Le plus grand champion espagnol de l’histoire des Grands Prix a beau avoir tiré sa révérence et rendu orphelines des milliers de personnes l’an dernier, ses fils et son neveu ont continué d’évoluer et ont connu une année 2018 emplie de succès. Le nom « Nieto » n’est pas près de cesser de briller.


Le 3 août 2017, l’annonce du décès d’Ángel Nieto avait bouleversé l’Espagne et le monde des Grands Prix de façon générale. Le plus grand champion espagnol de l’histoire s’en était allé des suites d’un accident, et sa disparition a laissé un grand vide. Il faut dire que si l’Espagne est aujourd’hui autant passionnée de vitesse moto, c’est en partie grâce à lui et ses exploits dans les années 1960 et 1970. Les Espagnols de l’époque se sont intéressés par milliers à ce compatriote qui faisait briller le pays dans une discipline encore peu connue. Et plus de cinquante ans plus tard, l’impact du motocyclisme en Espagne est toujours aussi phénoménal.

Après cette triste année 2017, la vie a néanmoins continué, et notamment pour ses deux fils, Pablo et Gelete, ainsi que pour son neveu, Fonsi, tous les trois investis en Mondial. Et 2018 est venu effacer un peu leu chagrin en leur apportant à chacun des succès, comme l’a rappelé Motociclismo.

Pablo Nieto, tout d’abord, a continué d’œuvrer en tant que team manager de l’équipe Sky Racing Team VR46. Si la saison Moto3 2018 a été en-dessous des attentes et a malgré tout été sauvée par les podiums de Dennis Foggia et Celestino Vietti Ramus, le véritable triomphe est venu du Moto2. Après avoir remporté le titre de meilleur rookie l’an dernier avec Francesco Bagnaia, le team a obtenu ses premières victoires de la main de l’Italien ainsi que de Luca Marini en fin de saison, et a surtout remporté le titre de Champion du Monde avec « Pecco. » C’est le deuxième sacre de Pablo Nieto en tant que team manager après celui de Maverick Viñales en 2013.

De son côté, Ángel Nieto Junior, plus connu sous le surnom de « Gelete », a pris la direction de l’équipe de Jorge Martínez Aspar, renommée cette année en Ángel Nieto Team, en hommage au Champion du Monde et ses 12+1 titres (Nieto était très superstitieux et n’a jamais voulu dire « 13 titres »). Cette équipe est en réalité une structure qui s’étend du CEV au MotoGP, en passant par le Moto3. L’an prochain, l’équipe de la catégorie reine n’existera plus, mais elle reviendra en revanche en Moto2 et arrivera également en MotoE. Avec tant d’équipes et de pilotes, le potentiel de succès sera élevé, mais le team a déjà été récompensé cette année grâce aux deux victoires d’Albert Arenas en Moto3 et surtout par le titre de Champion du Monde Junior (CEV) du jeune Raúl Fernández. Gelete Nieto a donc, comme son frère, été titré en tant que team manager cette saison.

Enfin, le neveu du Champion et cousin des deux frères, Fonsi Nieto, est arrivé en tant que coach des pilotes du team Pramac Racing en MotoGP en 2018. Son rôle a été d’analyser Jack Miller et Danilo Petrucci en piste afin de leur permettre de progresser et aller plus vite. Son travail a payé puisque Pramac a remporté le titre de meilleure équipe indépendante. L’an prochain, en plus de Miller, il accueillera Bagnaia en MotoGP et l’Italien passera donc de Pablo à Fonsi Nieto. L’histoire n’est donc pas prête de s’arrêter et le nom des Nieto de briller…

Tous les articles sur les Teams : Angel Nieto Team