Ce dimanche 24 octobre 2021, Marc Márquez a répondu aux questions des journalistes depuis le Misano World Circuit Marco Simoncelli, à l’issue du Gran Premio Nolan del Made in Italy e dell’Emilia-Romagna.

Nous sommes allés écouter (via un logiciel de téléconférence) les propos du pilote espagnol, qui a décroché ce dimanche son troisième succès cette saison, et poursuit ainsi toujours plus son retour à son meilleur niveau.

Comme à notre habitude, nous reportons ici les paroles de Marc Márquez sans la moindre mise en forme.


 

Marc, cette victoire est bien sûr un résultat important pour vous. Lors de vos précédents succès cette saison, nous savions tous que vous seriez fort à la fois au Sachsenring et à Austin, mais ici à Misano vous avez-vous-même peut-être minimisé vos chances de succès. Vous avez pris un excellent départ depuis la septième place sur la grille pour venir mettre la pression sur Pecco Bagnaia jusqu’à ce que celui-ci chute. Ce doit donc être un important résultat pour vous dans votre retour au premier plan, mais aussi pour Honda…

« Oui bien sûr je suis très content aujourd’hui, que ce soit pour moi ou pour l’équipe Repsol Honda. Nous avons réalisé le doublé, et c’est très important, mais le fait est que j’ai gagné sur un circuit tournant dans le sens horaire, et ça représente un nouveau cap de franchi. »

« A ce sujet j’avais d’ailleurs déclaré lors de la conférence de presse jeudi que j’aimerais bien finir sur le podium ici ou à Portimão. Au final nous gagnons ici, au terme d’une course très rapide, et nous avons été capables de bien gérer la course, même si c’est vrai que Pecco était définitivement plus rapide que nous. »

« Pour l’anecdote, il a chuté dans le tour où j’avais commencé à lâcher l’affaire, mais c’est quelque chose qui peut arriver en course. Nous avons été en mesure d’attaquer, d’être rapides et compétitifs, en particulier au niveau du rythme de course. Car gagner quand c’est sur une course flag to flag par exemple, cela n’a pas autant de signification. »

« Mais la façon dont nous sommes allés chercher la victoire ici, sur un circuit où Pecco était vraiment très fort, un circuit qui tourne à droite, c’est quelque chose de très important pour moi et mon équipe pour bien préparer 2022. »

“Le fait de gagner sur un circuit tournant dans le sens horaire, c’est un nouveau cap de franchi”

 

 

Pouvez-vous revenir sur votre départ ? Ce fut un moment clé de votre course pour votre victoire finale…

« Les départs constituaient l’un de mes points faibles lorsque je suis arrivé en MotoGP, et à présent c’est devenu l’un de mes points forts. Cette année je me suis rendu compte que j’étais en difficulté lors des qualifications et des essais libres, donc je me suis vraiment concentré pour améliorer mes départs. »

« Là, j’ai pu passer directement de la septième à la deuxième place. C’était essentiel, car je savais très bien que les pilotes Ducati allaient essayer de s’échapper lors des premiers tours, et c’est bien ce que confirment les chronos après la course : Ils roulaient en 1’32.2. »

« Mais aujourd’hui mes sensations ont été bonnes, et j’ai même pu creuser l’écart quand je me suis retrouvé seul en tête, ce qui m’a permis de bien gérer ma fin de course car j’étais en difficulté lors des derniers tours ».

« Après, il faut aussi mentionner le rôle de la météo ce weekend : Étant donné qu’il avait plu les jours précédents, je suis arrivé ce dimanche en pleine possession de mes moyens. En effet dès que je me suis levé j’ai bien senti que mon épaule était en bonne condition, et cela m’a indéniablement aidé. »

Que pensez-vous du titre de Fabio Quartararo, et pensez-vous être en mesure de vous battre avec lui l’an prochain pour le titre ?

« Aujourd’hui c’est clairement le jour de Fabio. Il a été le plus rapide et le plus régulier des pilotes cette année. En un mot commençant : le meilleur pilote de l’année. Il a réalisé une formidable saison, où il a su se montrer constant et véloce, mais par-dessus tout il a été dur au mal. Il faut s’inspirer de ce qu’il a fait, et essayer de nous battre pour le titre face à lui en 2022. »

 

Vous n’êtes pas si loin de la quatrième place au championnat, ce qui est en soit une belle performance sachant que vous avez manqué les premières manches de la saison et compte tenu de votre état physique général cette année…

« J’ai mon propre championnat, notamment depuis l’Autriche. Depuis ce Grand Prix, en termes de points cumulés, je ne suis pas loin des meilleurs pilotes [dans les faits, Márquez est le pilote ayant marqué le plus de points au championnat depuis le Grand Prix en Aragón, ndlr]. »

« De mon côté et à l’intérieur de l’équipe on se fixe des objectifs afin de rester bien motivés. J’en reviens à ce que j’ai dit durant la pause estivale : Je me sens mieux sur la moto, et petit à petit les choses reviennent à la normale. Au fur et à mesure que ma condition physique s’améliore, les résultats commencent à arriver. »

« La HRC travaille très bien, et Pol Espargaró et moi, nous évoluons sur des spécifications différentes de la RC213V par rapport aux autres pilotes Honda. Ici cela s’est bien passé, et nous essayons de préparer du mieux que nous pouvons la saison 2022. C’est en tout cas notre objectif principal sur cette seconde partie de saison. »

“Bien préparer 2022 est notre objectif principal sur cette seconde partie de saison”

 

A Austin vous nous avez expliqué qu’avec votre bras lésé vous ne pouviez pas encore manœuvrer votre guidon de la façon dont vous le souhaitiez, et que c’était l’une des raisons pour lesquelles vous rencontriez des problèmes dans les circuits tournant à droite. Y-a-t-il eu une amélioration à ce sujet, ou bien avez-vous trouvé un moyen pour vous accommoder de cela ?

« Le fait est que ce weekend nous avons roulé la plupart du temps sur le mouillé, et dans ces conditions vous n’attaquez pas, tout est beaucoup plus doux, et aujourd’hui j’étais donc dans une bonne condition physique et je n’avais pas mal au niveau de mon épaule au moment de commencer la course. »

« C’est ce qui m’a permis de bien piloter. Je suis arrivé ici avec pour dernières sensations à Misano celles que j’ai eues lors des deux journées d’essais privés, dont j’étais ressorti lessivé. Mais aujourd’hui est un bon résumé de ma saison : quand je suis dans une bonne condition physique, il n’y a pas de problème. Le souci est qu’un weekend de course débute le vendredi et ne finit que le dimanche. Je pense avoir encore une bonne marge de progression.

“Quand je suis dans une bonne condition physique, il n’y a pas de problème”

 

Cette saison vous progressez vraiment pas à pas : D’abord vous vous êtes imposé sur un circuit qui vous convenait parfaitement, le Sachsenring, puis sur un circuit plus physique, Austin, et là sur un circuit qui sur le papier ne vous était pas du tout favorable, Misano. Quelle est donc la prochaine étape vous concernant, et pensez-vous pouvoir aborder la saison 2022 en étant à 100% de vos capacités ?

« La prochaine étape consiste à rester concentré sur les deux dernières manches de la saison, l’idée étant de finir au minimum dans le top 5 sur ces deux courses. Cela peut paraître être un objectif assez conservateur compte tenu de notre résultat du jour, mais étant donné que ces deux épreuves vont s’enchaîner, je ne suis pas sûr de comment je vais encaisser cela du point de vue physique. »

« Après si nous pouvons faire mieux, nous n’allons pas nous en priver. Ensuite lors de la pause estivale je vais déjà essayer de bien me reposer. Là, nous allons essayer d’échafauder un plan et ne pas rester dans quelque chose d’uniquement théorique, car il faudra être au maximum de nos possibilités lors de la première manche au Qatar. »

 

Votre performance du jour est-elle uniquement liée à votre fraîcheur physique, ou bien est-elle aussi liée à la confiance que vous avez emmagasinée lors de votre précédente victoire sur le COTA ?

« Lors des essais privés qui se sont tenus ici nous avons réalisé un vrai pas en avant, et c’était important. Ensuite comme je l’ai dit, lorsque vous passez un weekend quasi complet sur le mouillé, vous économisez beaucoup d’énergie, car cela est moins exigeant physiquement que sur le sec. »

« J’ai pris la piste avec des antalgiques, et avec ça j’ai pu rouler bien comme je le souhaitais, notamment dans les phases de freinage. Ici à Misano j’ai été tout de même en difficulté dans le virage 3, qui est une section rapide où la moto bouge beaucoup, mais je savais également qu’en étant derrière une autre machine, la moto devient plus stable et cela me permet de piloter mieux. »

« C’est une progression naturelle cette année. Sur cette seconde partie de saison les sensations sont bonnes, et les erreurs que j’ai faites en Argentine ainsi qu’à Silverstone n’étaient pas liées à ma condition physique, mais à des facteurs externes. »

 

MotoGP – Misano-2 – Résultats Course :

Crédit classement : MotoGP.com



Tous les articles sur les Pilotes : Marc Marquez

Tous les articles sur les Teams : Repsol Honda Team