exceptionnellement bien. J’ai toujours envie de grimper sur la moto et d’aller courir, et c’est le plus important. »

“Je suis impatient de remonter sur la moto, même si les choses ne vont pas exceptionnellement bien”

 

 

Vous parlez de deux courses sur trois qui pourraient vous être favorables. Vous dites cela au vu du profil de ces tracés ou en raison de la météo attendue sur ces derniers ?

« C’est une combinaison de plusieurs facteurs, à savoir le profil du tracé en effet, mais aussi la température qu’il y aura sur ces circuits ainsi que le type d’asphalte auquel on sera confrontés. Lors des tests effectués dans la foulée du premier Grand Prix qui s’est tenu ici voilà un mois, j’ai été rapide avec le deuxième meilleur temps dans l’ensemble. Mon rythme était bon, donc cela me rend optimiste quant à notre aptitude à réaliser un bon weekend. »

« En ce qui concerne Valence, c’est un endroit où j’ai toujours été rapide, où les températures sont généralement assez basses et où le niveau de grip est bon, et tout cela est de nature à m’aider. J’aime aussi Portimão, car c’est un endroit où je prends beaucoup de plaisir à piloter, mais cela ne s’est pas très bien passé la dernière fois. Lors de la première course qui s’est déroulée ici en début de saison nous avions rencontré tout un tas de problèmes avec la moto, mais je pense que nous allons faire à présent meilleure figure là-bas. »

 

Vous avez déjà eu une course ici, suivie de deux journées de tests, et malgré cela la météo promet d’être différente de ce à quoi vous avez été confrontés jusque-là. Lors du Grand Prix qui s’est tenu ici le mois dernier, vous vous étiez qualifié en sixième position pour finir septième à l’arrivée, est-ce que c’est grosso modo le type de résultats que vous visez ce weekend ?

« J’espère un peu plus même ! Cela ne s’était pas trop mal passé en course, mais ce ne fut pas non plus exceptionnel. Je me souviens d’avoir fini à trois secondes de Marc, qui avait alors terminé à la quatrième place. Mais je pense cependant que les positions finales ne représentent pas toujours le niveau d’une moto sur toute la longueur d’une course. »

« Typiquement sur un autre tracé, le fait d’avoir trois secondes de retard ne m’aurait pas nécessairement relégué aussi loin de mon coéquipier. Mais ce qui est certain c’est que nous avons bien progressé lors des tests, notamment en termes de chronos mais nous avons eu aussi l’occasion d’essayer la nouvelle moto, qui est prometteuse. Lors de la première journée je me souviens avoir roulé sur notre moto de cette année, et d’avoir fini à une bonne position, alors que sur la seconde journée j’ai concentré mon travail sur notre nouvelle machine, avec laquelle j’ai réussi à me maintenir à la deuxième ou troisième place. »

“Nous avons bien progressé lors des tests”

 

« Globalement j’étais reparti de ces essais privés avec de très bonnes sensations, mais là nous sommes de retour sur les lieux et tout est différent, que ce soit la température, l’allocation des pneus, et tout cela pourrait bien faire évoluer les sensations que j’ai sur la moto. Mais si on se fit uniquement aux résultats de ces tests, nous avions en effet terminé à une meilleure position que durant le weekend de course qui avait précédé, et c’est quelque chose de positif. »

 



Tous les articles sur les Pilotes : Pol Espargaro

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team